26/06/2020 10:29
Ces derniers temps, la psychologue Thân Thi Mân s’est prise de passion pour la traduction en vietnamien de plusieurs livres de psychologie en français. Ses traductions sont nécessaires aux psychologues vietnamiens ainsi qu’aux lecteurs qui s’intéressent à ce domaine.

>>Livre : la psychologie de l’enfant de Dana Castro traduite en vietnamien
 

La psychologue et traductrice Thân Thi Mân. Photo : Vân Anh/CVN


Les livres traduits par Thân Thi Mân sont nombreux : Le Moi et le Ça (2015), Au-delà du principe de plaisir (2016) du célèbre psychologue Sigmund Freud ; Comprendre l'autisme (2014), Expliquer l'autisme aux parents (2016), Initiation à la psychanalyse de Jean-Noël Christine (2018), Petits silences, petits mensonges : Le jardin secret de l’enfant (2019) de Dana Castro. Exploitant un domaine complexe, elle a travaillé sans relâche et déployé beaucoup d’efforts. Ses traductions ont été acclamées par les lecteurs ainsi que les experts.

La traductrice expérimentée Thân Thi Mân travaille depuis plus de 10 ans dans le domaine de la psychologie en tant que psychologue et interprète pour les psychologues français travaillant au Vietnam. "J’ai décidé de traduire les livres de psychologie par amour et par nécessité", a-t-elle souligné.

Les difficultés sont multiples lorsque l’on s’attaque à la traduction d’un ouvrage. "Même si vous aimez la langue et que vous la maîtrisez correctement, vous ne connaissez pas tout. Il y a plein de choses que je dois apprendre tous les jours", a confié la traductrice. Avant d’ajouter que la psychologie possède son propre vocabulaire, ce qui requiert aux traducteurs de profondes connaissances.


Une passion dévorante pour la langue française
 

La traductrice travaille au milieu de son jardin. Photo : NVCC/CVN


Il n’est pas rare que la traductrice comprenne le message que souhaite transmettre l’auteur, sans pour autant trouver la bonne formule en vietnamien. "Je me dis parfois, est-ce que mon vietnamien est trop pauvre ou c’est parce qu’il n’y a pas de termes équivalents entre les deux langues", a-t-elle expliqué. Parfois, elle décide de conserver les termes originaux et de les expliquer dans une note de base. "Il faut faire en sorte que le lecteur parvienne à comprendre l’idée du message", a-t-elle affirmé.


La traduction des livres du psychologue autrichien Sigmund Freud est un enjeu de taille pour Thân Thi Mân. Dans ce cas, la question de la langue n’est pas le problème majeur. "Entre la langue de l’époque et celle d’aujourd’hui, il y a déjà des différences. C’est normal, la langue évolue constamment. À mon sens, ce qui me semble le plus difficile, c’est de comprendre la pensée de Freud, comprendre son mode de pensée qui évolue selon le temps et selon ce qu’il découvre au niveau du fonctionnement du psychisme", a partagé la traductrice.


Sa passion pour la langue de Molière coule toujours dans ses veines. "J’aime la langue française. Je l’ai rencontrée pour la première fois quand j’étais lycéenne. Je l’ai appris trois ans au lycée et puis cinq ans à la Faculté de langue et de la culture française", a-t-elle raconté.


À noter qu’elle a travaillé presque 10 ans en tant qu’enseignante de français. Ensuite, elle a poursuivi son master de psychologie à l’Université des sciences sociales et humaines. Diplômée, elle exerce en libéral tout en assurant en parallèle, la fonction d’interprète pour le psychologue français Jean-Noël Christine, lors de ses conférences  au Vietnam. "Au bout de 30 ans, je n’ai jamais arrêté d’utiliser le français. Le français est un peu devenu ma langue", a-t-elle confié.


"En tant que psychologue et interprète, Mme Mân a récemment traduit plusieurs célèbres ouvrages de psychologie. Pour les psychologues, ces livres sont une source de document indispensable. Ils sont également utiles pour les lecteurs qui veulent mieux comprendre la psychologie", a remarqué Nguyên Duc Nam, directeur exécutif du Centre de psychologie Share où Mme Mân travaille depuis quelques années.


Psychologue, un métier qui demande de la patience
 

La psychologue utilise les jeux pour contacter les enfants.
Photo : Vân Anh/CVN 


Son travail au Centre Share consiste à recevoir et aider les personnes (notamment les enfants) en difficulté. La psychologue utilise souvent le langage pour établir un premier contact. Cependant, il arrive parfois que certains enfants soient trop timides pour s’exprimer. "Dans ce cas-là, j’utilise d’autres supports : jeux, dessins… L’essentiel, c’est que l’enfant parvienne à exprimer sa souffrance, à mettre un +mot+ sur ses maux", a-t-elle partagé.


Le métier de psychologue est exigeant. L’établissement du lien thérapeutique, une bonne lecture des propos et un bon accompagnement sont indispensables. Pourtant, il n’y a pas de recette dans ce métier. "C’est un métier qui demande de l’empathie pour le patient", a-t-elle conclu.


Pendant son temps libre, elle s’adonne à ses deux grandes passions : la gastronomie et le jardinage. S’atteler à la préparation de repas délicieux pour sa famille, cultiver et admirer son petit jardin fleurissant sont autant de passe-temps pour surmonter le stress de son travail.


Née en 1971, la traductrice nourrit de nombreux projets comme la traduction et publication d’autres livres de psychologie. Et pourquoi pas dans un futur proche, la traduction d’une œuvre littéraire ?

Vân Anh/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité de la course de chevaux de Bac Hà à Lào Cai

Thanh Hoa, une destination post-COVID sûre Après la distanciation sociale en raison de la pandémie de COVID-19, la province de Thanh Hoa a rouvert ses sites touristiques.