29/12/2018 12:00
"Le vrai bonheur vient seulement quand vous comprenez la valeur d’offrir et le plaisir de recevoir. Il faut donner pour recevoir davantage". C’est un des messages du programme "Le rêve de Thuy", transmis par ses bénévoles aux T-shirts jaunes - couleur du tournesol.
>>Un fonds pour soigner les enfants pauvres à l’hôpital FV
>>Des organisations néerlandaises soutiennent l'Hôpital d’ophtalmologie de Vinh Long

Une des plus belles actions des bénévoles: donner leur sang.
Photo: Phuc Binh/CVN

Il s’agit d’un symbole de sincérité et de dévouement inconditionnel - aux côtés d’enfants cancéreux, des "petits combattants" pleins de courage et d’optimisme. En venant au Département d’oncologie de l’Hôpital pédiatrique II, le mercredi et le jeudi chaque semaine, vous sentirez que ce n’est pas un hôpital tel que nous l’imaginons souvent, mais plutôt une vraie famille, où les bénévoles sont comme de grands frères et de grandes sœurs. 

Chacun est comme un tournesol radieux et chaleureux, qui redonne de la force, de l’énergie et de l’optimisme aux enfants. Tous sont prêts à partager leur précieux temps pour organiser des activités significatives, telles que cours d’alphabétisation ou activités ludiques. Ils donnent même leur sang, ce qui est éminemment respectable. "Soyez fort et courageux!", tel est le message de ces bénévoles adressés à ces enfants. Leur autre message fondamental sur la vie est le suivant: "Vivre, c’est donner et partager".

Vo Hông Phuc, ex-étudiant de l’Université de pédagogie technique de Hô Chi Minh-Ville et aussi membre du programme "Le rêve de Thuy", a témoigné: "Rendre les enfants heureux nous rend nous-mêmes heureux. Nous ne pouvons pas partager leur douleur, mais nous espérons les aider à être plus joyeux et à retrouver une vie presque normale". Pham Mai Hiên, étudiante de l’Université de pédagogie de Hô Chi Minh-Ville: "La chose principale pour nous ici est comment faire pour  redonner le sourire aux enfants afin qu’ils puissent surmonter leur maladie. Chaque semaine, je leur consacre un peu de temps. C’est devenu une habitude".

Courage des "intrépides soldats de plomb"

Dans cette vie, nous pouvons partager par de nombreuses façons; mais la chose la plus importante, c’est d’y apporter de l’amour. Lorsque vous faites quelque chose pour quelqu’un avec tout votre cœur, de manière inconditionnelle, alors même les plus petites choses sont dignes de respect.

Je supposais que, dans le petit monde des enfants cancéreux, tout était noir et plein de désespoir. Mais la réalité est différente. Derrière leur apparence fragile, j’ai trouvé une endurance, un optimisme et même une grande maturité.

Chaque jour, ils doivent endurer des douleurs physiques dues à la radiothérapie. Leurs cheveux tombent peu à peu. Cependant, je trouve toujours en eux une force et un optimisme. Kiêu Trang, une patiente originaire de Cân Tho, en est un exemple. Atteinte de cancer depuis trois ans, elle est toujours optimiste et ouverte avec son entourage. Elle est même une source d’encouragement pour sa famille et une petite bénévole du programme "Le rêve de Thuy".

Sommaire du programme

Dans l’Hôpital pédiatrique II.
Photo: Phuc Binh/CVN

Par hasard, je me suis assise près d’elle et de sa mère à l’hôpital. Toutes deux étaient en train de se reposer après la prise de sang. La main de Kiêu Trang tenait celle de sa mère. Celle-ci lui a demandé: "Comment ça va, ma chérie? C’est douloureux?". La petite fille a regardé sa mère et lui a répondu en souriant: "Non, maman. Ne t’inquiète pas. Tout va bien, je suis forte et je vais me rétablir vite". Il est très difficile de croire que cette petite fille, à l’âge où n’importe quel enfant veut se faire chouchouter, a des pensées aussi mûres. Elle sait qu’elle doit sourire et faire face avec courage à l’adversité. Elle m’a rappelé une célèbre phrase de Lénine: "Il n’y pas d’impasse dans la vie; là où il y a une volonté, il y a un chemin". En effet, à cœur vaillant rien n’est impossible. C’est pourquoi, ne perdez jamais votre optimisme quelles que soient les circonstances!

Kiêu Trang m’a emmené dans une pièce très spéciale de l’hôpital où les enfants sont comme à l’école.

Le programme "Le rêve de Thuy" a été fondé en septembre 2007 par le journal Tuôi Tre (La jeunesse), à l’initiative de Lê Thanh Thuy, une jeune fille atteinte d’un cancer des os.

Ce programme humanitaire a pour but de soutenir et de prendre soin à long terme des petits cancéreux. Chaque activité porte un message très clair: tout ce qui vient du cœur va droit au cœur.

Au fil des années, ce programme a reçu beaucoup d’attentions du public. Actuellement, il est déployé dans différents hôpitaux de trois grandes villes du Vietnam: Huê et Dà Nang (Centre), Hô Chi Minh-Ville. Dans la mégapole du Sud, ce programme se déroule principalement à l’Hôpital pédiatrique II, à l’Hôpital d’oncologie de Binh Thanh, à l’Hôpital d’hématologie et de transfusion sanguine et à un hôpital satellite de celui-ci (2e arrondissement).

Chaque semaine, les bénévoles organisent plusieurs activités dans le but de créer un espace joyeux et ludique pour les petits patients, par exemple peindre des statuettes, dessiner et colorier des tableaux, ou d’autres jeux simples. En outre, à l’Hôpital pédiatrique II et à l’Hôpital d’oncologie de Binh Thanh, les enfants peuvent suivre des cours d’alphabétisation.

De plus, chaque mois, une journée est réservée pour fêter l’anniversaire des enfants. Par ailleurs, avec  l’équipe médicale, les bénévoles organisent une fois par an un pique-nique pour que les petits participent à des activités de plein air. Un autre lieu qu’ils fréquentent est le Centre d’orientation professionnelle Vietopia, dans le 7e arrondissement, afin qu’à côté des activités ludiques, les enfants aient aussi la possibilité de préparer leur avenir.
 
Trinh Hiêu Tuyên/CVN



 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le pont Long Biên, un des monuments historiques inoubliables de Hanoï.

Voyage spirituel: quand les moines servent de guides La saison estivale est le temps idéal pour que chacun puisse se relaxer ou s’évader en voyageant, faire du bénévolat ou encore rendre visite à des proches. C’est aussi l’occasion de faire une pause hors du monde, dans un lieu de retraite spirituelle.