08/09/2015 18:17
Le partage d'informations et la proposition de mesures pour coopérer dans le traitement des sols contaminés par l'agent orange/dioxine épandue par l'armée américaine pendant la guerre au Vietnam ont fait l'objet d’un séminaire le 7 septembre à Hanoi.
>>Vietnam et Cambodge coopèrent dans les soins des victimes de l’agent orange
>>Persévérer dans la lutte pour la justice des victimes de l’agent orange

Il s'agissait de la coopération poursuivie par l’Association de conservation de la nature et de l’environnement du Vietnam (VACNE) et la société sud-coréenne de biologie BJC dans le but de mettre en œuvre le projet de traitement des conséquences de la dioxine, conformément à un mémorandum signé l'année dernière entre les organes compétents des deux pays.

Les victimes de l'agent orange/dioxine ont besoin d'un soutien constant.
Photo : Quôc Hùng/VNA/CVN

​Prenant la parole, le Docteur Mai Thanh Dung, directeur adjoint du Département de l'environnement du Vietnam, a précisé que ​son pays cherchait à ​traiter définitivement ​la question de la dioxine dans les zones gravement contaminées, notamment dans le district d'A Luoi de la province ​de Thua Thiên-Huê (Centre).

Des scientifiques vietnamiens et sud-coréens ont présenté les résultats de leurs dernières recherches en ce domaine, échangé des mesures microbiologiques pour la décontamination de l’environnement, et discuté des difficultés à régler pour la mise en œuvre du projet à A Luoi.

Après ​ce séminaire, les scientifiques coréens et la délégation VACNE ont prélevé des échantillons de sol dans ce district d'A Luoi pour expérimenter une méthode de traitement microbiologique.
 
VNA/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bravo aux lauréats du concours «Jeunes Reporters Francophones»

La pagode de Long Tiên, une destination incontournable Long Tiên, qui se trouve dans la rue éponyme, au pied de la montagne Bài Tho (Poème), est la plus grande pagode de la ville de Ha Long, province de Quang Ninh (Nord).