19/12/2019 13:49
Né en 1969, Vu Van Gioi est originaire de Dông Cuu, le village natal des brodeurs du roi situé en banlieue de Hanoï. Il est le dernier artisan capable de reproduire à l’identique les costumes de la famille royale.

>>Particularités de la broderie à la main
>>Renaissance du métier traditionnel au village de Dông Cuu
>>Dông Cuu préserve la broderie ancienne
 

L'artisan Vu Van Gioi. Photo : VOV/CVN


Descendant d’une famille de brodeurs depuis cinq générations, Vu Van Gioi a hérité du talent et de la passion de ses aînés et d’un savoir-faire ancestral.

Les tenues d’apparat des membres de la famille royale ne se ressemblaient pas. L’habit du roi était le plus sophistiqué car il comprenait des motifs brodés des deux côtés de l’étoffe nécessitant parfois des fils de soie de 200 teintes distinctes.

La broderie réalisée pour la famille royale était bien différente de celle exécutée pour les notables, explique Gioi.

"Les broderies réalisées pour les notables laissaient plus de liberté aux artisans. En revanche, les brodeurs de la cour devaient répondre à un formalisme rigoureux. Ils devaient respecter certaines harmonies de couleurs. Selon le type de vêtement, il fallait utiliser une étoffe et un fil spécifiques. Chaque motif brodé exigeait une technique particulière. Les points de broderie exécutés par les artisans devaient être aussi réguliers que s’ils avaient été exécutés avec une machine. Ce travail prenait beaucoup de temps. J’ai mis cinq ans, de 1993 à 1998, à reproduire un habit royal".

"Reproduire à l’identique" requiert beaucoup de patience et de minutie. Avant de passer à la reconstitution d’un costume, Gioi passe beaucoup de temps à faire des recherches sur l’époque, sur les techniques utilisées d’antan, ou encore sur les matières et les fils. Exigeant et soucieux d’accorder à chacune de ses créations la plus grande authenticité, il s’est rendu à Huê, la capitale de la dernière dynastie royale vietnamienne, pour s’entretenir avec des historiens et recueillir les précieux secrets des derniers brodeurs.

En 2016, le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme a inscrit la broderie des vêtements royaux sur la liste des patrimoines culturels immatériels nationaux. Trân Thi Thuy Lan, chef adjointe du Comité exécutif du Vieux quartier de Hanoï, explique : "Le village de Dông Cuu est réputé pour la reconstitution des vêtements royaux. Les broderies des costumes du roi et des ministres de la cour ont été confiées aux artisans du village. Il y a trois ans, nous avons organisé avec  Vu Van Gioi un défilé de costumes traditionnels dans le centre culturel de Hanoi".

Vu Van Gioi a reçu le titre d’artiste émérite en 2013. En 2018, il a reproduit certains des habits qui avaient été portés par les rois Dông Khanh et Khai Dinh.

Véritables œuvres d’art, les costumes réalisés par Gioi peuvent coûter plusieurs milliards de dôngs (un milliard de dôngs équivaut à 38.700 euros). Ils sont exposés dans plusieurs musées au Vietnam ou encore lors des grands festivals culturels. Vous l’aurez compris, Vu Van Gioi n’est pas qu’un excellent brodeur, il est le dictionnaire vivant de la broderie royale vietnamienne.

VOV/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Nguyên Thu Thuy, la céramiste des espaces urbains

COVID-19 : le marché touristique espère se redresser en été Le marché du tourisme devrait se redresser cet été après le creux dû à la maladie respiratoire aiguë causée par SARS-CoV-2 (COVID-19).