10/11/2018 10:19
À l’occasion du 25e anniversaire des "Rencontres du Vietnam", le scientifique français Jacques Dumarchez, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (France) et à la Sorbonne Université de Paris, a accordé une interview exclusive au Courrier du Vietnam.
>>Lancement du groupe de recherche en physique des neutrinos à Quy Nhon
>>Colloque sur la cosmographie à Quy Nhon
>>Apporter la lumière de la science du monde entier au Vietnam

Le scientifique français Jacques Dumarchez. Photo: JDM/CVN
Quelles sont vos impressions sur le Vietnam depuis votre première visite dans ce pays?

Je suis venu au Vietnam huit fois depuis 2000. Mon impression la plus forte est que ce pays est en évolution extrêmement rapide. La rue en est un indicateur intéressant. En 2000, les rues de Hanoï étaient dominées par les vélos. Quatre ans plus tard, les motos avaient envahi les rues. Et aujourd’hui, les vélos ont quasiment disparu,  et motos et voitures forment des embouteillages.

Le Vietnam est aussi en pleine fièvre de construction. C’est un chantier permanent, à toutes les échelles. D’une année sur l’autre, de nouveaux gratte-ciel surgis-sent à Hanoï, Hô Chi Minh-Ville et même Quy Nhon (ville de la province centrale de Binh Dinh), de nouvelles routes sont aména-gées, les aéroports modernisés. C’est très impressionnant!

Que pensez-vous de la situation des sciences au Vietnam?

Elle évolue moins vite que l’économie et la construction du pays. Je ne connais pas assez bien la situation pour donner un avis précis, mais à travers les échanges initiés par le Professeur Trân Thanh Vân, entre les communautés scientifiques internationale et vietnamienne, nous constatons une participation de plus en plus importante de la communauté vietnamienne.

Je reconnais que développer la science fondamentale est plus difficile pour un pays émergent comme le Vietnam. Malgré tout, on peut constater le très bon niveau des jeunes étudiants vietnamiens dans les concours internationaux comme les Olympiades de physique ou de  mathématiques, ce qui est le signe d’une bonne formation universitaire de base.

De plus, en Europe, on voit arriver de plus en plus d’étudiants vietnamiens qui viennent faire des masters puis des doctorats. C’est aussi un signe montrant que les études scientifiques restent valorisées au Vietnam et cela entretient l’espoir que ces futurs docteurs rentreront ensuite renforcer la science vietnamienne.

Que pensez-vous de la coopération franco-vietnamienne dans les sciences et ses perspectives pour ces prochaines années?

Il y a plusieurs façons d’établir des liens bilatéraux entre le Vietnam et un autre pays comme la France. En France, l’organisme principal pour la recherche est le Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Il est en train de créer avec le Vietnam un laboratoire commun franco-vietnamien pour favoriser les échanges scientifiques dans la physique des particules, la physique nucléaire, l’astrophysique et la cosmologie. Cette structure permettra de développer des coopérations scientifiques, mais aussi d’organiser des visites de scientifiques vietnamiens en France, et réciproquement. C’est une façon importante de développer des échanges.

Depuis cinq ans, l’ICISE a vu passer plusieurs milliers de scientifiques internationaux.
Photo: ICISE/CVN

Une autre façon est d’essayer d’intégrer les scientifiques vietnamiens dans les grandes collaborations expérimentales. Il est très difficile pour un petit groupe de physiciens vietnamiens de se faire une place dans une collaboration de plus de 1.000 physiciens du monde entier. Par contre, si ce groupe vietnamien est lié à un autre groupe - français par exemple - bien implanté dans la collaboration, alors c’est plus facile. C’est ce que Trân Thanh Vân essaie de développer ici à Quy Nhon, avec un petit groupe de physiciens vietnamiens, grâce à des liens étroits avec un groupe japonais et un groupe français. C’est un modèle qui pourrait se développer sur d’autres sujets, en cosmologie par exemple.

Que pensez-vous de la naissance du Centre international de science et d’éducation interdisciplinaires (ICISE) à Quy Nhon et des contributions du couple de scientifiques formé par Trân Thanh Vân (fondateur des "Rencontres du Vietnam") et sa femme envers son pays natal?

C’est une contribution énorme. Les Rencontres du Vietnam ont permis des contacts et des échanges inédits entre scientifiques vietnamiens et la communauté scientifique internationale. Depuis cinq ans, l’ICISE a vu passer plusieurs milliers de scientifiques internationaux, certains très prestigieux, qui sont venus discuter des derniers résultats de leurs recherches. Cette animation scientifique se fait maintenant bien au-delà de la physique, la discipline d’origine de Trân Thanh Vân, mais concerne aussi la biologie, l’astrophysique, la médecine… C’est une contribution extrêmement précieuse pour le développement de la science au Vietnam.

Une autre activité très importante de l’ICISE est d’accueillir des écoles scientifiques pour étudiants vietnamiens mais aussi du Sud-Est asiatique. Là encore, il s’agit d’un investissement pour l’avenir, l’avenir scientifique du Vietnam.

Enfin, un autre apport majeur de Trân Thanh Vân est la création, dans l’environnement de l’ICISE, d’un centre de recherche. À l’heure actuelle, il est formé de deux petits groupes de physiciens vietnamiens, formés en Europe et revenus travailler au Vietnam. Ce centre est appelé à se développer et à devenir un lieu important de la recherche fondamentale au Vietnam.


Des événements scientifiques importants
à l’ICISE

* Colloque international  "Les fenêtres sur l’univers" lors des 9es "Rencontres du Vietnam" le 12 août 2013, avec la présence de cinq lauréats du Prix Nobel et d’un de la médaille Fields.

* Colloque international "La science fondamentale et la société" lors des 12es "Rencontres du Vietnam", les 7 et 8 juillet 2016, avec cinq Prix Nobel.

* Conférence internationale "La science pour le développement" lors des 14es "Rencontres du Vietnam", les 9 et 10 mai 2018, avec deux Prix Nobel.

* Colloque international "Les fenêtres sur l’univers" lors des 14es "Rencontres du Vietnam", du 6 au 11 août 2018, avec deux Prix Nobel.
 


Propos recueillis par Thanh Tuê/CVN



 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Quy Nhon, miracle de la nature J’adore les voyages et souhaiterais découvrir le monde en dehors des manuels et théories que j’ai appris à l’école. Voulant faire de ma vie une véritable aventure, j’ai commencé le récit de mon voyage, durant l’été 2018, à Quy Nhon (province de Binh Dinh, Centre).