13/08/2018 09:02
Le député de l'opposition vénézuélienne Juan Requesens, accusé d'avoir participé au récent "attentat" qui aurait visé le président Nicolas Maduro et dont ses proches étaient sans nouvelles depuis son arrestation mardi 7 août, s'est entretenu au téléphone dimanche 12 août avec sa famille.

>>Maduro dit accepter l'aide du FBI pour enquêter sur "l'attentat"
>>Venezuela: le député arrêté reconnaît son implication dans l'"attentat"
>>Attentat contre Maduro: la justice poursuivra ceux qui "conspirent contre la paix"

 

Image d'une vidéo tournée par les autorités vénézuéliennes et rendue publique le 10 août montrant Juan Requesens.
Photo: AFP/VNA/CVN

"Ce matin, nous avons été contactés au téléphone (...) par Juan Requesens", a annoncé cette dernière dans un communiqué, ajoutant que le parlementaire lui avait à cette occasion donné des informations sur "sa situation".

Sa famille souligne toutefois qu'elle ignore dans quelles "conditions physique, de santé et psychologique" se trouve le député, regrettant de ne pas avoir pu le rencontrer.

Des centaines de personnes, parmi lesquelles la sœur du parlementaire, Rafaela Requesens, et son père, Gregorio Requesens, ont manifesté samedi 11 août à Caracas pour demander sa libération.

Juan Requesens, du parti Primero Justicia (la justice d'abord), fondé par Julio Borges (l'ex-président du Parlement, qui vit en exil en Colombie), a été arrêté par des membres de la police secrète vénézuélienne.

Vendredi 10 août Juan Requesens a été déféré devant la justice, mais son audition a été reportée à lundi 13 août. Ce député de 29 ans s'est vu retirer son immunité parlementaire par l'Assemblée constituante, une instance toute puissante aux ordres du camp présidentiel et qui s'est emparée des prérogatives du Parlement, la seule institution contrôlée par l'opposition.

Dans une vidéo tournée par les autorités qui l'ont rendue publique vendredi 10 août, Juan Requesens a admis sa participation à l'"attentat" à l'aide de drones chargés d'explosifs dont le chef de l'État socialiste dit avoir été victime le 4 août dernier.

L'opposition estime que Juan Requesens a été menacé et drogué avant de témoigner.

 

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Deux ophtalmologues suisses en mission bénévole à Hanoï

L’hôtel Saigon - Ha Long, un 4 étoiles au cœur de la baie La célèbre baie de Ha Long, située à Quang Ninh (Nord), est classée parmi les sept nouvelles merveilles de la nature du monde. L’hôtel Saigon - Ha Long, relevant du voyagiste Saigontourist, est l’un des premiers hôtels de luxe à s’y implanter.