05/12/2018 18:01
La fin d'une époque: le parti conservateur allemand désigne vendredi 7 décembre un successeur à Angela Merkel après 18 ans de règne, un vote déterminant aussi bien pour l'avenir de la chancelière que du pays tout entier.
>>Après Macron, Merkel prône à son tour la création d'une armée européenne
>>Allemagne: l'alliance conservatrice à la cherche d'un candidat pour succéder à Merkel à la tête de la CDU
>>La course à la succession d'Angela Merkel s'ouvre en Allemagne


Le choix des 1.001 délégués de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) réunis en congrès à Hambourg s'annonce historique car "qui remporte la présidence du plus grand parti d'Allemagne deviendra aussi à terme chancelier ou chancelière", indique Eckhard Jesse, politologue à l'Université de Chemnitz. À deux jours de l'élection, les jeux sont loin d'être faits entre les deux favoris. D'un côté, la Sarroise Annegret Kramp-Karrenbauer ("AKK"), 56 ans, secrétaire générale du parti surnommée "Merkel bis" car elle partage en partie la ligne centriste de la chancelière.

De l'autre, le millionnaire Friedrich Merz, 63 ans, tenant d'un virage à droite du parti et du pays. Autrefois mis sur la touche par Mme Merkel, il fait son retour dans le sérail après une décennie de traversée du désert. Le jeune ministre de la Santé Jens Spahn, un autre anti-Merkel, est jugé hors course. À la tête de la première économie européenne depuis 13 ans, celle que l'opinion surnommait affectueusement "Mutti" (Maman) au temps de sa gloire a été contrainte en octobre, après deux élections régionales très décevantes, d'annoncer qu'elle céderait les rênes du parti.

Nouveau souffle

Elle veut quand même boucler son quatrième et dernier mandat de chancelière, soit gouverner jusqu'en 2021. Mais cela dépendra en grande partie du nom de son successeur à la tête de la CDU.


Le parti a plus que jamais besoin d'un nouveau souffle. Attaqué sur la droite par l'Alternative pour l'Allemagne (AfD, extrême droite) et rongé au centre par les Verts, il ne récolte plus avec son allié bavarois CSU que 26 à 28% d'intentions de vote dans les sondages. Aux législatives de septembre 2017, il était sorti affaibli, mais avec encore 33% de suffrages. Son partenaire gouvernemental, le parti social-démocrate (SPD), traverse lui une crise bien pire encore.

L'AfD, qui a fait une entrée fracassante à la chambre des députés il y a un an, s'est nourrie des peurs liées à la politique migratoire généreuse de la chancelière. Elle avait ouvert en grand les  portes de l'Allemagne à plus d'un million de réfugiés syriens ou irakiens entre 2015 et 2016. Pour les candidats au poste suprême de la CDU, l'objectif est de récupérer ses électeurs, d'où leur position particulièrement dure sur l'accueil des migrants. Friedrich Merz a même remis en cause le droit d'asile tel qu'il est inscrit dans la constitution. "AKK" s'est quant à elle prononcée pour le renvoi immédiat de tout réfugié reconnu coupable de crime, y compris Syrien.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Luang Prabang, Udon Thani et Quang Ninh: un triangle de patrimoines mondiaux La promotion du triangle de patrimoines mondiaux lors d’un forum commun a offert des opportunités de développement des produits touristiques empreints des particularités culturelles de chaque pays, contribuant ainsi à créer des circuits attrayants, notamment pour les touristes venant d’Europe et d’Amérique du Nord.