09/10/2020 08:54
Deux policiers en mission de surveillance ont été attaqués et grièvement blessés par balles, par trois individus qui leur ont volé leurs armes mercredi soir 7 octobre à Herblay (Val-d'Oise), un acte d'une "grande sauvagerie" qui a "pris pour cible la République" selon le gouvernement.

>>Attaque au hachoir à Paris : le principal suspect visait Charlie Hebdo et "assume"
>>Tunisie: un gendarme tué dans une attaque, trois assaillants abattus

L'un des policiers, touché par quatre balles, se trouve entre la vie et la mort.
Photo : AFP/VNA/CVN

Membres de la police judiciaire de Cergy-Pontoise, les deux victimes, âgées de 30 et 45 ans, "ont été prises par surprise" alors qu'elles "se trouvaient en surveillance dans une zone industrielle d'Herblay", a précisé le parquet de Pontoise dans un communiqué.

L'un des policiers, touché par quatre balles, se trouve entre la vie et la mort, selon le parquet de Pontoise. Plus légèrement touché, le second policier a, lui, été atteint de deux balles.

Tous les deux présentent de multiples traces de coups, et le plus grièvement blessé souffre d'une fracture du crâne, a encore précisé le parquet.

Ces policiers ont été "massacrés" avec "selon toute vraisemblance la claire intention de tuer", a dénoncé Gérald Darmanin devant le commissariat de Cergy-Pontoise auquel étaient rattachés les deux fonctionnaires.

Le ministre a évoqué des "actes d'une grande sauvagerie".

Le Premier ministre Jean Castex a à son tour fustigé les "lâches individus" qui ont "odieusement attaqué" les deux fonctionnaires, les accusant d'avoir "aussi pris pour cible la République".

"Cette affaire nous révolte et nous bouleverse", a renchéri le patron de la police nationale Frédéric Veaux, dans un courrier adressé à l'ensemble de ses troupes, évoquant une "tentative de meurtre".

Suspects en cavale 

Selon des sources policières, trois individus sont activement recherchés après cette attaque qui a eu lieu dans une zone commerciale entre une imprimerie et une entreprise de maintenance, loin de toute habitation.

Ces suspects "ne sont pas encore identifiés", a confié en fin de journée une source proche de l'enquête.

Autour de 22h30, ces trois personnes sont arrivées aux abords de la voiture des policiers, pensant avoir affaire à "des gens du voyage", selon une source policière. Une fois que les policiers ont décliné leur profession, ils ont été extraits de leur voiture et attaqués. "Ils les ont pris pour des gitans déguisés en flic", selon une source policière.

"Ils ont été sortis de la voiture et roués de coups", a déclaré Ludovic Collignon, du syndicat de policiers Alliance. Dans la lutte, les agresseurs leur ont dérobé leurs armes de service et ont ouvert le feu.

Le policier le plus gravement atteint a été blessé à l'abdomen et à un genou, et hospitalisé à Clichy (Hauts-de-Seine). L'autre, atteint par deux balles à la cuisse et à la jambe, a été transporté à l'hôpital de Pontoise (Val-d'Oise). Ses jours ne sont pas en danger.

 


Outre les armes, les agresseurs ont également volé une radio et un téléphone portable, et ont dégradé le véhicule de police, selon ces sources.

"C'est un drame insupportable. J'espère bien sûr que les coupables seront arrêtés et jugés", a déclaré sur BFMTV le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti, en adressant son "soutien" aux policiers.

Condamnations politiques

Le maire (LR) d'Herblay, Philippe Rouleau, a précisé qu'il s'agissait "d'une zone d'activité calme loin des habitations" et dénoncé "des personnes extrêmement violentes".

Cette agression a suscité de nombreuses condamnations. La présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse a évoqué sur Twitter une "agression ultra-violente qui rappelle à tous ceux qui l'oublient que faire respecter la loi sur le territoire est un engagement au péril de sa vie !"

Marine Le Pen s'en est prise à l'exécutif. "Que faut-il faire pour que le gouvernement prenne la situation au sérieux et décrète un énorme tour de vis contre la criminalité ?", a-t-elle tweeté.

Sur Europe 1, le président des Républicains Christian Jacob a accusé Emmanuel Macron et le gouvernement de "laxisme, laisser-faire, manque de réaction".

Selon une étude publiée en novembre 2019 par l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), la police nationale a recensé 12.853 agents blessés en 2018, en hausse de près de 16% par rapport à 2017.

Plus de 6.000 l'ont été dans le cadre d'une mission de police (+16% par rapport à 2017), soit la plus forte hausse annuelle enregistrée et le niveau le plus élevé depuis 2009.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Escapade au temple Dô à Bac Ninh

Cân Tho présente de nouveaux produits et services touristiques à Hanoï Le Service municipal de la culture, des sports et du tourisme de Cân Tho a organisé récemment dans la capitale un programme de promotion de nouveaux produits et services touristiques pour attirer les touristes de Hanoï et des provinces du Nord à Cân Tho.