16/06/2021 17:57
La quasi-totalité de l'Ouest des États-Unis a été placée cette semaine en "état d'alerte" en raison d'une vague de chaleur particulièrement précoce avec des températures qui pourraient friser par endroits les 50°C.
>>Il était une fois dans l'Ouest : la sécheresse
>>L'Est américain toujours accablé de chaleur, la fin de la canicule en vue
>>Les États-Unis confrontés à une canicule qui a déjà fait trois morts

Un ouvrier porte des bouteilles d'eau sur l'épaule le 14 juin à Los Angeles, où une vague de chaleur sévit comme dans tout l'Ouest des États-Unis.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Une vague de chaleur prolongée et potentiellement record est en cours à travers l'Ouest des États-Unis", concernant au total quelque 50 millions de personnes, ont mis en garde les Services de la météo nationale américaine. Le pic de température sera variable selon les zones "mais la tendance est bien au-dessus de la normale, voire extrêmement élevée" et le phénomène durera au moins jusqu'au week-end, ajoutent-ils.

En moyenne, les températures sont supérieures d'environ 11°C aux moyennes saisonnières et c'est surtout dans les zones arides et désertiques d'Arizona et du Nevada que des records pourraient tomber. La ville de Phoenix a par exemple enregistré lundi 14 juin une température de 46°C (115°F) et le mercure pourrait approcher les 48°C en fin de semaine selon les dernières prévisions, avec des minimales qui resteront toutes les nuits supérieures à 30°C. De telles conditions sont "rares, dangereuses et mortelles", préviennent les experts.

Dans l'État voisin du Nevada, Las Vegas risque de battre le record de chaleur établi en 1940, avec un thermomètre pouvant dépasser 46,5 °C mercredi 16 juin. Un épisode aussi extrême et prolongé n'avait pas été enregistré dans cette région depuis le début de l'été 2013, selon des médias locaux.

Les autorités ont mis en place des "stations de rafraîchissement" en différents points de la ville et ont organisé avec des "influenceurs" spécialisés une campagne de sensibilisation aux dangers encourus par les animaux de compagnie et leurs propriétaires durant la canicule. Le record mondial de température avait été officiellement enregistré le 10 juillet 1913 non loin de Las Vegas, dans la partie californienne de la Vallée de la mort : 56,7°C.

Outre l'impact sanitaire de la canicule, les autorités redoutent aussi les conséquences de la chaleur extrême pour les feux de forêt, particulièrement précoces et intenses cette année et aggravés par la sécheresse chronique qui sévit dans l'Ouest américain.

Selon les derniers relevés des agences gouvernementales, 88% de la région était en état de sécheresse, dont l'intégralité de la Californie, de l'Oregon, de l'Utah et du Nevada. Or ces sols arides et la végétation desséchée créent à leur tour les conditions propices pour une augmentation des températures, instaurant un cercle vicieux dévastateur.

AFP/VNA/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Un symbole de Hanoï sous le ciel du Sud Qui dit chùa Môt Côt (pagode au pilier unique) dit Hanoï. Néanmoins, il en existe à Hô Chi Minh-Ville une autre, de même forme et de même taille. Un témoin de l’attachement des gens du Sud envers la capitale millénaire.