18/10/2014 10:02
Dix mois après son instauration, le projet de mutation des médecins réalisé par Hô Chi Minh-Ville a obtenu de premiers résultats encourageants avec une amélioration de la qualité des consultations et traitements médicaux dans les établissements sanitaires de ressort local.

>>Séminaire sur la stratégie de santé dans les zones maritimes et insulaires
>>Le PM demande de mieux soigner la population

Le projet de mutation des médecins contribue à élever la qualification professionnelle des médecins de ressort local. Photo : Duong Ngoc/VNA/CVN


Les objectifs du projet de mutation à tour de rôle des médecins des hôpitaux de ressort central vers ceux de ressort local pour la période 2013-2020, déployé depuis le mois de décembre 2013 par le Service de la santé de la mégapole du Sud, sont multiples. Il s’agit, dans les grandes lignes, de remédier à la pénurie de ressources humaines des hôpitaux des districts, d’aider les pauvres et autres habitants des régions reculées à bénéficier de services de santé de haute qualité, et de lever une partie de la surcharge des hôpitaux de ressort central.

Avec 37 médecins mutés dans deux hôpitaux au niveau de l’arrondissement et quatre du district durant le premier semestre 2014, les premiers résultats sont là.

Arrivée de médecins spécialistes

Avant la mise en place du projet, les hôpitaux des arrondissements et districts de Hô Chi Minh-Ville manquaient cruellement de médecins spécialistes, notamment dans l’obstétrique, la pédiatrie, la chirurgie... L’hôpital du district de Cu Chi ne compte que 12 médecins, et aucun pour la pédiatrie et l’obstétrique. Idem à l’hôpital du district de Cân Gio, qui aurait, dans l’idéal, besoin de 20 médecins supplémentaires.

«Par le biais de ce projet, Hô Chi Minh-Ville a envoyé des médecins de l’Hôpital de la pédiatrie N°1 et des hôpitaux Tu Du, Trung Vuong dans notre hôpital, contribuant à remédier au manque de médecins spécialistes», partage le Docteur Ly Van Hang, directeur adjoint de l’hôpital du district de Cu Chi. Et d’ajouter que la mutation des médecins permet non seulement aux hôpitaux de ressort local d’améliorer la qualité de leurs ressources humaines, mais aux patients de ressort local d’être soignés au moyen de techniques avancées au sein même de leur localité, ce qui permet d’économiser du temps et de l’argent, notamment pour les frais de déplacement.

De son côté, le Dr Trân Ninh Bao Nhi, directrice du service pédiatrique de l’hôpital du district de Cân Gio, fait savoir que ce projet contribue à élever la qualification professionnelle des médecins de ressort local. Médecin muté à l’hôpital de Cân Gio, le Dr Nguyên Thanh Tuê, de l’hôpital Nguyên Tri Phuong, fait savoir que depuis la mise en route du projet de mutation à tour de rôle des médecins en décembre 2013, plusieurs interventions chirurgicales d’appendice vermiforme ou de strumectomie (ablation d’un goitre, ndlr) ont été réalisées dans les hôpitaux de ressort local.

Selon le Service de la santé de Hô Chi Minh-Ville, plus de 50 médecins ont déjà été envoyés dans les hôpitaux de ressort local à ce jour. La plupart des cadres mutés sont des professionnels de haut niveau capables de transférer leurs savoirs et techniques dans leur domaine de compétence.

Une bonne nouvelle pour les habitants

L’envoi de médecins en provenance de l’hôpital obstétrique Tu Du et celui de la pédiatrie N°1 a bien entendu été salué par les habitants du district de Cu Chi, qui n’ont plus besoin de se déplacer ni de perdre un temps précieux dans les files d’attente interminables des hôpitaux de ressort central. D’autant plus qu’ils peuvent bénéficier de soins identiques à ceux prodigués dans ces derniers.

«Auparavant, je perdais une heure de transport à moto pour emmener mon fils en consultation à l’hôpital de la pédiatrie N°1. Maintenant, il est soigné par des médecins de cet établissement au sein de l’hôpital du district»,
se félicite Phan Thi Thanh Truc, dont le fils est hospitalisé ici.

Dix mois après la mise en place du projet, les médecins mutés ont prodigué 37.000 consultations médicales et réalisé 140 interventions chirurgicales.
 Photo : Duong Ngoc/VNA/CVN


D’après le directeur adjoint de cet hôpital, le Dr Ly Van Hang, la plus grande réussite de ce projet est la confiance nouvelle dont font montre les patients vis-à-vis des hôpitaux de ressort local. «L’afflux de jeunes patients et de femmes enceintes était limité ici. Maintenant, l’hôpital de Cu Chi accueille chaque jour de 40 à 50 enfants malades. De plus, le taux de patients transférés vers les établissements de ressort central a nettement baissé», fait savoir le Dr Hang.

L’hôpital du district de Cân Gio connaît aussi une hausse de la fréquentation, à l’inverse du taux de transferts des patients vers les hôpitaux de ressort central, qui n’est plus que de 10%. Des accouchements difficiles ont été réalisés sur place. Plusieurs techniques avancées ont été transférées. Actuellement, grâce aux aides des médecins de l’hôpital de la pédiatrie N°1, l’hôpital accueille entre 80 et 90 jeunes patients quotidiennement, avec des pics à 120, contre 20 à 30 auparavant.

Selon Nguyên Thi Hà, chef du bureau du personnel du Service de la santé de Hô Chi Minh-Ville, dix mois après la mise en place du projet, les médecins mutés ont prodigué 37.000 consultations et ordonnances médicales, réalisé 140 interventions chirurgicales et transféré des techniques avancées à 120 médecins des hôpitaux de ressort local. Et ce n’est qu’un début !

Huong Linh/CVN





Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Deux ophtalmologues suisses en mission bénévole à Hanoï

Le développement du tourisme Actuellement, le tourisme intelligent constitue une tendance inéluctable au Vietnam. Ce type de voyage recourt à l’application des technologies de l’information et de la communication à son essor et attache les intérêts des voyageurs à ceux de l’administration et des entreprises.