04/11/2018 16:57
Au Vietnam, 83% des transsexuels sont stigmatisés, ridiculisés, discriminés en attendant que la Loi sur la transidentité soit promulguée.
>>Concours de réalisation de vidéos sur les lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres
>>Le changement de sexe sera légal au Vietnam

Do Tây Ha (gauche), personne transgenre, partageant des opinions sur le projet de loi.

La Loi sur la transidentité se doit de faciliter la vie des transsexuels, notamment du point de vue de l’égalité. Ces informations ont été affirmées par les participants au séminaire "La Loi sur la transidentité pour les personnes transgenres", organisé à Hô Chi Minh-Ville vendredi 2 novembre par le Centre d’appui aux initiatives sociales, relevant de l'Union des associations des sciences et techniques du Vietnam.

Dinh Thi Thu Thuy, du Département des affaires juridiques du ministère de la Santé, a dit qu'au Vietnam, la loi ne reconnaissait que deux sexes, un homme et une femme.

Pourtant, le projet préliminaire de loi sur la transidentité, qui a été rédigé par le ministère de la Santé, sera soumis à l'Assemblée nationale dans un proche avenir, en vue d’une promulgation en 2019 ou 2020.

Ce sera une étape importante et significative pour les personnes transgenres. Le contenu de cette loi propose des articles liés aux interventions médicales pour le changement de sexe, au respect et à la garantie des droits des personnes transgenres.

Actuellement, trois établissements sont autorisés à effectuer des opérations de réassignation sexuelle, telles que traitement endocrinien, chirurgie thoracique et chirurgies génitales, que sont l'Hôpital central de pédiatrie, l'Hôpital Viêt Duc à Hanoï et l'Hôpital de pédiatrie numéro 2 de Hô Chi Minh Ville. En outre, certains autres établissements, comme l'Hôpital Binh Dân de Hô Chi Minh-Ville, préparent également des infrastructures et du personnel pour la mise en place d’interventions médicales de réattribution sexuelle.

En plus, le projet préliminaire de loi sur la transidentité interdit également les actes de discrimination et de violence contre les transgenres, les actes d'obstruction pour les personnes désireuses d’avoir recours à une intervention médicale pour changer de sexe. Il interdit aussi d'abuser les personnes transgenres au travail, de les inciter à démissionner ou à partir de la retraite…

Entre 300.000 et 500.000 personnes transgenres au Vietnam

Un séminaire indispensable pour la cause des transgenres au Vietnam.

Nguyên Thi Kim Dung, du Centre d’appui aux initiatives sociales, a déclaré que le projet préliminaire de loi sur la transidentité disposait de quelques points importants mais qui n'étaient pas satisfaisants pour la communauté transgenre. Plus précisément, la Clause 5, de l’Article 2, définit que l’intervention médicale en cas de changement de sexe signifie un processus composé de traitement hormonale, chirurgie mammaire et chirurgie génitale...

Donc, selon cette clause, les personnes qui veulent être reconnues comme avoir changé de sexe doivent subir des traitements à base d’hormones sexuelles, génitales et mammaires. Cela fait que beaucoup de personnes transgenres au Vietnam risquent de ne pas bénéficier du projet de loi car elles n'ont pas assez d'argent pour payer ces interventions.

D’autres ne pourront pas complètement recevoir les traitements et les chirurgies en raison des risques sur la santé. En effet, on a enregistré quelques personnes transgenres qui sont décédées à cause de réactions auto-immunitaires et d’injections d’hormonales.

Selon des statistiques, on estime que le Vietnam compte actuellement entre 300.000 et 500.000 personnes transgenres. Des obstacles sociaux, culturels et juridiques les placent au sein du groupe des personnes vulnérables. Elles sont intimidées dans le milieu scolaire, subissent stigmatisation et discrimination.

L'accès à l'emploi et aux soins de santé leur est également limité. Par conséquent, selon les conférenciers, ce n'est que lorsque le cadre juridique deviendra clair que les personnes transgenres auront réellement la possibilité de vivre en toute égalité, ainsi qu’avoir le droit de se marier et le droit au bonheur dans une société où elles seront enfin reconnues et acceptées.

Texte et photos: Quang Châu/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Luang Prabang, Udon Thani et Quang Ninh: un triangle de patrimoines mondiaux La promotion du triangle de patrimoines mondiaux lors d’un forum commun a offert des opportunités de développement des produits touristiques empreints des particularités culturelles de chaque pays, contribuant ainsi à créer des circuits attrayants, notamment pour les touristes venant d’Europe et d’Amérique du Nord.