13/04/2018 10:38
Une tempête accompagnée de violentes rafales de vent a fait s'effondrer mercredi 11 avril deux piliers aux entrées du complexe du Taj Mahal, a annoncé jeudi 12 avril un responsable du site, soulignant la fragilité de ce monument pluriséculaire de marbre blanc dédié à l'amour.

>>Neuf morts dans l'effondrement d'un hôtel en Inde
>>Tempête : chaos dans les transports et six morts dans le Nord de l'Europe

 

Une tempête accompagnée de violentes rafales de vent a fait s'effondrer le 11 avril deux piliers antiques aux entrées du complexe du Taj Mahal.
Photo: AFP/VNA/CVN


"Deux piliers décoratifs se sont effondrés la nuit dernière en raison de vents violents. L'un des piliers était à la Porte royale, et l'autre à la Porte du Sud", a indiqué à l'AFP un responsable des services archéologiques indiens.

Aucun des quatre minarets de marbre blanc entourant le Taj Mahal, pas plus que le spectaculaire mausolée lui-même, n'ont été endommagés par la tempête.

C'est souvent à travers la Porte royale, une forteresse en pierre rouge, que les touristes découvrent le Taj Mahal, inscrit au patrimoine de l'humanité établi par l'UNESCO. C'est l'un des deux impressionnants piliers qui l'encadraient qui s'est effondré.

Des images montrent les morceaux des piliers gisant par terre.

Le Taj Mahal, qui reçoit plus de 10.000 visiteurs par jour, a été construit durant la première moitié du XVIIe siècle par l'empereur moghol Shah Jahan en mémoire de son épouse Mumtaz Mahal, morte en 1631 en donnant naissance à leur quatorzième enfant alors qu'elle allait à la campagne.

La rénovation du monument s'étire depuis quatre ans déjà et doit bientôt s'attaquer à la partie la plus délicate, le dôme.

Le monument emblématique de l'Inde souffre notamment de la pollution atmosphérique, qui jaunit son marbre et oblige les conservateurs à lui appliquer des couches de terre pour absorber les impuretés.

Les photos de dirigeants étrangers devant le Taj Mahal sont des incontournables des voyages officiels en Inde. Le cliché de la princesse britannique Diana posant seule devant le monument en 1992 est notamment resté dans toutes les mémoires.


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’identité traditionnelle était au cœur des activités francophones

Le sala centenaire de la pagode Chot Le Centre d’études et de méditation bouddhiste khmer de la pagode Chot, aussi appelé sala, fait partie du patrimoine culturel régional. Retour sur son histoire particulière.