24/09/2017 08:49
Mai Kiên, domicilié à Soc Trang, possède une souche de badamier géant aux racines fantasques. Il accueillera dès l’an prochain gratuitement les visiteurs souhaitant admirer cette étrangeté de la nature.
>>Un arbre à ruches à Diên Biên
>>Un Lim millénaire à Bac Giang
>>Des canneliers centenaires préservés à Quang Nam
>>Un arbre séculaire hors du commun

Mai Kiên et le pied de badamier pluriséculaire aux racines extraordinaires.
Photo : TN/CVN

La souche géante aux racines interminables que possède Mai Kiên, 67 ans, domicilié dans la ville de Soc Trang (province éponyme dans le delta du Mékong), s’étire sur 25 m. Le pied, lui, a un diamètre de 14 m. «Ses racines donnent des formes extraordinaires à l’image de statues de bouddha et d’animaux. À l’intérieur, se trouve une cavité pouvant abriter deux personnes», présente ce commerçant de meubles de bois.

Au Vietnam, les amateurs de plantes d’agrément apprécient tout particulièrement les racines d’arbre aux formes improbables. Et ils sont prêts à dépenser une fortune pour les acquérir. «On m’a proposé 25 milliards de dôngs et, tout récemment, 35 milliards. Mais j’ai refusé», sourit le propriétaire.

Une rencontre fortuite

Mai Kiên raconte qu’il y a trois ans, lors de son passage à la maison commune de Dinh Thân, à une dizaine de kilomètres de son domicile, il a vu une paire de badamiers plantés à l’entrée de l’édifice. Alors que l’arbre à droite était verdoyant, celui à gauche avait succombé, probablement suite à la construction d’un ouvrage à proximité, selon les hypothèses des locaux. «D’après le Service provincial de la culture, des sports et du tourisme, ces badamiers avaient 600-700 ans. Et les gens du coin m’ont alors dit que l’arbre mort était le mâle, et le vivant la femelle», se rappelle-t-il.

Les gestionnaires de la maison commune ont décidé d’arracher l’arbre mort pour éviter tout risque d’accident dû au bris des branches pourries. Mais, pour des questions spirituelles, personne n’osait le toucher, les arbres plantés dans les lieux de culte étant considérés comme l’habitat des génies. Ils ont alors fait appel à un groupe d’ouvriers venus d’ailleurs. Et après deux jours de travaux, les ouvriers ont quitté les lieux. «On m’a dit que durant les travaux, ils avaient fait des cauchemars. Ils sont donc partis sans demander leur reste», explique-t-il.

«En voyant la forme des racines très impressionnantes, j’ai demandé de l’acheter moyennant 35 millions de dôngs», se souvient-il. Avant de l’arracher, Kiên a décidé de pratiquer un petit culte en priant pour que l’esprit de l’arbre l’autorise à le déplacer dans un nouveau lieu pour sa conservation. Et l’abattage s’est déroulé sans problème.

«Je ne crois pas vraiment à ces superstitions mais je vais protéger cette souche de badamier dignement, comme un souvenir. Je finis l’aménagement d’une mini-salle d’exposition pour pouvoir accueillir l’an prochain  des visiteurs voulant admirer ce patrimoine de ma région», annonce-t-il.

Linh Thao/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Quand l’héritage architectural français au Vietnam se dévoile

Dà Nang vise neuf millions de touristes d'ici 2020 La ville de Dà Nang est devenue une destination populaire pour les touristes nationaux et étrangers ces dernières années. La ville a été honorée l'année dernière comme "la principale destination en Asie en termes de festivals et d'événement festifs", lors du gala du Prix mondial de Voyage - Asie & Australie.