17/12/2019 11:52
La Bourse de New York, revigorée par l'accord commercial conclu entre les États-Unis et la Chine, a emmené lundi 16 décembre ses principaux indices à des niveaux inédits.
>>À Wall Street, l'espoir d'un accord commercial emporte Nasdaq et S&P 500 à des records
>>Wall Street termine en petite hausse alors que la Fed penche pour le statu quo

Des traders à la Bourse de New York. Photo : AFP/VNA/CVN

Son représentant vedette, le Dow Jones Industrial Average, a gagné 0,36% pour clôturer à 28.235,89 points. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, s'est apprécié de 0,91% pour terminer à 8.814,23 points et l'indice élargi S&P 500 a pris 0,71% pour finir à 3.191,45 points.

Les détails du compromis négocié par Washington et Pékin et annoncé vendredi  13 décembre montrent "qu'au mieux, les pires scénarios envisagés par les courtiers ont été écartés", a souligné Christopher Low, économiste chez FHN Financial.

"Washington continue d'imposer des tarifs douaniers importants sur les biens chinois, il n'y a pas vraiment de calendrier concernant l'engagement des Chinois à acheter des produits agricoles, et d'autres aspects du texte, comme la protection de la propriété intellectuelle, restent douteux", estime le spécialiste.

Mais "le marché continue à monter car la pire situation, celle d'une chute encore plus importante des échanges entre les États-unis et la Chine, semble maintenant mise de côté", juge-t-il.

Le fait que Washington et Pékin soient parvenus à un compromis alors qu'un nouvel accord commercial vient d'être conclu entre les États-Unis, le Canada et le Mexique "donne un coup de fouet bienvenu à la confiance des entreprises", estime pour sa part Nicholas Colas de DataTrek Research. "Alors qu'elles sont en train de finaliser leurs budgets pour 2020, elles devraient (enfin) commencer à envisager des investissements supplémentaires", ajoute-t-il.

"Cela devrait suffire à maintenir l'espoir d'une croissance économique et des bénéfices des entreprises en 2020 et à limiter les craintes que le remaniement impromptu des accords commerciaux ne fasse basculer le monde dans la récession", avance M. Colas.

Les incertitudes s'éloignent 

Avec en plus la large victoire des conservateurs aux élections britanniques qui dégage la voie pour le Brexit, "le monde est un peu moins désordonné qu'il y a une semaine", note-t-il également en soulignant que cela devrait permettre aux indices de poursuivre leur montée vers des sommets inédits.

La banque centrale américaine ayant par ailleurs suggéré qu'elle allait a priori laisser ses taux au même niveau en 2020, les principales sources d'incertitudes ayant pesé sur les marchés ces derniers mois se sont désormais éloignées.

Signe d'un certain désintérêt des investisseurs pour les actifs jugés les moins risqués comme la dette américaine, le taux à 10 ans des bons du Trésor montait vers 21h40 GMT à 1,875% contre 1,823% vendredi 13 décembre à la clôture.

Du côté des valeurs, Boeing a reculé de 4,29% alors que, selon le Wall Street Journal, le constructeur aéronautique devait dévoiler lundi ses intentions concernant la production de son 737 MAX cloué au sol depuis mi-mars.

La société International Flavors and Fragrances (IFF), qui fournit des ingrédients alimentaires, a chuté de 10,43% après avoir conclu un accord pour fusionner avec la division de DuPont (+0,14%) dédiée à la nutrition pour former une nouvelle entreprise valant 45,4 milliards d'USD. Les actionnaires de DuPont en posséderont 55,4% et ceux d'IFF 44,6%.

DuPont recevra par ailleurs un versement de 7,3 milliards d'USD en espèces lors de la finalisation de l'opération.

Disney est monté de 1,42% alors que La Reine des neiges 2 a dépassé plus de 1 milliard d'USD de chiffres d'affaires.

La plateforme de voitures avec chauffeurs Uber a bondi de 5,48% après des informations du Wall Street Journal affirmant que l'entreprise cherche à vendre son activité de livraison de nourriture, Uber Eats, en Inde à son concurrent Zomato Media.

Le géant de l'énergie Pacific Gas and Electric (PG&E), qui s'est déclaré en faillite face aux milliards d'USD d'indemnités que lui réclament des victimes d'incendies de forêt, a plongé de 13,97% alors que le gouverneur de l'État américain de Californie, Gavin Newsom, a rejeté son plan de restructuration.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Nguyên Thu Thuy, la céramiste des espaces urbains

COVID-19 : le marché touristique espère se redresser en été Le marché du tourisme devrait se redresser cet été après le creux dû à la maladie respiratoire aiguë causée par SARS-CoV-2 (COVID-19).