04/06/2017 14:45
Brandissant des casseroles vides pour symboliser la pénurie d'aliments et "la faim" qui étreint le Venezuela, les opposants au président socialiste Nicolas Maduro ont de nouveau défilé samedi 3 juin à Caracas, après deux mois de manifestations au cours desquelles 63 personnes ont été tuées.
>>Violences au Venezuela : Maduro déploie l'armée dans l'Ouest
>>Le président vénézuélien prolonge l'état d'urgence

Affrontements entre manifestants de l'opposition et les forces de l'ordre à Caracas, au Venezuela, le 3 juin 2017. Photo :

Les manifestants, qui exigent l'organisation d'élections générales et le départ anticipé du président Maduro, dont le mandat s'achève en janvier 2019, se sont rendus dans le quartier populaire d'El Valle.

Cette "nouvelle étape" du mouvement de protestation contre le président socialiste vise à toucher les secteurs populaires de la ville, a déclaré à l'AFP le député d'opposition Miguel Pizarro.

Le 20 avril, un rassemblement avait dégénéré dans le quartier d'El Valle : des affrontements entre forces de l'ordre et manifestants avaient fait 11 morts, et des dizaines de magasins avaient été saccagés et pillés.

Certains habitants avaient affirmé que la manifestation avait été organisée contre le manque de nourriture mais selon d'autres il s'agissait d'actes délinquants. Vendredi 2 juin, des heurts avaient éclaté entre des dizaines de manifestants et les forces de l'ordre dans un autre quartier populaire, à La Vega.

"Ma petite-fille est morte de dénutrition et de manque de médicaments. Le peuple a faim. Cette violence c'est parce qu'il n'y a rien à manger", a témoigné une dame âgée pendant la marche.

"Aujourd'hui nous luttons pour qu'il n'y ait plus de morts dus à la dénutrition et que personne ne manque de nourriture", a écrit sur Twitter le député José Manuel Olivares, pour appeler à cette manifestation.

Selon une étude de Caritas du Venezuela réalisée en mars/avril dans les États pauvres de Vargas, Miranda et Zulia (nord du pays), 11,4% des enfants de moins de cinq ans souffrent de dénutrition "modérée ou sévère" et 54% "d'un déficit nutritionnel ou risquent de le subir", un chiffre en augmentation depuis février.

"Les gens mangent moins. Le nombre de personnes qui ont du mal a se procurer une alimentation suffisante augmente", selon le sociologue Ramon Pinango. Pour pallier la pénurie, le gouvernement a mis en place en avril un programme de vente d'aliments subsidiaires en zones populaires, mais le manque de régularité des livraisons a réduit son efficacité.

Le Venezuela traverse une grave crise économique, précipitée par la chute des cours du pétrole, et politique, gouvernement et opposition s'accusant mutuellement de "coup d'État".

Le secrétaire général de l'Organisation des Etats américain (OEA), Luis Almagro, a accusé samedi la présidente du Conseil national électoral Tibisay Lucena, d'autoriser "la fin de la démocratie" au Venezuela, en aidant le gouvernement à créer une assemblée constituante et en empêchant l'opposition d'organiser un referendum contre Nicolas Maduro.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Quy Nhon, miracle de la nature J’adore les voyages et souhaiterais découvrir le monde en dehors des manuels et théories que j’ai appris à l’école. Voulant faire de ma vie une véritable aventure, j’ai commencé le récit de mon voyage, durant l’été 2018, à Quy Nhon (province de Binh Dinh, Centre).