30/06/2019 11:05
Abandonnant le métier de guide touristique, Pham Thi Vân s’est lancée dans le commerce de noix de coco. Sa marque CôcôSmile est connue depuis 2017 sur le marché domestique et commence à conquérir des clients à l’étranger.
>>Start-up vietnamiennes: les financements arrivent!
>>La vietnamienne Abivin remporte la Startup World Cup

La start-upper Pham Thi Vân. Photo: Dang Hoa/CVN

Pham Thi Vân, 33 ans, est une jeune start-upper de la province de Bên Tre (Sud). Elle connaît ses premiers succès grâce à son concept CôcôSmile, une marque de noix de coco rafraîchissante sans conservateur, esthétique et originale. Dans le commerce, Vân sait qu’il faut de l’originalité pour se distinguer. Après la cueillette, les fruits sont traités et un système d’ouverture style canette est disposé sur chacun d’entre eux. De plus, les coques sont bien décorées avec des symboles tels que des soleils, des dessins amusants et des messages qui plaisent aux consommateurs.

Sa marque commerciale est connue depuis 2017 dans les étals de fruits propres des supermarchés et magasins de proximité à Hanoï, Quang Ninh, Hung Yên (Nord), Nghê An, Dà Nang, Nha Trang (Centre) et Hô Chi Minh-Ville. La demande dépasse toujours l’offre. Chaque jour en été, elle peut vendre de 1.000 à 2.000 fruits, avec des pics parfois de 6.000 à 8.000, et ce au prix de 40.000 dôngs.

"Outre le marché domestique, mes débouchés cibles sont Singapour, Hong Kong (Chine), la République de Corée, le Japon et les États-Unis", révèle la start-upper au sourire éclatant.

Une guide touristique qui a osé changer de cap

Pas mal de gens ont été surpris d’apprendre que cette jeune entrepreneure, originaire de la province de Hung Yên (Nord), fut une guide touristique de dix ans d’expérience, bien payée grâce à ses compétences et connaissances. Un métier qui lui a permis de voyager dans 36 pays. Mais, finalement, en 2016, elle a décidé de tout arrêter pour commencer un nouveau projet en partant de zéro.
Son idée de se lancer dans le commerce de noix de coco est née lors d’un voyage en Australie.

La noix de coco CôcôSmile contient un jus sucré à la fois nutritif et désaltérant.
Photo: Dang Hoa/CVN

"Il y a trois ans, j’ai dégusté une noix de coco en Australie. J’ai dû payer 5 dollars australiens mais j’ai trouvé que sa saveur était bien inférieure à celle des noix de coco de la province de Bên Tre", se souvient-elle. Vân a alors réfléchi à la possibilité de développer une marque commerciale de noix de coco pour les touristes étrangers voire même capable de s’exporter.

"J’ai vu des entreprises thaïlandaises et chinoises acheter des noix de coco vietnamiennes pour y apposer leurs propres marques. Aucun consommateur ne sait que ce sont des fruits d’origine vietnamienne, ce qui est bien dommage car la province de Bên Tre, dénommée +royaume des cocotiers+, a reçu une certification d’indication géographique pour ce fruit", partage-t-elle.

"Le bonheur est de vivre de ce que l’on aime"

En 2016, Vân a quitté son ancien travail pour commercer son projet avec un groupe d’amis. Une première coopération qui a cependant échoué du fait de conflits entre les fondateurs. "J’ai perdu 800 millions de dôngs en l’espace de six mois. Mes amis m’ont conseillé de retourner au métier de guide touristique qui m’assurait un revenu élevé. Mais, pour moi, abandonner ce projet, c’était vraiment un échec cuisant. J’ai alors décidé de m’engager seule", confie-t-elle.

Après ce premier échec, la Vietnamienne s’inscrit à des foires et expositions pour présenter sa marque. Elle programme des voyages à l’étranger pour sonder les besoins des supermarchés et le goût des consommateurs. Sa devise: il faut être active dans la recherche des clients. Ses dix ans de guide touristique l’ont aidée à établir de bonnes relations et ainsi à décrocher des commandes.

Mais le plus important pour elle est la qualité du produit. Pour avoir un approvisionnement garanti et durable, elle a choisi les fournisseurs de 11 communes de deux districts de Giông Trôm et Châu Thành, auxquels elle propose un prix d’achat plus élevé pour avoir des fruits de qualité optimale.

Les fruits CôcôSmile sont originaires de la province de Bên Tre (Sud).
Photo: CTV/CVN

Vân travaille avec des cueilleurs expérimentés et leur explique comment sélectionner les fruits dont la teneur en sucre du jus et la taille satisfont aux normes requises. Elle a aussi investi dans une petite usine de production standard dans la province de Bên Tre. Après la cueillette, les noix de coco sont traitées sur place, puis conservées selon des méthodes biologiques pour prévenir les moisissures et bactéries. Les résidus sont séchés pour fabriquer des combustibles ou broyés pour la production d’engrais organiques.

Outre les fruits frais, son commerce de certains produits à base de noix de coco est aussi sur de bons rails. Ainsi, sa gelée CocoMom est appréciée par les employées de bureau. Les fruits CôcôSmile sont vendus accompagnés de pailles en bambou et d’un message de protection de l’environnement.

Vân confie qu’une femme start-upper rencontre plus de difficultés qu’un homme, en particulier si elle ne reçoit pas le soutien de ses proches. Et bien qu’il y ait encore des difficultés, la propriétaire de CôcôSmile est optimiste pour l’avenir. "Mes parents m’ont laissée faire ce que j’aime, c’est déjà un grand soutien. Et je sais que le chemin est encore long", partage-t-elle.

Linh Thao/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Faites le plein d’oxygène au réservoir de Hoà Binh

Parc national de Phia Oac - Phia Ðén, cadeau du Ciel Comparé à une perle précieuse que la nature aurait offerte à la province de Cao Bang, le Parc national de Phia Oac - Phia Ðén constitue le site idéal pour développer l’écotourisme.