06/11/2015 15:54
Passionné de chant Then et du son mélodique du dàn tinh, Vi To, malgré ses 75 ans, continue de fabriquer cet instrument de musique de l’ethnie Tày.
>>Le chant then, candidat au patrimoine culturel immatériel de l’Humanité
>>Ces «gardiens de l’âme» du then

Vi To est le seul facteur de dàn tinh de la province de Lang Son, sorte de violon, par analogie, à deux ou trois cordes donté d’un manche long et d’une caisse de résonance constituée d’une calebasse coupée et séchée. Né dans la commune de Lôc Binh, lorsqu’il était enfant, il accompagnait sa mère et sa grand-mère aux mariages et aux fêtes, où les groupes de jeunes jouaient du dàn tinh et chantaient du du then. C’est depuis cette époque de prime enfance qu’il aime le son de cet instrument.

Depuis 1990, Vi To consacre tout son temps à faire des dàn tinh.
Photo : Vnexpresse/CVN

Pendant les années 1960, il était responsable de l’accord des dàn tinh avant les représentations dans la troupe d’artistes de Lang Son, car il comprenait parfaitement l’instrument. À cette époque, les dàn tinh se faisaient rares, et les musiciens devaient souvent se charger de les fabriquer. Il a alors décidé d’apprendre les techniques de fabrication de la province de Cao Bang.

Depuis 1990, il consacre tout son temps à faire des dàn tinh, allant jusqu’à planter ses propres calebasses pour les caisses de résonance de ses futurs instruments.

Une merveilleuse fascination

La caisse de résonance du dàn tinh est constisutée d’une demi-calebasse couverte par du bois. «Pour avoir un bon dàn tinh, il est très important d’avoir une calebasse de forme parfaite : elle doit être ronde, de taille moyenne, avec une peau ni trop épaisse, ni trop mince, et sans aucune taches», explique Vi To.

La manche du dàn tinh décide de la qualité de son. Photo : Vnexpress
Malgré les variations de techniques de fabrication, les facteurs de dàn tinh s’intéressent tous à la qualité du son qui, elle, doit être identique : la gamme va de l’aigu au grave, suscitant une merveilleuse fascination.

La manche du dàn tinh décide, bien sûr, de la qualité de son. Les débutants commencent avec un instrument au manche d’environ 7 poings de longueur, et les professionnels, de 9 poings. Mais Vi To fait aussi une variante de 8 poings.

Préservation du métier

«Vi To a un rôle important dans la préservation du patrimoine culturel de la nation. Cet homme a été nommé Artiste dans la facture du dàn tinh par la population locale», a déclaré Hoàng Pao, directeur du Service de la culture, des sports et du tourisme de la province de Lang Son.

À 75 ans, il pense toujours à transmettre le métier à la jeune génération. «Le chant Then ne peut se passer des sons du dàn tinh. Aujourd’hui, je suis vieux, je ne veux pas que la technique de sa fabrication se perde. Si quelqu’un aime cet instrument, je suis prêt à lui enseigner ce métier», déclare-t-il avec espoir.

Hai Vu/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Le Le tourisme humanitaire, aussi appelé "volontourisme", est une forme de voyage qui concilie mission humanitaire et tourisme. Il se développe au Vietnam, notamment dans les localités montagneuses du Nord.