03/07/2021 15:31
Iga Swiatek, 9e mondiale, était pressée de se qualifier pour les 8es de finale de Wimbledon, où elle joue pour la deuxième fois, et l'a fait savoir à la Roumaine Irina Begu (79e) qui n'a tenu que 55 minutes avant de céder 6-1, 6-0.
>>Swiatek, tenante du titre, éliminée en quarts de finale par Sakkari
>>Swiatek solide pour lancer la défense de son titre, le jour de ses 20 ans
>>Tennis : Bencic et Swiatek en finale à Adélaïde

La Polonaise Iga Swiatek face à la Roumaine Irina-Camelia Begu au 3e tour de Wimbledon, le 2 juillet.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Je joue de mieux en mieux à chaque match et je suis de plus en plus confiante parce que ça fait maintenant un moment que je joue sur gazon. Je m'entraîne beaucoup durant mes jours de repos", a commenté la Polonaise de 20 ans, lauréate de Roland-Garros 2020. Elle affrontera lundi 5 juillet la Tunisienne Ons Jabeur (24e) ou l'Espagnole Garbine Muguruza (12e et lauréate en 2017), pour tenter d'atteindre les quarts de finale.

"Je ressens bien mieux la surface maintenant qu'au début du tournoi ou même qu'à Eastbourne (éliminée au 2e tour, ndlr). J'arrive mieux à mettre en place mes tactiques, à être agressive et concentrée tout au long du match", a-t-elle prévenu. Face à la tornade Swiatek, qui n'a laissé que 25 points à son adversaire quand elle en a remporté au total 58, Begu a commis beaucoup trop de fautes directes (25 contre 6 à la Polonaise) pour espérer mieux résister.

Swiatek, championne junior sur le gazon londonien en 2018, avait perdu au premier tour lors de sa première apparition dans le tableau principal de Wimbledon l'année suivante. Depuis, elle a remporté Roland-Garros en 2020, s'est installée dans le Top 10 mondial et affiche des ambitions.

"En tant que joueuse, je me suis développée, a-t-elle analysé. En 2019, j'étais physiquement plus faible et mon jeu ne me donnait pas autant de possibilités et du coup je ne savais pas vraiment quoi faire sur le gazon. Cette fois, je me sens vraiment, vraiment mieux."

"J'ai une plus grande variété de coups, ce qui me permet de mieux m'adapter à toutes les surfaces. Et j'ai aussi mûri, ce qui fait que mentalement je suis capable de relever les défis", a-t-elle ajouté. "Je ne vais pas beaucoup au filet parce que je me concentre sur les approches. Je veux jouer vite et avec précision, si bien que parfois je n'ai même pas besoin de monter au filet parce que le point est terminé avant...", a-t-elle encore expliqué.

AFP/VNA/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les artistes conjuguent leurs efforts pour préserver le chant xâm