15/02/2021 22:49
La pandémie de COVID-19 continue d’entraver les activités commerciales du secteur de la chaussure et du cuir du pays sur ses principaux marchés d'exportation comme l’Europe et les États-Unis. En 2020, ce secteur a seulement réalisé un chiffre d'affaires total des exportations de 19,5 milliards d'USD, soit une baisse de 11,5% sur un an.
>>Textile-habillement : de nombreuses opportunités pour stimuler les exportations vers l'UE
>>Le libre-échange devrait approfondir la coopération Vietnam - Royaume-Uni
>>Les exportations de chaussures devraient fortement augmenter en 2021

Dans une usine de production des chaussures de la Société par action Vinh Phuc.
Photo : Hoàng Hùng/VNA/CVN

Pour l’heure, bien que le Vietnam contrôle essentiellement la pandémie de COVID-19 et les commandes soient à nouveau en hausse, les experts prévoient toujours que la situation difficile va prolonger jusqu'à fin 2021.

Pour surmonter les difficultés, les entreprises n'ont qu'un seul moyen, qui est de convertir leurs activités de production. En particulier, il faut s’intéresser immédiatement à l'augmentation des investissements dans l'automatisation, l'augmentation de la productivité pour aider à réduire les coûts, la construction d'une chaîne de production fermée, l'autonomie en termes de matériaux...

Les experts économiques estiment qu’il est temps pour le Vietnam de se pencher directement sur les faiblesses de cette industrie nationale : la plupart des entreprises fabriquent par sous-traitance, ne construisent pas de marque, sont incapables de prendre en charge la conception de modèles. En plus, elles manquent également de ressources humaines pour saisir les informations sur les tendances du marché...

En ce qui concerne la chaîne de valeur, les entreprises nationales ne satisfont pas aux exigences des règles d'origine des accords commerciaux de libre-échange de nouvelle génération en raison de leur focalisation sur l'externalisation des produits, accordant peu d'attention aux étapes de conception de modèles, production de matières premières et matières auxiliaires, développement de marque. En plus, l'offre d'intrants dépend fortement des importations. Ainsi,  peu d'entreprises vietnamiennes ont de grandes marques formant une chaîne d'approvisionnement nationale...

Supprimer les barrières techniques

Un stand de chaussures et de cuir lors du Festival des produits artisanaux à Hô Chi Minh-Ville, le 30 décembre 2020.
Photo : My Phuong/VNA/CVN

Selon le président de l'Association vietnamienne du cuir et de la chaussure (Lefaso), Nguyên Duc Thuân, si les inconvénients ci-dessus sont rapidement réglés, cela favorisera l’essor des entreprises du secteur. Cet expert a remarqué qu'en moyenne chaque année, le monde produit 20 milliards de paires de chaussures, mais le Vietnam ne représente que 5% du total. Il y a donc une grande opportunité pour le pays d'élargir ses parts de marché.

Quant au vice-ministre de l'Industrie et du Commerce, Cao Quôc Hùng, il a affirmé que son ministère mettait en œuvre des groupes de solutions pour le développement durable de l'industrie de la chaussure et du cuir. Ce ministère se concentrera notamment sur le développement de matières premières et matières auxiliaires afin de répondre aux exigences des règles d'origine des accords commerciaux, soutiendra la formation de la chaîne de valeur nationale, se concentrera sur le développement des ressources humaines pour répondre aux besoins des entreprises dans les domaines de la gestion, de la conception, de l'ingénierie, du développement de marchés, de la recherche et développement.

Enfin, ce ministère s'efforcera de garantir des normes internationales en matière d'environnement, de sécurité, de travail et de développement durable, en créant les bases nécessaires pour le secteur de supprimer les barrières techniques et de pénétrer profondément le marché mondial dans les temps à venir.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les feuilles de lotus, une source d’inspiration infinie pour un jeune peintre