27/10/2018 16:18
Vingt-et-une personnes, en majorité des écoliers, ont été tuées à la suite de pluies diluviennes qui se sont abattues jeudi 25 octobre dans l'Ouest de la Jordanie, selon un dernier bilan vendredi 26 octobre de la Défense civile.
>>Intempéries en Jordanie: au moins 17 morts dans un accident de bus
>>Le Moyen-Orient frappé par les pires chutes de neige depuis des décennies

Un écolier blessé est pris en charge dans un hôpital après un accident de bus scolaire emporté par des pluies diluviennes, près de la mer Morte en Jordanie, le 25 octobre. Photo: AFP/VNA/CVN

Dans ces intempéries, 35 personnes ont également été blessées, dont des membres des forces de l'ordre qui participaient aux opérations de secours, a précisé un responsable de la Défense civile à l'AFP.

Selon une source des services de sécurité, huit personnes sont toujours portées disparues et les recherches se poursuivent pour les retrouver. Ce genre d'inondations dues à des pluies torrentielles n'est pas rare à cette période de l'année en Jordanie, mais les pertes humaines sont cette fois-ci particulièrement élevées.

"Le nombre des victimes s'est élevé à 21. Il s'agit pour la plupart d'écoliers âgés de 11 à 14 ans qui participaient à une sortie scolaire dans la région de la mer Morte", à quelque 50 km à l'Ouest d'Amman, a affirmé le même responsable.

Des torrents d'eau ont emporté dans la mer les adolescents, qui étaient descendus de leur bus scolaire, selon une source des services de sécurité. Parmi les morts, figurent aussi des passants qui se promenaient dans cette région touristique et qui ont été emportés par les flots, a indiqué la Défense civile, soulignant qu'un pont s'était par ailleurs effondré.

Selon une source médicale, trois des écoliers étaient Irakiens. "Ma femme est décédée le mois dernier, et aujourd'hui mon fils est mort", criait un homme en pleurs, présenté comme étant de nationalité irakienne, dans des images transmises par la chaîne de télévision indépendante jordanienne "Ro'ya".

Zone sinistrée dans la région de la mer Morte en Jordanie, où un bus qui transportait des écoliers a été emporté par des pluies diluviennes, le 25 octobre. Photo: AFP/VNA/CVN

Des informations circulant sur les réseaux sociaux ont fait état du refus de dernière minute de nombreux parents de laisser participer leurs enfants à cette sortie scolaire, à cause des avertissements météorologiques alarmants pour la journée de jeudi 25 octobre.

Le ministre de l'Éducation Azmi Mahafzah a promis une "enquête complète" pour déterminer les causes exactes ayant conduit à la mort des écoliers, indiquant que le bus avait emprunté une trajectoire différente de celle acceptée par son ministère. "L'organisateur de la sortie scolaire assume l'entière responsabilité de ce qui est arrivé", a-t-il ajouté.

"Journée noire"

Des proches de victimes des intempéries se rassemblent devant un hôpital près de la mer Morte, le 25 octobre. Photo: AFP/VNA/CVN

Selon une source au sein du ministère de l'Éducation, les écoliers se dirigeaient vers la réserve naturelle d'al-Azraq, à l'est d'Amman, et leur établissement avait reçu une semaine environ auparavant l'accord du ministère.

Les chaînes de télévision locales ont transmis en direct des images des opérations de recherche et de sauvetage, où l'ont peut voir des dizaines de secouristes et de membres des forces de sécurité, ainsi que des habitants, ratisser la zone côtière de la mer Morte dont les eaux ont pris une couleur de boue. Des bateaux participent également aux opérations.

La Direction de la Sûreté générale a indiqué que les routes conduisant à la zone sinistrée avaient été coupées dans les deux sens au niveau de la région de la mer Morte, depuis vendredi 07h00 locales, "pour permettre la poursuite des opérations de recherche et de secours".

"Journée noire", titre en une vendredi 26 octobre le quotidien jordanien indépendant "Alghad", tandis que le journal gouvernemental "Al-Rai" déplore une "tragédie dans la mer Morte".

Le roi Abdallah II, qui a annulé une visite prévue vendredi 26 octobre à Bahreïn pour suivre la situation, a présidé une réunion d'urgence des principaux organismes impliqués.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Banh cuôn au fruit de dragon – un plat irrésistible à déguster

Le tourisme intérieur du Vietnam devrait se redresser après le COVID-19 La résurgence du COVID-19 au Vietnam a mis de nombreux prestataires touristiques sous pression alors qu'ils essayaient de maintenir leurs entreprises à flot. Cependant, maintenant que la pandémie s’apaise, ils ont des conditions favorables pour ramener leurs affaires à la normale.