26/03/2018 11:25
À l'occasion de sa visite officielle en France, à l'invitation du président Emmanuel Macron, le secrétaire général du Parti communiste du Vietnam (PCV) Nguyên Phu Trong devrait rencontrer les dirigeants du Parti communiste français (PCF). L’Agence Vietnamienne d’Information a eu une interview avec Denis Rondepierre, coordinateur du Comité exécutif national du PCF, chargé des relations avec le PCV.
>>L'amitié traditionnelle contribue à renforcer les relations Vietnam - France
>>Le leader du PCV Nguyên Phu Trong quitte Hanoï pour la France
>>Pour approfondir le partenariat stratégique Vietnam - France

Le secrétaire général du PCV Nguyên Phu Trong (centre) et les délégués vietnamiens et français le 25 mars à Montreuil, en France.
Photo : Tri Dung/VNA/CVN

Le secrétaire général du PCV Nguyên Phu Trong effectue une visite officielle en France du 25 au 28 mars. Les relations traditionnelles entre les deux Partis se développent d’une année à l’autre. Pourriez-vous faire le point des efforts du PCF dans la promotion de ces relations ?

Je tiens en tout premier lieu à souligner l’importance de la visite en France du plus haut dirigeant du Vietnam, le secrétaire du Parti communiste du Vietnam Nguyên Phu Trong, à l’invitation du président de la République française. Sa date est hautement symbolique, puisqu’elle coïncide avec le 45e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la France et le Vietnam, relations pour lesquelles le PCF a pris une part importante.

Ces relations s’ancrent dans une histoire singulière de nos Partis. HÔ CHI MINH fut un des acteurs de la fondation du PCF à Tours en 1920. Il contribua de façon décisive à la prise de conscience des enjeux du combat anticolonial. Son apport dans ce domaine a permis que le PCF tisse des liens de solidarité entre les partis et les peuples contre les guerres coloniales françaises et l’impérialisme américain. Cette solidarité a grandement contribué à la libération du Vietnam en 1975 à l’issue du combat héroïque du peuple vietnamien.

Le PCF y a pris toute sa place. Cela a noué une relation exceptionnelle entre nos deux Partis. Alors que nos partis communistes agissent dans des situations différentes, avec des défis propres à chacun d’eux, la qualité de nos rapports est fondée sur le partage de valeurs communes, celle du progrès social, de la paix, de la souveraineté, des coopérations, de la solidarité. Au-delà de nos spécificités, la compréhension réciproque a forgé entre nos deux partis une relation de haute qualité.

D’après vous, que faut-il faire pour développer et approfondir les relations entre le PCV et PCF dans le contexte actuel ?

Nous sommes profondément attachés à prendre toute initiative permettant de pérenniser, développer et approfondir ces relations. Nos échanges sont permanents. De nombreuses délégations de notre parti, d’élus se rendent au Vietnam. Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, a conduit deux importantes délégations qui ont rencontré le secrétaire général Nguyên Phu Trong. De nombreux échanges ont lieu lors des visites de délégation du PCV en France. La visite en France de Nguyên Phu Trong sera l’occasion d’une nouvelle rencontre avec Pierre Laurent.

À la fin du mois d’avril prochain, une délégation du PCF conduite par Jean-Charles Nègre, membre de la coordination du PCF, Taylan Coskun, membre du Conseil national du PCF, élu régional de l’Ile-de-France, et moi-même nous rendrons au Vietnam. Cette délégation a pour objectif des échanges politiques approfondis et la préparation du 3e séminaire entre le PCV et le PCF, prévu au premier semestre 2019 à Paris.

Nous sommes très attachés à ces séminaires du PCF et du PCV avec le Conseil central de la théorie et la fondation Gabriel Péri. Le premier s’est tenu à Paris sur les questions des échanges économiques et monétaires internationaux, le second à Hanoï sur les questions touchant à l’intégration régionale et internationale et au développement durable.

La visite du secrétaire général Nguyên Phu Trong a trouvé une large place dans le journal L’humanité et L’humanité dimanche. Les élus communistes agissent dans de nombreuses collectivités territoriales, auprès des institutions pour le développement de la coopération décentralisée. Dans deux ans, le PCF célébrera son centenaire. La contribution des communistes vietnamien à cet événement aura pour nous une grande importance, au regard de notre histoire commune et des projets pour renforcer nos relations.

Denis Rondepierre (gauche), coordinateur du Comité exécutif national du PCF, chargé des relations avec le PCV, au stand du journal vietnamien Le Peuple lors de la Fête de l’humanité 2017, à Paris. Photo : Linh Huong/CVN

Cette année, les deux pays célèbrent le 5e anniversaire de leur partenariat stratégique. Pourriez-vous nous informer des projets de coopération du PCF avec le Vietnam ?

Nous nous félicitons de cette visite qui constitue un fait majeur dans les relations stratégiques, et permettra d’élever la coopération France - Vietnam dans de nombreux domaines : culture, éducation, formation, justice, administration, défense, sécurité, développement économique, avec une plus grande mobilisation de grandes entreprises françaises et la garantie de la paix dans cette région du monde. Cinq ans après la signature du partenariat stratégique, nous soutenons tous les efforts pour qu’il se traduise par des projets concrets. Cette rencontre entre les deux dirigeants des deux partis en est l’occasion. Le développement de cette coopération bilatérale, appuyé sur le respect de la souveraineté de chacun, est de l’intérêt mutuel de nos peuples. Aussi le PCF, ses élus, ses groupes parlementaires, ses élus au Parlement européen y apportent-ils toute leur contribution tant dans les institutions françaises qu’au sein du Parlement européen dans les rapports UE - Vietnam et UE - ASEAN.

Que pensez-vous des résultats du  Renouveau du Vietnam, sous la direction du PCV ?

Lors du dernier congrès du PCV, vous avez analysé un bilan positif, tout en montrant la complexité dans le contexte mondial de construire l’orientation singulière du Vietnam. Les avancées permises par vos orientations sont importantes. Avec les résultats économiques en 2017, le recul de la pauvreté, le Vietnam a rejoint le groupe des pays en développement. Il a pris une place nouvelle sur la scène internationale avec l’ambition de renforcer ses relations internationales, au service de son développement, de la sécurité et de la paix. Nous connaissons les obstacles, les contradictions dans lesquelles se déploient vos efforts pour atteindre vos objectifs dans une mondialisation capitaliste. La volonté politique déterminée du secrétaire générale Nguyên Phu Trong et de la direction du PCV dans la  lutte contre la corruption en est une des facettes.


Propos recueillis par Linh Huong/CVN


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

La ville de Châu Dôc privilégie l’écotourisme L’écotourisme fait partie des stratégies de développement de la ville de Châu Dôc (province d'An Giang, delta du Mékong) aux côtés du tourisme spirituel et culturel. De nombreuses destinations sont proposées dans le but d’attirer des touristes de plus en plus désireux de profiter à 100% de la nature.