04/09/2021 17:54
Deux teenagers de 18 ans ont fait sensation vendredi 3 septembre au 3e tour de l'US Open : l'Espagnol Carlos Alcaraz, tombeur de Stefanos Tsitsipas, et la Canadienne Laylah Fernandez, victorieuse de Naomi Osaka, qui a ensuite fondu en larmes et annoncé faire une pause.
>>US Open : Monfils, seul Français rescapé des eaux
>>US Open : Medvedev avance sans traîner, Osaka sans jouer, Tsitsipas non sans huées

L'Espagnol Carlos Alcaraz après sa victoire contre le Grec Stefanos Tsitsipas pour sa première participation à l'US Open, le 3 septembre 2021.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Je pense que je vais faire une pause pendant un certain temps", a dit la Japonaise, qui était tenante du titre.

"En fait, j'ai l'impression d'en être à ce point où j'essaie de comprendre ce que je veux faire, et honnêtement, je ne sais pas quand je vais jouer mon prochain match de tennis", a-t-elle ajouté.

"J'ai l'impression que ces derniers temps, quand je gagne, je ne me sens pas heureuse. Je ressens plus comme un soulagement. Et puis quand je perds, je me sens très triste. Je ne pense pas que ce soit normal", a-t-elle confié.

Celle qui visait un troisième sacre en quatre ans à Flushing Meadows, avait déjà craqué de la sorte au tournoi de Cincinnati il y a deux semaines. Il y a trois mois, elle avait déclaré forfait avant le 2e tour de Roland-Garros, où elle a créé la polémique en refusant de répondre aux questions des médias. C'est là qu'elle a mis à jour des problèmes d'anxiété, marqués par "plusieurs épisodes dépressifs".

Raquette jetée

Sur le Arthur Ashe, la Japonaise tenait pourtant sa victoire en fin de deuxième set, puisqu'elle menait 7-5, 6-5 service à suivre. Mais elle s'est fait débreaker en commettant de grosses fautes directes. Et elle s'est effondrée, réitérant des erreurs grossières du fond de court pour le grand bonheur de son adversaire et pour le grand malheur de sa raquette, jetée de dépit au sol à deux reprises.

À un set partout, Osaka, prostrée sur sa chaise entre les changements de côté, serviette sur la tête lui recouvrant son visage, n'a jamais su se remettre dans son match. Et elle s'est inclinée 7-5, 6-7 (2/7), 6-4.

"Déjà bien avant le match, je savais que j'étais capable de m'imposer. Merci aux fans new-yorkais, vous m'avez aidée à gagner", a réagi Fernandez (73e), opposée dimanche 5 septembre à l'Allemande Angelique Kerber (17e).

Le Grec Stefanos Tsitsipas, lors de son match perdu face au jeune Espagnol Carlos Alcaraz au 3e tour de l'US Open, le 3 septembre 2021.
Photo : AFP/VNA/CVN

Osaka éliminée, le tableau s'en trouve dégagé pour des prétendantes telles que l'Ukrainienne Elina Svitolina (5e) et la Roumaine Simona Halep (13e), opposées en 8e, tout comme l'Espagnole Garbine Muguruza (10e) et la Tchèque Barbora Krejcikova (9e).

Une première surprise s'était produite plus tôt, Carlos Alcaraz, s'étant offert le scalp de Stefanos Tsitsipas.

"C'est un sentiment incroyable. Cette victoire signifie beaucoup pour moi. C'est le meilleur match de ma carrière", a-t-il réagi après sa victoire 6-3, 4-6, 7-6 (7/2), 0-6, 7-6 (7/5). Un combat de plus de quatre heures, dans une ambiance parfois électrique, qui a vu l'éclosion en mondovision de celui que de nombreux observateurs présentent comme le futur Nadal.

Le roc Alcaraz

Tsitsipas a été nerveux comme rarement sur le court. Il a écopé de deux avertissements, un pour une violation de temps entre deux services au 2e set et un autre pour avoir reçu un conseil de son coach de père. Et il a eu un comportement parfois "limite" en éructant des "Vamos !" après quelques points gagnés. En... espagnol donc, ce qui a eu le don d'agacer l'Ibère d'en face et même le public qui l'a hué.

Il a aussi encore usé de son droit de faire une pause vestiaire pour se changer, mettant un peu plus de cinq minutes pour revenir, moins que les sept et huit prises contre Andy Murray et Adrian Mannarino. Comme aux dépens du Français, le Grec a ensuite remporté le 4e set 6-0.

Mais il est de nouveau tombé sur ce roc d'Alcaraz, qui a su trouver les ressources pour se remettre dans la rencontre et l'emporter au tie-break sur sa troisième balle de match.

Même abnégation défensive, même gifle de coup droit, même prestance entre les points... L'Espagnol a en effet certains côtés rappelant Nadal. Favori, il devra avoir sa constance et rester imperméable aux attentes contre l'Allemand Peter Gojowczyk (141e).

Plus tôt, Daniil Medvedev a passé une bonne journée : il s'est qualifié en moins de deux heures contre Pablo Andujar 6-0, 6-4, 6-3. Finaliste en 2019, le Russe qui affrontera au prochain tour le Britannique Daniel Evans (27e), sait aussi que Tsitsipas n'est plus sur sa route.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les œuvres en galets uniques d’une jeune Hanoïenne

Un stupa centenaire révèle la culture de l’ethnie Lào Le stupa Muong Và, patrimoine culturel de 400 ans de la province montagneuse de Son La (Nord), a longtemps été considéré comme un chef-d’œuvre d’architecture reliant le passé au présent tout en défendant les valeurs spirituelles uniques.