09/07/2021 08:50
On avait laissé Ashleigh Barty abandonnant sur blessure au 2e tour à Roland-Garros, on retrouve la N°1 mondiale en finale de Wimbledon où elle affrontera samedi 10 juillet Karolina Pliskova, elle aussi ex-N°1 et finaliste en Majeur, pour un premier sacre sur le gazon londonien.
>>Wimbledon : Kerber et les nouvelles venues
>>Wimbledon : Djokovic encore et toujours, Barty enfin

L'Australienne Ashleigh Barty face à l'Allemande Angelique Kerber en demi-finale de Wimbledon, le 8 juillet.
Photo : AFP/VNA/CVN

Barty a fait jeudi 8 juillet "l'un des meilleurs matchs de (sa) carrière" pour écarter l'Allemande Angelique Kerber, 28e et lauréate en 2018, 6-3, 7-6 (7/3). De son côté, Pliskova a contré la puissance de la Bélarusse Aryna Sabalenka (4e) pour s'imposer 5-7, 6-4, 6-4.

"C'était un moment de soulagement, de pur bonheur", a commenté Barty au sujet de la façon dont elle s'est prise la tête entre les deux mains une fois la balle de match remportée.

"Je ne savais pas si je pourrais un jour ressentir ça: avoir la chance de jouer une finale à Wimbledon, c'est... incroyable", a-t-elle ajouté.

Surtout qu'elle n'avait pas joué entre son abandon à Roland-Garros en raison d'une hanche douloureuse et le début du Majeur sur gazon. Ce qui ne l'inquiète pas... et à raison manifestement.

"Préparation différente" 

"Je ne manque absolument pas de préparation. C'est juste que ma préparation a été différente, unique", avait-elle affirmé après sa qualification pour les quarts de finale.

L'Australienne de 25 ans avait été éliminée en huitièmes à Wimbledon en 2019, quelques semaines après son succès à Roland-Garros, le seul titre du Grand Chelem à son palmarès à ce jour.

Contre Kerber, elle a démarré sur les chapeaux de roue et s'est détachée 3-0. L'Allemande de 33 ans est alors entrée dans son match, mais sans pouvoir refaire son retard.

Mais c'est elle qui a réussi le break d'entrée en deuxième manche pour se détacher à son tour 3-0. Et tandis que le set semblait se dérouler comme un calque du premier, en faveur cette fois de l'Allemande, Barty en a modifié le scenario en débreakant pour revenir à 4-5.

Menée 6-5, l'Australienne a aligné dix points d'affilée pour décrocher le tie break et se détacher 6-0 dans ce jeu décisif, avec six balles de match. Kerber en a sauvé trois avant de céder.

"Je suis très fière de moi et je vais tout faire samedi pour gagner le tournoi, a annoncé Barty. Jouer cette finale, ce sera la plus grande expérience de ma vie !"

"Pas le temps de réfléchir" 

La joie de la Tchèque Karolina Pliskova après sa victoire face à la Bélarusse Aryna Sabalenka en demi-finale de Wimbledon, le 8 juillet.
Photo : AFP/VNA/CVN

Et c'est Karolina Pliskova qui partagera cette expérience mémorable.

"C'est fou... jusque-là je n'avais pas passé les huitièmes de finale", a commenté la Tchèque de 29 ans qui avait échoué aux portes des quarts lors des deux dernières éditions des Championships.

Contre Sabalenka, elle a laissé passer huit fois sa chance de faire le break dans la première manche ("Elle a super bien servi et je suis super contente d'être restée dans le match et de m'en être sortie", a déclaré Pliskova) et a cédé sa propre mise en jeu sur la seule balle de break concédée... sur la balle de set.

Mais par la suite, elle a breaké tôt dans les deux manches suivantes et a tenu sur ses jeux de service malgré les coups puissants de la Bélarusse.

"Les balles allaient si vite parfois qu'on n'avait pas le temps de réfléchir au coup que l'on devait faire", s'est amusée Pliskova.

Elle est d'autant plus satisfaite de son niveau de jeu qu'elle n'y avait plus goûté depuis un certain temps.

"Je n'avais pas bien joué les semaines qui ont précédé Wimbledon, donc là je me sens un peu comme dans un rêve. J'ai toujours cru qu'à un moment ou à un autre je retrouverais mon jeu et je suis très heureuse que ça arrive maintenant", avait-elle commenté après sa qualification pour le dernier carré.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Des maquettes miniatures reflètent les spécificités de la culture vietnamienne

Quand le tourisme sauve l’identité culturelle Pour les Co Tu de Hoà Vang, un district montagneux rattaché à la ville de Dà Nang (Centre), Dinh Van Nhu est un pionnier. Il a en effet été le tout premier habitant de cette ethnie minoritaire à transformer sa demeure en maison d’hôtes, un modèle d’hébergement chez l’habitant particulièrement prisé des touristes.