20/06/2017 16:35
Les États-Unis, à la tête de la coalition antijihadiste, ont affirmé vouloir rétablir avec la Russie le canal de communication militaire sur la Syrie, dont Moscou a annoncé la suspension après la destruction d'un chasseur syrien par un avion américain.
>>Syrie : les tirs de missiles iraniens ont atteint leurs objectifs
>>L'armée américaine confirme avoir abattu un avion syrien

Les Forces d'élite syriennes d'Ahmad Jarba qui combattent auprès des Forces démocratiques syriennes, à Raqa en Syrie le 14 juin.
Photo : AFP/VNA/CVN

Ce canal "a très bien fonctionné sur les huit derniers mois", et "nous allons travailler dans les prochaines heures sur le plan diplomatique et militaire pour rétablir" ces communications entre les quartiers généraux russe et américain au Moyen-Orient, a affirmé lundi 19 juin le chef d'état-major inter-armées américain, le général Joe Dunford.

Impliqué militairement au côté du régime du président syrien Bachar al-Assad, Moscou a annoncé lundi 19 juin la suspension des canaux de communication avec les États-Unis sur la prévention des incidents aériens en Syrie, accusant Washington de n'avoir pas "prévenu" l'Armée russe qu'elle allait abattre l'avion.

Son ministère de la Défense a indiqué que les "avions et les drones de la coalition internationale repérés à l'ouest de l'Euphrate seront suivis et considérés comme des cibles par les moyens terrestres de défense antiaérienne et par les moyens aériens".

L'Armée syrienne avait annoncé dimanche 18 juin que la coalition internationale avait abattu l'un de ses avions de combat alors "qu'il menait une mission contre l'EI" (le groupe jihadiste État islamique) dans la province de Raqa (Nord).

Capture d'écran d'un tir par l'Iran - allié du régime de Damas - le 18 juin, de missiles contre des cibles du groupe jihadiste État islamique (EI) en Syrie.
hoto : AFP/VNA/CVN

La coalition a affirmé qu'il s'agissait d'une riposte à des frappes aériennes sur les Forces démocratiques syriennes (FDS - alliance de combattants antijihadistes arabes et kurdes) soutenues par les États-Unis.

La tension est encore montée d'un cran avec les tirs par l'Iran - un autre allié du régime de Damas - pour la première fois dimanche 18 juin de missiles contre des cibles de l'EI en Syrie.

«Désescalade»

Ces deux événements "soulèvent plus généralement notre profonde inquiétude sur le risque d'une possible erreur de jugement ou d'escalade militaire en Syrie", a déclaré lundi 19 juin le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric.

Le général Dunford à Washington le 19 juin. Photo : AFP/VNA/CVN
"Nous pensons que le risque est accru lorsque les efforts de lutte contre l'EI et d'autres groupe terroristes ne sont pas associés à la recherche d'une solution politique" aux six années d'un conflit qui a causé la mort de plus de 320.000 personnes, a souligné Stéphane Dujarric.

L'incident s'est déroulé à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest de la ville de Raqa, chef-lieu de la province éponyme et principal fief de l'EI en Syrie, que les FDS tentent de capturer depuis des mois.

Le Pentagone a précisé que les États-Unis avaient adapté leurs opérations aériennes en Syrie suite à la montée des tensions provoquée par l'incident de dimanche 18 juin.

"Nous avons par mesure de précaution repositionné nos avions au-dessus de la Syrie, pour pouvoir continuer de frapper les forces du groupe État islamique, tout en assurant la sécurité de nos équipages", a déclaré le major Adrian Rankine-Galloway, un porte-parole du Pentagone.

"Nous voulons parvenir à une désescalade de la situation" mais "nous garderons toujours notre droit à l'autodéfense", a souligné pour sa part le porte-parole de la Maison Blanche Sean Spicer.

Dans la même zone de l'incident, des affrontements ont opposé dimanche soir 18 juin pour la première fois des troupes prorégime et les FDS, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Les combats avaient cessé lundi 19 juin.

Cette escalade survient au moment où les troupes syriennes se trouvent dangereusement proches de zones contrôlées par des forces soutenues par les États-Unis, aussi bien dans le Nord que dans le Sud-Est syrien.

AFP/VNA/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Un plan quadriennal pour élargir le public francophone

Tourisme fluvial : la Colombie veut acquérir des expériences de Can Tho La Colombie souhaite coopérer avec la ville de Cân Tho dans le développement du tourisme fluvial dont le modèle de marché flottant de Cai Rang. C’est ce qu’a exprimé Claudia Liliana Zambrano Naranjo, chargé d’affaires de la Colombie au Vietnam, mercredi 22 novembre dans la ville.