18/09/2018 23:49
Une centaine de conférenciers représentants d’organismes gouvernementaux, d’instituts de recherches sur la transition énergétique ainsi que d’organisations internationales se réunissent le 18 septembre à Hanoï pour participer au colloque international portant sur le thème "Favoriser la coopération pour assurer une transition énergétique juste".
>>Pollution de l’air : un grave problème de santé publique
>>Colloque sur le développement à faible émission de carbone

Colloque international portant sur le thème "Favoriser la coopération pour assurer une transition énergétique juste", le 18 septembre à Hanoï.

Développer des projets d'énergie propre tout en réduisant les installations à base de combustibles fossiles qui polluent l'environnement est une tendance inéluctable dans le monde, y compris au Vietnam. Cependant, la question de l’utilisation pour les travailleurs et les communautés concernés afin que la transition se fasse de manière pacifique et sans provoquer de troubles sociaux, n'a pas encore été correctement prise en compte.

Le concept de "transition énergétique juste" n’est pas étranger en Europe et en Amérique du Nord mais il reste relativement nouveau en Asie. De manière générale, le processus de transition énergétique implique non seulement des aspects environnementaux, mais également des changements socioéconomiques, qui sont tous nécessaires pour faire avancer la transformation énergétique mondiale afin d’atteindre les objectifs proposés dans l’Accord de Paris.

Dans le cadre de ce colloque international, des spécialistes discutent des questions sur les critères d'une transition énergétique juste et équitable d'un point de vue sociopolitique; des contributions des syndicats et de la société dans la transition juste dans le secteur de l’énergie, ainsi que des opportunités et des défis liés à une transition énergétique juste.

En outre, cet événement offre aux décideurs politiques et scientifiques du Vietnam l’opportunité de rencontrer et de discuter des expériences d’autres pays tels que l’Allemagne, la Chine, l’Inde, l’Indonésie et la Thaïlande notamment, afin de trouver une solution convenable avec le Vietnam.

"Notre objectif est de conceptualiser une transition juste de manière plus complète pour façonner une version plus durable et plus humaine de l’économie de demain. C'est l'une des questions clés que nous aimerions discuter lors de ce colloque international", a déclaré Yvonne Blos, présidente chargée du projet concernant le climat et l’énergie de l’Institut Friedrich-Ebert-Stiftung Vietnam.

D’après la révision du plan de développement énergétique VII, approuvée le 18 mars 2016 par le gouvernement vietnamien, la capacité totale des centrales électriques au charbon prévues d'ici 2030 devrait réduire à 55.300 MW (soit environ 42,6% de la puissance totale d’électricité). Les études du Centre de développement et de l’innovation verte (GreenID) ont indiqué que le pays aurait l’opportunité de réduire de 24,4% la capacité totale des centrales électriques au charbon tandis que la capacité d’énergies renouvelables s’élèverait à environ 30% de la puissance totale d’électricité en 2030.

L’Institut Friedrich-Ebert-Stiftung (FES) est fondé en 1925. Il s’agit d’une organisation non-gouvernementale de l’Allemagne. Il dispose de bureaux de représentants dans une centaine de pays et territoires. Il est au Vietnam depuis 1990. L’objectif de FES Vietnam est de promouvoir le développement durable au Vietnam et joue un rôle de dispatching du FES en Asie dans les domaines du changement climatique, de l’énergie et de l’environnement.


Texte et photo: Câm Sa/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Vi Khê, le berceau de l’horticulture vietnamienne

À la recherche d'une stratégie pour optimiser les potentiels touristiques Une stratégie visant à développer un tourisme adapté au changement climatique dans le delta du Mékong est en cours d'élaboration, dans le but d'exploiter pleinement le potentiel local.