09/05/2021 14:00
Dans sa quête éperdue des derniers tapis anciens d'Afghanistan, Chari Allahqul a bravé les tempêtes de neige sur les hauts sommets du pays, été passé à tabac par des bandits de grand chemin et appris à se cacher des talibans.
>>Les codeuses afghanes créent leurs propres championnes
>>Afghanistan: l'éducation recule pour la première fois depuis 2002

Un marchand montre un tapis dans sa boutique de Bamiyan, en Afghanistan.
Photo : AFP/VNA/CVN

À dos de cheval, avec des mules bâtées pour transporter son butin, il sillonne les terres escarpées et rocailleuses du Nord de l’Afghanistan pour acheter aux tribus nomades leurs précieux tapis faits main. "Les routes sont dangereuses, peuplées de loups et d’ennemis. On doit passer les nuits dans des forêts ou des déserts", narre Chari, qui compte sur son robuste chien de berger pour le protéger pendant son sommeil.

Des semaines ou des mois durant, les chercheurs de tapis arpentent les sentiers caravaniers d’antan, furetant dans chaque village pour y dégoter d’anciennes pièces rares à troquer contre de l’argent ou des biens de consommation modernes. Ils les revendront sur des marchés, à des collectionneurs. Un tapis de qualité, définie par son âge, son état, sa taille, peut coûter une ou deux centaines de dollars dans un village et leur rapporter à peu près autant.

Mais cette vie est hasardeuse. Chari, qui la mène depuis l’enfance, a connu bien des mésaventures. Une fois, il a été passé à tabac à coup de crosses de fusils par des brigands. Obsédés par l’idée de lui prendre son argent, ils n’ont pas réalisé la valeur de ses tapis.

Depuis toujours, ces périls vont avec le métier. Il se souvient que son père lui racontait l’histoire, il y a bien longtemps, d’un ami parti à la recherche de tapis qui avait été dévoré vivant par les loups après avoir été coincé par une tempête de neige.

"Tout ce qu’on a retrouvé, ce sont ses chaussures et ses tapis", dit l’homme qui a appris les ficelles du métier auprès de son père, lui-même initié par le sien.

Face aux dangers, encore accrus aujourd’hui avec le retrait des troupes internationales d’Afghanistan, Chari voyage en groupe, préférant les montagnes aux routes pour éviter les combats et les talibans.

Plusieurs milliers d’USD

La contrée où depuis des siècles les plus délicats tapis d’Afghanistan sont tissés par des tribus nomades, s’étend de la ville de Kunduz, dans le Nord, vers l’ouest le long des frontières avec l’Ouzbékistan et le Turkménistan, jusqu’au sud à la lisière de l’Iran.

Chari va de village en village, au gré des tuyaux prodigués par son réseau. Il barguigne des heures pour des tapis souvent tissés par la famille d’une future jeune mariée pour servir de dot.

Les plus prisés sont vieux de plusieurs dizaines d’années, ornés de motifs tribaux, en laine filée à la main teintée de colorants naturels tirés de racines ou de pétales de fleurs. Avant d’être vendus dans les grandes villes, ils doivent encore être lavés puis séchés sur des toits pendant des mois pour que le soleil en ravive les couleurs, voire minutieusement réparés.

"Réparer ou vendre un tapis, c’est comme élever un enfant. Ça demande un travail acharné", confie Chari.

Chari Allahqul dans sa boutique de tapis à Kaboul, en Afghanistan.
Photo : AFP/VNA/CVN

Il faut entre six mois et deux ans pour fabriquer un tapis. En bout de chaîne, il pourra être vendu plusieurs milliers d’USD sur le marché international.

Abdul Wahab est l’un des principaux collectionneurs de tapis de Kaboul. Sa collection a été constituée pièce par pièce par des chasseurs de tapis. “Nous dépendons de ces gens à 99,9%”, avoue-t-il.

Mais des décennies de conflit, de migrations et d’urbanisation ont changé la face de ce commerce. Les tribus nomades se sont largement sédentarisées et dans les familles de nombreux métiers à tisser sont aujourd’hui laissés à l’abandon, selon des marchands de la capitale.

Car leurs tapis sont désormais concurrencés par des produits meilleur marché, confectionnés en masse dans des ateliers indus-triels avec de la laine importée et des colorants synthétiques. "C’est vraiment triste, déplore M. Wahab qui a aussi un magasin au Canada. De la laine belge, des colorants d’un autre pays (...) Il n’y a plus rien du tout d’afghan".

Les copies bas de gamme sont monnaie courante en Afghanistan, mais aussi au Pakistan ou en Inde, se plaint-il. Ce qui rend plus difficile la vente aux clients peu avertis de tapis de qualité plus onéreux.

Certains marchands peu scrupuleux n’hésitent pas à traiter avec des produits chimiques des pièces de fabrication courante ou à les laver avec du thé, pour récréer l’effet patiné et délavé des tapis anciens. D’autres vont jusqu’à rouler dessus avec leur voiture pour leur donner l’apparence usagée qui aidera à faire monter les prix.

Un art qui se perd

Seul un examen minutieux par un œil aguerri permet de déceler la valeur réelle d’un tapis. "Les teintures, le style, l’état, la forme, tout cela ensemble définit la valeur d’une pièce", explique Wahid Abdullah, propriétaire de Herat Carpets à Kaboul.

Les vieux tapis ne sont pas toujours de la meilleure qualité, admet-il. Mais l’originalité des motifs, une caractéristique ou un défaut volontairement laissé par le tisserand peuvent les distinguer des produits de masse. "C’est tout un art. C’est difficile à expliquer", observe-t-il.

Un art qui se perd car les pièces anciennes, tissées à la main, sont de plus en plus rares. Les collectionneurs s’inquiètent de voir ainsi disparaître un pan du patrimoine national. Mais les autorités, absorbées par la guerre, ont d’autres priorités.

"Les tapis fabriqués en usine ont fait du mal à l’industrie des pièces faites main", regrette un chercheur de tapis de Hérat (Ouest), Zalmai Ahmadi. Lors de ses deux dernières expéditions, il n’a pu ramener que deux tapis. Quelques années plus tôt, il serait revenu avec des dizaines de pièces.

"Les voyages sont très, très difficiles. On croise les talibans, les forces gouvernementales et des voleurs. Soit ils te demandent de l’argent, soit ils te tuent", dit-il. Mais avant, "on pouvait obtenir tout ce qu’on voulait. Maintenant, on n’en trouve plus".

AFP/VNA/CVN



 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Quand les femmes d’ethnies minoritaires participent aux modèles économiques locaux

Hanoï accueille 2,9 millions de touristes au premier semestre Au premier semestre, le nombre de touristes à Hanoï est estimé à 2,9 millions, en baisse de 25% par rapport à la même période de l’année dernière, selon le Service municipal du tourisme.