19/02/2017 22:07
Nombreuses sont les personnes qui souhaitent inscrire leurs souhaits de début d’année lunaire sous forme d’une calligraphie traditionnelle. C’est même une tradition, solidement ancrée dans les mœurs, qui nous rappelle la place éminente qu’occupaient les lettrés jadis.
>>Ouverture de la Fête printanière de la calligraphie à Hanoï
Demander une calligraphie à l’occasion du Nouvel An est un beau trait culturel  des Vietnamiens. Photo : Minh Duc /VNA/CVN 

À Hanoi, il suffit qu’arrive le Têt pour que la rue Van Miêu se transforme en rue des Lettrés, lesquels accaparent les trottoirs qui bordent le Temple de la Littérature. Tunique traditionnelle, turban… Ils sont aisés à reconnaître. À longueur de journée, ils recouvrent des feuilles de papier d’élégantes arabesques qu’ils tracent à la plume.

Nguyễn Thế Lục est l’un de ces lettrés; il habite l’arrondissement de Hà Dông, à Hanoï, fait savoir: "On me demande souvent d’écrire les mots «Bonheur», «Prospérité» et «Longévité». À mon avis, le bonheur est l’apanage des cœurs purs… Aux élèves qui souhaitent réussir leurs concours, j’offre souvent ces mots: «À force de forger on devient forgeron». Il ne faut pas dire qu’on «achète» une calligraphie: ce n’est pas un objet commercial, c’est un véritable art de vivre…"
 
Nguyên Quôc Dung, un autre lettré qui habite quant à lui l’arrondissement de Hai Ba Trung, partage: «L’homme aspire toujours à une vie meilleure, à une nouvelle année meilleure que la précédente. À ceux qui souhaitent une année faste, j’offre le mot «Paix». On me demande aussi les mots «Bonheur» et «Prospérité». Quant aux personnes âgées, elles souhaitent souvent le mot «Santé»

Jeunes ou moins jeunes, chacun peut trouver son mot. À chaque génération les siens. Les adultes demandent souvent les mots «Cœur», «Vertu», «Patience», alors que les jeunes raffolent de «Réputation», «Amour», «Fidélité»… Les élèves demandent «Réussite» ou «Intelligence» et les hommes d’affaires «Gain» ou «Prospérité»... C’est à chacun selon sa situation.

Nguyên Thi Thuy Hanh, une habitante de l’arrondissement de Hoàng Mai, à Hanoï, confie : "Au début de l’année lunaire, on se rend en famille à la pagode, puis au Temple de la Littérature pour y demander une calligraphie. D’habitude, je demande le mot «Paix» pour toute la famille. Je trouve que c’est une très belle coutume que de demander une calligraphie au début de l’année lunaire".
 

Nguyên Mai Anh, étudiante à l’Université Thang Long, fait savoir: "Je voudrais demander le mot «Sérénité» pour la nouvelle année. Je demanderai aussi le mot «Santé» pour mes parents".

«Chaque année, quand les fleurs de pêcher éclosent/ on voit le vieux lettré/ avec son encre de Chine et ses papiers rouges/ au bord de la rue bondée». Depuis près de 70 ans, cette image du lettré tel que nous le dépeint le poète Vu Dinh Liên hante les mémoires…
 VOV/VNA 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’agriculture bio, une tendance inéluctable au Vietnam

Temple Bông Lai, site du tourisme spirituel qui vaut le détour Situé au pied de la montagne Dâu Rông (Tête du Dragon) dans la zone 3, bourg de Cao Phong, district homonyme, province Hoà Binh, à environ 10 km au sud de la ville de Hoà Binh, le temple Bông Lai vénère Cô Dôi Thuong Ngàn - un disciple de la Déesse-Mère des Montagnes et des Forêts et les esprits des Quatre Mondes (Tứ Phủ) selon la croyance viêt.