29/03/2018 15:18
>>Voile : conditions de "rêve" au départ de la Sydney - Hobart
>>Voile : Russell Coutts met fin à sa carrière en Coupe de l'America

Le navigateur britannique John Fisher, perdu en mer, avait détaché l'attache de son harnais de sécurité lorsqu'il est tombé lundi 25 mars dans l'Océan Pacifique, lors de la Volvo Ocean Race, a indiqué jeudi 29 mars son équipage SHK/Scallywag.  "John Fischer était en train d'avancer pour nettoyer la voile FR0 (une voile de portant, ndlr) et avait donc détaché sa longe", a décrit son équipage, dans une chronologie de l'incident publiée sur le site de la course. "Comme la grand-voile avait un mouvement de balancier, le système d'écoute (de cordages, ndlr) a sonné John et l'a fait tomber en mer", est-il expliqué. "L'équipage pense que John avait perdu conscience avant de tomber". Le Britannique, 47 ans, est tombé à l'eau à 13h42 GMT lundi 25 mars, à quelque 1.400 miles (2.250 km) à l'ouest du Cap Horn dans l'Océan Pacifique, lors de la septième étape de la Volvo Ocean Race, course autour du monde en équipages avec escales, entre Auckland (Nouvelle-Zélande) et Itajai (Brésil). Il a été considéré mardi 26 mars comme "définitivement perdu" par les organisateurs de la course.  "C'est la pire situation qui peut arriver à votre équipe", a réagi Tim Newton, le manager du voilier hongkongais. "Nous sommes dévastés pour la
famille de John et ses amis". 
La Volvo Ocean Race version 2017-2018 est la plus longue dans l'histoire de cette compétition née en 1973 et qui se dispute tous les trois ans, s'étirant sur huit mois et 45.000 miles entre Alicante et La Haye.   
      
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Châu Dôc: Vers la diversification des offres touristiques La ville de Châu Dôc, dans la province d’An Giang (Sud) bénéficie de conditions naturelles favorables au développement des services. Elle se focalise actuellement sur l’enrichissement de l’offre touristique, notamment sur le plan spirituel et culturel, en invitant des investisseurs à s’y intéresser pour développer infrastructures routières, lieu de résidence... en vue d’accueillir de plus en plus de pèlerins sur cette terre sacrée.