14/12/2019 06:58
L’Allemand Vinh Khuât, 29 ans, détenteur d’une série de prix musicaux européens, est un artiste aux multiples talents. Ce Viêt kiêu souhaite faire rayonner la musique folklorique du Vietnam dans le monde entier.
>>Immersion dans la culture Bahnar au village de Kon Klor
>>Le programme "Harmonie folklorique entre Israël et le Vietnam" organisé à Lào Cai

Vinh Khuât baigne dans un monde musical depuis le plus jeune âge.
Photo : MMF/CVN

Vinh Khuât, de son vrai nom Khuât Duy Vinh, voue une passion sans limites pour les instruments traditionnels du Vietnam, dont notamment le đàn bầu (monocorde), le đàn tranh (cithare à 16 cordes) et le sáo (flûte).

À 9 ans, il apprend à les jouer grâce à Mme Thu Hà, enseignante de l’Université militaire de la culture et des arts. Après des années d’études et de pratiques assidues, à 29 ans, il maîtrise avec brio plusieurs instruments folkloriques et connaît par cœur de nombreuses chansons vietnamiennes.  

Coup de foudre et parcours musical

"J’ai découvert les instruments folkloriques du Vietnam pour la première fois il y a 20 ans, lors d’un spectacle musical organisé par Mme Thu Hà en Allemagne. Ça a été une révélation pour moi", se souvient Vinh Khuât. "Après le spectacle, j’ai demandé à Thu Hà de m’enseigner ces instruments. Lors de ses tournées en Allemagne, elle a profité de son temps libre pour m’aider à les pratiquer. Quand elle est retournée au Vietnam, j’ai effectué des recherches sur Internet afin de combiner ces instruments avec le piano pour donner de la richesse à mes chansons", explique-t-il.

Vinh Khuât est né en 1990 à Hanoï dans une famille d’artistes. Son grand-père maternel, le musicien Nguyên Minh Tâm, est ancien professeur d’accordéon et de saxophone à l’Académie nationale de musique du Vietnam. Son oncle est actuellement directeur du Département de la musique de divertissement de ladite académie. Sa tante est, quant à elle, professeure de piano.

"C’est donc à travers mes proches que j’ai cultivé cette passion pour la musique. Ma mère a vu mes capacités artistiques. Elle m’a inscrit dans une classe de piano à l’âge de 4 ans. Avec le temps, j’ai nourri le souhait de composer mes propres chansons et devenir un interprète polyvalent", partage Vinh Khuât.

Il commence ce qui aboutira à sa jeune carrière, en tant qu’étudiant à l’École supérieure de musique d’Hannover au Nord de l’Allemagne. À l’âge de 15 ans, il fait un coup double au concours Golden Voice (Voix d’or) tenu en 2005 dans son pays adoptif en remportant les prix du Candidat impressionnant et du Jeune talent.

Vinh Khuât a su impressionner le public avec ses chansons mélangeant sonorités traditionnelles du Vietnam et musique pop.
Photo : CTV/CVN

Trois ans plus tard, il fait parler de lui au concours Made in Schauburg organisé tous les trois ans, en décrochant le premier prix. En 2011, il fait de même au concours international qui a lieu en Autriche avec un groupe a cappella (musique désignant un chant ou une partie d’un chant, à une ou plusieurs voix, exécuté sans accompagnement instrumental, ndlr).

Vinh Khuât a ensuite eu une superbe année 2012, avec trois prix décernés par les votes de jury, téléspectateurs et presses au concours Hannover Song Contes - "Hören ! 2012". Au Championnat du monde de Loopsation qui se déroule aux États-Unis, sa belle voix impressionne à l’unanimité le jury. Il obtient le troisième prix.

En juillet 2013, il remporte également la troisième place au 12e concours international de jeunes chanteurs pop de la ville de Yurmala, en Lettonie, qui a pour objectif de dégoter de jeunes talents. Cet événement a réuni 16 chanteurs venus de 12 pays.

Invité à se produire à la soirée de gala du concours Sao Mai 2019 organisé en mars dernier dans la province vietnamienne de Quang Ninh (Nord), c’est à ce moment-là que Vinh Khuât commence à conquérir le public de son pays natal avec sa superbe voix en interprétant la chanson So long dont il est également le compositeur. Il s’agit de la chanson du célèbre film thaïlandais Friend Zone, qui fait fureur auprès de la jeunesse vietnamienne.

À la conquête du public vietnamien

Au Festival international de musique Gió mùa (Monsoon Music Festival) qui s’est tenu début novembre à Hanoï, il a impressionné le public par son style musical mélangeant sonorités traditionnelles vietnamiennes et musique pop.

"C’est une combinaison merveilleuse", s’exclame Pham Hà An, domiciliée dans l’arrondissement de Hai Bà Trung. Par ailleurs, les spectateurs apprécient particulièrement Vinh Khuât non seulement pour ses performances musicales mais aussi son expression extatique sur scène, dans la mesure où il vit avec passion sa musique.

Selon Vinh Khuât, les instruments traditionnels vietnamiens peuvent créer de nombreux tons et gammes de mélodies. Dans l’optique de faire rayonner la musique folklorique de son pays d’origine, il a diffusé sur internet ses clips vidéo musicaux dans lesquels il se produit avec ses instruments.

"Mes parents me soutiennent beaucoup dans la poursuite de ce parcours. Ma mère en particulier. J’ai habitude d’écrire mes chansons en allemand et en anglais. Je les traduis ensuite en vietnamien et demande à ma mère de les relire. Concernant le vietnamien, je n’éprouve pas beaucoup de difficultés. Car, bien que ma famille vive en Allemagne depuis que j’ai 1 an, je parle toujours le vietnamien à la maison. C’est obligatoire pour tous les membres de la famille", confie Vinh Khuât. Il se rappellera toujours que ce sont les histoires que ses parents lui ont racontées, quand il était enfant, qui lui ont inculqué cet amour pour la musique, la culture et l’histoire du Vietnam.
 
Phuong Nga/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
“Mémoires de Hôi An”, retour sur les origines

À Hanoï, au village de l’encens parfumé De passage dans la commune de Quang Phú Câu, en périphérie de Hanoï, on sera saisi par l’ambiance qui anime les fabricants d’encens. Ces bâtonnets sont brûlés par millions lors des fêtes traditionnelles, surtout à l’occasion du Nouvel An.