14/07/2021 08:42
La Bourse de New York a fini en baisse mardi 13 juillet, entraînée par des prises de bénéfices mais aussi par des chiffres d'inflation plus élevés que prévu aux États-Unis, qui font planer l'incertitude sur la politique monétaire américaine.
>>La Bourse de Paris temporise avant l'inflation et les résultats américains
>>Nouveau triple record pour Wall Street, le Dow Jones frôle les 35.000 points

Le New York Stock Exchange à Wall Street (New York), le 23 mars.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le Dow Jones a terminé en baisse de 0,31% à 34.888,79 points, le Nasdaq, à forte coloration technologique, a perdu 0,38% à 14.677,65 points et l'indice élargi S&P 500 a cédé 0,35% à 4.369,21 points.

Le marché attendait mardi 13 juillet la première salve de résultats d'entreprises, marquée par les banques JPMorgan Chase et Goldman Sachs. Les deux établissements ont enregistré des bénéfices trimestriels sensiblement plus élevés qu'attendus, nourris par la bonne santé de l'économie américaine.

Pour autant, les deux titres ont effectué toute la séance en territoire négatif car le marché a retenu le ralentissement des revenus provenant du trading. JPMorgan Chase a concédé 1,43% à 155,74 USD, tandis que Goldman Sachs a lâché 1,02% à 376,60 USD.

"Avec des actions qui sont à des niveaux records ou pas loin, les gens ont tendance à vendre après publication" des résultats, a expliqué Art Hogan, responsable de la stratégie chez National Securities.

"L'autre pièce du puzzle, aujourd'hui, ce sont clairement les inquiétudes liées à une inflation persistante", a-t-il ajouté.

Les prix à la consommation ont continué de grimper en juin aux États-Unis, et ont connu leur plus forte hausse depuis 2008, tant sur un mois (+0,9%) que sur un an (5,4%), selon l'indice CPI publié mardi 13 juillet par le département du Travail.

"Même s'il est facile d'expliquer pas mal des composants de ce chiffre", notamment la hausse des prix des voitures d'occasion, des billets d'avion ou des chambres d'hôtel, de nature passagère selon Art Hogan, "cela renforce la préoccupation du marché en général selon laquelle l'inflation est peut-être moins transitoire que ce que nous pensions."

L'indice des prix à la production (PPI) aux États-Unis, attendu mercredi 14 juillet, devrait renseigner un peu plus sur le phénomène, d'autant que, comme le souligne Art Hogan, ce chiffre représente souvent un indicateur plus avancé que les prix à la consommation.

Sur le marché obligataire, les rendements sur les bons du Trésor à 10 ans, ont nettement progressé, à 1,41%, poursuivant leur rebond après avoir touché 1,24% la semaine dernière.

Autre grand nom américain à se lancer mardi 13 juillet avec les banques, le géant des boissons, chips et autres en-cas PepsiCo (+2,31% à 152,96 USD) a profité de résultats meilleurs qu'attendus et d'un relèvement de ses objectifs de chiffre d'affaires et de bénéfice par action.

L'avionneur américain Boeing a pâti de l'annonce d'une réduction de sa production de long-courriers 787 consécutive à des vices de fabrication près du nez des appareils. Le titre a abandonné 4,23% à 228,20 USD.

Les grandes compagnies aériennes américaines se sont toutes repliées avant la publication mercredi 14 juillet des résultats trimestriels de Delta Air Lines. United Airlines a perdu 4,19%, American Airlines 3,93% et Delta 3,55%.

Au lendemain du dépôt d'un document annonçant une possible augmentation de capital, Virgin Galactic a de nouveau connu une séance difficile, abandonnant 7,20% à 37,76 USD. Le groupe aéronautique a perdu un tiers de sa capitalisation depuis fin juin.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les artistes conjuguent leurs efforts pour préserver le chant xâm

Phu Quôc rouvrira bientôt ses portes aux touristes étrangers Le Premier ministre Pham Minh Chinh a ratifié la proposition du ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme sur la réouverture de Phu Quôc à destination des touristes étrangers à partir d’octobre. Cette décision donnera le coup d’envoi du redressement touristique vietnamien après plusieurs mois de fermeture en raison de la crise sanitaire.