09/02/2017 18:54
Des combats entre forces gouvernementales et rebelles pour le contrôle de la ville portuaire de Mokha, dans le Sud-Ouest du Yémen, ont fait au moins 32 morts mercredi 8 février selon des responsables et des sources médicales.

>>Six civils tués dans des frappes aériennes de la coalition dans le Nord du Yémen
>>Plus 30 morts, dont 17 civils, dans un raid aérien de la coalition au Yémen
>>Yémen : série de raids aériens nocturnes contre les rebelles
 

Un soldat des forces gouvenementales, le 23 janvier à Mokha.
Photo : AFP/VNA/CVN


Les troupes loyales au président Abd Rabbo Mansour Hadi, appuyées par une coalition militaire arabe sous commandement saoudien ont progressé dans plusieurs quartiers de cette ville stratégique sur la mer Rouge.

Les rebelles Houthis se sont repliés mercredi vers le nord et l'ouest de la ville, selon des sources militaires. Les combats ont fait 24 morts parmi les combattants rebelles et huit dans les rangs des forces gouvernementales, selon ces sources.

Mokha est aux mains des Houthis, rebelles issus de l'importante minorité zaïdite alliés aux partisans de l'ex-président Ali Abdallah Saleh.

Soutenues par l'aviation et la marine de la coalition arabe, les forces progouvernementales ont lancé le 7 janvier une offensive pour reprendre aux rebelles les zones longeant la mer Rouge sur 450 km, dont les villes de Mokha, Hodeida et Midi, près de la frontière saoudienne. Depuis, les combats ont fait plus de 400 morts.

Depuis l'intervention de la coalition arabe en mars 2015, plus de 7.400 personnes ont été tuées et plus de 40.000 autres ont été blessées dans le conflit au Yémen où toutes les médiations de l'ONU et sept cessez-le-feu ont échoué.

 

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Ressusciter les estampes populaires de Kim Hoàng

Les vestiges de la citadelle de Thanh Chiêm à Quang Nam La citadelle de Thanh Chiêm est située à Diên Phuong, dans la province centrale de Quang Nam. Vestige historique national, elle était, sous la dynastie des Nguyên (1802-1945), considérée comme la capitale satellite de Huê et le centre politique, militaire, économique et culturel du Sud. Aujourd’hui, l’édifice est en ruine mais les autorités ont décidé de faire de Thanh Chiêm une nouvelle destination touristique.