09/07/2018 16:15
Bien que grand producteur et exportateur de produits agricoles, le Vietnam ne profite pas encore au mieux des avantages que lui apporte l’agriculture. Dans le contexte d’industrie 4.0, il apparaît nécessaire et même urgent de profiter au mieux des technologies pour pallier à ces lacunes.
>>Thanh Xuân, un modèle de culture bio à développer
>>L’agriculture intelligente, une tendance dans le delta du Mékong

Culture des légumes sous serre dans une ferme à la commune de My Thang, district de My Lôc, province de Nam Dinh. Photo: Most/CVN

Si ses produits agricoles sont exportés vers plus de 180 pays et territoires du monde, la valeur à l’exportation n’est pas vraiment élevée ; elle peut même être considérée comme "modeste". L’une des raisons principales est que l’on n’applique pas encore de conditions et technologies optimales dans la culture, la transformation et la conservation de produits, ce qui abaisse la valeur ajoutée des produits.

Nguyên Hoàng Anh, président de l’Association des producteurs de crevettes de la province de Binh Thuân, a indiqué: "Ces dernières années, ont été déployées une série de mesures d’application des technologies dans la production. Cela constitue une tendance importante et indispensable dans l’augmentation de la valeur ajoutée de nos produits".

Application des technologies, une nécessité

À cet égard, le Docteur Dang Kim Son, ancien spécialiste à l’Institut de politique et de stratégie pour l’agriculture et le développement rural, du ministère de l’Agriculture et du Développement rural, a déclaré que "pour devenir une nation industrialisée, le Vietnam devra renforcer le rôle de l’agriculture et des zones rurales dans l’industrialisation, de même que l’application des progrès technoscientifiques".

Selon lui, les avancées technoscientifiques permettront une connexion plus efficiente entre les paysans, entre paysans et entreprises, entre paysans et consommateurs. Et chacun d’entre eux en tirera des bénéfices.

"Les technologies constituent l’un des éléments décisifs pour minimiser les risques dans la production agricole", a souligné Ung Thê Lam, chef d’une ferme de fruits de dragon répondant aux normes de production de fruits et légumes bio VietGAP et GlobalGAP. "Normalement, dans mon entreprise, environ 60% des produits après récolte peuvent être exportés directement, sans traitement. Et le reste, de qualité moins élevée, qui ne peut être exporté directement, est transformé grâce à des technologies pour créer de nouveaux produits qui, eux, peuvent être exportés", a-t-il fait savoir.

CPV/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Le Le tourisme humanitaire, aussi appelé "volontourisme", est une forme de voyage qui concilie mission humanitaire et tourisme. Il se développe au Vietnam, notamment dans les localités montagneuses du Nord.