07/01/2021 11:20
Accablé de critiques, le gouvernement tente de reprendre la main sur la campagne de vaccination contre le COVID-19 en France, confrontée à la crainte d'un rebond de l'épidémie.
>>Virus : le régulateur européen approuve le vaccin Moderna
>>Vaccination COVID-19 : le gouvernement rame pour atteindre un "rythme de croisière"

Vaccination au CHRU de Bretonneau, à Tours (centre) le 6 janvier.
Photo : AFP/VNA/CVN

Au moins 12.500 vaccinations ont été réalisées ce mercredi 6 janvier, contre 5.000 mardi 5 janvier en fin d'après-midi, selon le cabinet du ministre de la Santé, Olivier Véran.

Et une quinzaine de personnalités du monde médical ont été vaccinées au centre hospitalier d'Aulnay-sous-Bois (Seine Saint-Denis), dont les médiatiques Michel Cymes et Marina Carrère d'Encausse, ainsi que le Pr Axel Kahn, à la tête de la Ligue nationale contre le cancer.

"On a un devoir d'exemplarité", a confié Michel Cymes. "Il faut être cohérent avec ce qu'on dit aux téléspectateurs, on est dans l'incitation, donc le but est de vaincre les réticences en se faisant vacciner publiquement", a renchéri Marina Carrère d'Encausse, avec qui il a coprésenté le Magazine de la santé sur France 5 pendant deux décennies.

Selon un sondage réalisé pour BFMTV par le cabinet d'études ELABE, 45% des Français n'ont toujours pas l'intension de faire vacciner.

Le Premier ministre Jean Castex a promis qu'il s'exprimerait "longuement" sur ce dossier jeudi 7 janvier lors de sa conférence de presse avec Olivier Véran, prévue à 18h00.

Étrillé depuis plusieurs jours à cause d'un démarrage au compte-gouttes, le gouvernement a promis de passer la seconde, notamment en permettant sans délai à tous les professionnels de santé de plus de 50 ans ou à risque de recevoir la fameuse injection dans les hôpitaux, et non plus seulement aux résidents et personnels des Ehpad.

Accélérer 

Mardi 5 janvier, le ministre de la Santé a aussi promis d'accélérer la cadence en ouvrant la vaccination avant fin janvier, dans des centres dédiés en ville, à toutes les personnes âgées de plus de 75 ans qui ne vivent pas en maison de retraite.

"Nous ouvrons 100 centres destinés à la ville", puis "nous en ouvrirons 300 la semaine prochaine et 500 celle d'après", a assuré le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, à l'issue du premier Conseil des ministres de l'année.

Vaccination à l'hôpital de la Croix-Rousse à Lyon, le 6 janvier.
Photo : AFP/VNA/CVN

La France dispose d'un million de doses du vaccin Pfizer/BioNTech. Mais avec un million de résidents et de personnels de santé concernés dans les Ehpad, quelque 5 millions de personnes âgées de plus de 75 ans, et en comptant deux injections par personne, les doses attendues suffiront-elles dans l'immédiat ?

Aux 500.000 doses hebdomadaires du vaccin Pfizer/BioNTech, devraient s'ajouter 200.000 doses "le premier mois", puis "500.000 par mois" du vaccin de l'Américain Moderna, validé mercredi 6 janvier par l'Agence européenne des médicaments (EMA) et la Commission européenne, et qui attend maintenant le feu vert de la Haute autorité de santé (HAS) en France, a expliqué Gabriel Attal.

Un début de polémique a aussi surgi après les révélations de Politico, puis du Canard Enchaîné, sur une mission confiée par le gouvernement au cabinet de conseil privé McKinsey et Company pour l'épauler dans sa stratégie vaccinale. Le ministère de la Santé a confirmé que ce cabinet travaillait au sein de la "+task force+ vaccination du ministère de la Santé", sans donner de précisions sur ses missions exactes.

Pas de remontées mécaniques 

Dans ce contexte de polémiques permanentes, le gouvernement doit aussi trouver le bon curseur des restrictions sanitaires pour enrayer le redémarrage de l'épidémie après les fêtes. Certains de ses voisins ont choisi de repasser par la case confinement, écoles comprises, (Angleterre, Écosse) ou de prolonger les mesures de fermeture (Allemagne).

Fermés depuis le 30 octobre, les restaurants et les bars ont vu leurs espoirs de rouvrir au 20 janvier anéantis.

Au grand dam des stations de ski, les remontées mécaniques ne rouvriront pas jeudi comme initialement envisagé, a indiqué mercredi 6 janvier soir le secrétaire d'État chargé du Tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne.

Concernant la culture, Gabriel Attal a évoqué "un calendrier de réouverture qui pourrait être progressif", sans préciser quels acteurs étaient concernés.

Ébranlées au cœur par la fermeture des musées et des théâtres, des salles de concert et de cinéma, 200 personnalité de la culture, dont Nagui, Grand Corps Malade, Arielle Dombasle et Julie Gayet, ont lancé mercredi 6 janvier via Le Parisien un appel en faveur de la vaccination.

"Au milieu de la semaine prochaine, ça sera le moment peut-être de discuter de mesures plus lourdes pour éviter une expansion de l'épidémie", a estimé mercredi 6 janvier soir sur France 2 Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique, qui guide le gouvernement. Actuellement, 15 départements ont un couvre-feu avancé à 18h00, deux heures de tôt que le reste du pays.

Mercredi 6 janvier, 25.379 nouveaux cas de COVID-19 ont été enregistrés, loin de l'objectif gouvernemental de 5.000 cas par jour. Avec 291 décès à l'hôpital, la maladie a tué 66.565 personnes depuis le début de l'épidémie.


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bánh duc à la sauce de soja, un encas rustique mais délicieux

Ancienne cité impériale de Huê : une chute de 72,6% de son chiffre d’affaires en 2020 En raison de l’impact de la pandémie de COVID-19, le nombre de touristes dans l'ancienne cité impériale de Huê (Centre) en 2020 a fortement chuté, avec un million de touristes.