21/10/2018 09:24
Vu Phuong Thanh est férue d’ultra-trail, un sport extrême que bien peu de Vietnamiennes pratiquent. Massif du Mont Blanc, déserts de Gobi ou d’Atacama, la jeune femme a enchaîné les performances.
>>Plus de 3.100 coureurs au marathon des montagnes du Vietnam 2018
>>Le 3e trail international des montagnes de Sa Pa

Vu Phuong Thanh a réussi des ultra-trails à travers quatre des plus célèbres déserts du monde.
Photo: NVCC/CVN

Vu Phuong Thanh est la première Asiatique à avoir réussi des ultra-trails à travers quatre des plus célèbres déserts du monde: Namib (Namibie), Gobi (Chine), Atacama (Chili) et Antarctique. Des exploits extraordinaires entrepris en l’espace d’une seule année, en 2016.

Cette jolie jeune femme, au teint hâlé et au caractère à la fois doux et énergique, nourrit la passion pour les sports d’aventure, notamment l’ultra-trail et le parachutisme. "Quelle joie de pouvoir voler ou de conquérir des régions reculées aux quatre coins du monde!", s’exclame-t-elle. 

Née en 1990 à Hanoï dans une famille de fonctionnaires, Phuong Thanh a eu la chance de faire une grande partie de ses études à l’étranger: collège à Singapour, lycée au Canada et université au Royaume-Uni.

Diplômée en administration des affaires et finances avec la mention bien, elle a été recrutée et a travaillé à Singapour pour Bloomberg LP, un groupe financier américain spécialisé dans les services aux professionnels des marchés financiers et dans l’information économique et financière.

En 2015, après plus de deux ans dans la cité-État, Phuong Thanh a décidé de quitter ce poste envié pour réaliser son rêve: découvrir le monde par l’entremise de sports extrêmes: marathon, ultra-trail et parachutisme. "Mon plus grand désir: découvrir le monde et me dépasser", explique-t-elle.

Son projet extraordinaire, elle l’a commencé avec des marathons et du parachutisme, avant de participer à des ultra-trails de 100 km et plus.

"Les entraînements furent éprouvants les premiers mois. J’avais mal partout. Je me levais à 04h00 du matin pour aller courir et me couchais à 21h00, j’étais donc en décalage complet avec le rythme de vie de mes amis. Mais, c’était mon choix. Et puis, tout est affaire d’adaptation", avoue-t-elle. 

"La rose de fer"

Le but de Phuong Thanh était le championnat international 2016 des "4 Deserts Grand Slam", un championnat annuel d’ultra-trail à travers quatre déserts parmi les plus rigoureux du  monde. Au total 1.000 km en l’espace d’un an. Au menu des réjouissances: Namib en Namibie en mai, Gobi en Chine en juin, Atacama au Chili en octobre et Antarctique en novembre. Chaque épreuve de 250 km durait sept jours.

Vu Phuong Thanh aime l’aventure. Photo: FBNV/CVN

"L’ultra-marathonien doit faire face à de multiples difficultés. Pour moi, la plus grande difficulté n’est pas de porter un sac sur le dos ni de souffrir de la faim ou de la soif, mais d’entretenir la volonté de poursuivre la course", confie Phuong Thanh.

Et d’avouer qu’après avoir traversé les deux premiers déserts, elle a eu l’idée de jeter l’éponge. "Le climat extrême de Gobi a provoqué des troubles psychologiques chez moi. Je me suis alors demandée si cela valait la peine de continuer, avec le risque permanent d’accident ou de grosse défaillance physique. Et j’ai pensé à mes parents et aux tourments que cela leur provoquerait".

Mais son énergie admirable lui a redonné des forces: "Lorsqu’on est à bout, on se dit: allez, encore un pas, et un autre... C’est ainsi que l’on peut finalement arriver au but".

Pas étonnant que la marathonienne courageuse soit surnommée "La rose de fer" par ses amis.  

Aux ultra-trails des "4 Deserts Grand Slam", Phuong Thanh a aussi trouvé des sources d’encouragement auprès de ses compagnons de route. "J’ai été très impressionnée par un handicapé hongkongais de 60 ans qui, malgré une prothèse, a terminé l’épreuve de l’Atacama. Ou encore par la présence de trois coureurs aveugles dans le désert du Namib".      

"À cœur vaillant, rien d’impossible"

Après ces quatre déserts, Phuong Thanh s’est fixée de nouveaux défis: participer en 2018 à des ultra-trails dans d’autres régions du monde. "J’ai l’ambition de pouvoir hisser le drapeau du Vietnam partout, sur tous les continents, y compris au Pôle Nord", assure-t-elle.

En septembre 2017, un incident l’a frappée à la dernière étape de l’ultra-trail du Mont Blanc, dans les Alpes. Une épreuve inhumaine de 170 km, à cheval sur la France, la Suisse et l’Italie. "Il s’agit du pire parcours que j’ai connu, à cause des températures descendant jusqu’à -19°C, des cols de 2.000-2.500 m à franchir, de la neige... À cela venaient s’ajouter des nuits sans sommeil", se rappelle-t-elle.

L’incident est survenu brusquement à 24 km de l’arrivée. La marathonienne vietnamienne a connu une grosse défaillance physique, mais elle a été immédiatement prise en charge par les médecins. La jeune femme estime quand même avoir triomphé: "J’ai fais de mon mieux. J’ai été au bout de moi-même. Je n’ai rien à me reprocher".

Interrogée sur sa motivation, Phuong Thanh répond avec le sourire: "J’aime l’aventure, c’est mon moteur. +À cœur vaillant, rien d’impossible+, ce proverbe m’accompagne dans mes actes de tous les jours".

Nghia Ðàn/CVN 


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Luang Prabang, Udon Thani et Quang Ninh: un triangle de patrimoines mondiaux La promotion du triangle de patrimoines mondiaux lors d’un forum commun a offert des opportunités de développement des produits touristiques empreints des particularités culturelles de chaque pays, contribuant ainsi à créer des circuits attrayants, notamment pour les touristes venant d’Europe et d’Amérique du Nord.