19/08/2020 11:00
Une nouvelle vague de délestages électriques ont plongé l'Afrique du Sud dans le noir mardi 18 août alors que le pays lutte contre la pandémie de COVID-19.

>>Électricité verte: Greenpeace met un carton rouge aux géants de l'énergie
>>Vers une "très longue" pandémie, un demi-million de cas en Afrique du Sud
 

Mettant le pays au bord du black-out, Eskom remet en question toute la dynamique économique de l'Afrique du Sud.
Photo : Reuters/VNA/CVN

Malgré une baisse de la demande expliquée par le confinement, l'entreprise publique de production et de distribution d'électricité Eskom a mis en œuvre trois vagues de délestages électriques depuis que le COVID-19 est apparu dans le pays en mars.

Eskom a expliqué que cette nouvelle vague de délestages était due à de graves surcharges imposées au système de production énergétique. La panne de quatre unités de production d'électricité entre lundi soir et mardi matin 18 août dans quatre centrales, ainsi que le retard dans la remise en service prévue d'une autre unité en maintenance, ont abouti à la surcharge du système électrique, a précisé Eskom, qui fournit plus de 95% de l'électricité consommée en Afrique du Sud.

"Toute nouvelle détérioration de la performance de production pourrait ainsi nécessiter la multiplication des délestages à court terme", a indiqué Eskom. Alors que l'infrastructure de production est vieillissante, peu fiable et volatile, le système de production devrait continuer d'être surchargé pendant toute la semaine avec l'arrivée du froid, a prévenu la compagnie déstabilisée par des dettes importantes, une mauvaise gestion et une corruption présumée.

"Nous appelons la population d'Afrique du Sud à contribuer à la réduction de la consommation d'électricité afin d'aider Eskom à diminuer le nombre de délestages et garder les lumières allumées", a déclaré Eskom. L'entreprise affirme qu'elle n'effectue des délestages électriques qu'en dernier recours pour empêcher un effondrement total du réseau national.

Le PDG d'Eskom, Andre de Ruyter, a admis que les délestages étaient dus au manque de fiabilité et de prévisibilité de la flotte de production de la compagnie, ces manques étant eux-mêmes expliqués par le report des grands projets de maintenance au fil des ans. Les délestages devraient se poursuivre jusqu'en septembre 2021, a-t-il annoncé.

 

APS/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Hông Mi, l'alcool qui fait la fierté de Bac Hà

Quang Binh : 122 millions d'euros pour le Festival international des fleurs 2023 Le Festival international des fleurs 2023 aura lieu du 1er décembre 2023 au 31 mai 2024 dans la commune de Hai Ninh, district de Quang Ninh, province de Quang Binh (Centre), sur une superficie de 89 ha.