31/10/2020 06:30
Tri Nguyên vient d’achever une tournée en Allemagne en compagnie de ses amis musiciens Khanh Nguyên et Diethard Krause. Sous le nom de Sông Lua, le trio a présenté aux amoureux de la musique traditionnelle vietnamienne un tout nouveau répertoire fort apprécié.
>>Tri Nguyên : un nouvel opus 100% Vietnam
>>Trân Tuân An, un virtuose de la guitare aux États-Unis
>>Une certaine fierté nationale
>>Tri Nguyên en concert à Hô Chi Minh-Ville

De gauche à droite :  Diethard Krause, Khanh Nguyên et Tri Nguyên.

Tri Nguyên est devenu un véritable ambassadeur de la musique vietnamienne aux quatre coins du monde. Même notoriété pour son instrument fétiche : le đàn tranh, instrument de musique vietnamien à 16 cordes pincées de la famille des cithares sur table.

C’est en en jouant pour la première fois à Berlin (Allemagne) il y a cinq ans que Tri Nguyên a fait la connaissance du musicien Diethard Krause. Ce dernier est venu le voir en concert et tous deux sont restés amis depuis. Ils ont gardé contact grâce aux réseaux sociaux.

Peu de temps après, Diethard sortait son premier album Upon Tree Da alors que Tri Nguyên sortait le sien, le formidable Consonnances.

Une belle harmonie

C’est sans doute en 2018 qu’a germé l’idée d’un trio. En effet, cette année-là, Tri Nguyên orga-nisait pour Diethard et Khanh Nguyên un premier concert au Vietnam à l’université Tôn Duc Thang de Hô Chi Minh-Ville. 

Par la suite, ils ont commencé à bâtir un répertoire commun à travers Skype et Viber, entre la France et l’Allemagne.

Concert à Gütersloh, en octobre 2020.

Fin juillet 2019, Khanh Nguyên et Diethard ont passé plusieurs jours dans le Sud-Ouest de la France, dans la maison de campagne de Tri Nguyên, afin de fignoler un véritable programme musical de haute volée.

Le trio Sông Lua (littéralement "Fleuve de Soie") était prêt à se lancer sur les scènes européennes et pourquoi pas mondiales. Malheureusement, le COVID-19 a déjoué bien des plans et c’est seulement début octobre 2020 que les trois mélomanes ont pu enfin se revoir en chair et en os. Le trio s’est ainsi produit sur scène mais a également animé des ateliers sur la musique vietnamienne du 5 au 17 octobre. "Nous avons eu des journées bien remplies. Nous avions quelquefois deux ateliers en matinée puis deux concerts en soirée. Par crainte du COVID-19, les organisateurs de notre tournée ont limité le nombre de places dans les théâtres et salles de concert. Comme les réservations étaient nombreuses, nous avons joué deux fois de suite pour satisfaire tout le monde", raconte Tri Nguyên.

Une organisation remarquable

En concert dans les grandes villes allemandes, le trio tient à saluer l’organisation parfaite de Birgit Ellinghaus, directrice d’Alba Kultur, International office for global music, un organisme allemand spécialisé dans les concerts de musique du monde (https://www.albakultur.de/).

"Les Allemands ont bien pris vraiment soin de nous, les artistes", s’enthousiasme Tri Nguyên. Le public allemand a aussi pris beaucoup de plaisir à découvrir la voix aux multiples facettes de Khanh Nguyên. En effet, cette dernière déploie une expressivité intime qui en a séduit plus d’un.

Le Trio Sông Lua.

Diethard Krause, tour à tour au violoncelle, à la viole de gambe et au monocorde vietnamien đàn bâu, a aussi étonné tout le monde. Il faut dire qu’il est capable de pratiquer la musique de chambre puis de naviguer avec aisance entre mélodies anciennes d’Extrême-Orient et d’Occident.

Avec ses deux camarades sur scène et dans la vie, Tri Nguyên s’est senti comme un poisson dans l’eau, lui qui navigue allègrement dans plusieurs univers musicaux. Il utilise toujours l’ancien système de notation pour ses partitions de cithare, à savoir des mots plutôt que des notes de musique.

"Nous nous sommes concentrés sur les fusions de sons des rives du Mékong et exploré de nouvelles connexions entre des éléments de la musique traditionnelle viet-namienne et la vieille musique européenne. Je crois que Sông Lua a parfaitement réussi son pari : exprimer les mouvements de l’eau et la délicatesse de la soie avec une musique en filigrane et en même temps impulsive, riche en détails et parfois complexe", poursuit l’ambassadeur du đàn tranh vietnamien.

On souhaite un grand succès au trio qui continuera sa tournée en Italie dans les prochains jours.  Grâce à eux, la musique vietnamienne est bien représentée en Europe et bientôt partout dans le monde.

À ce sujet, le dernier album de Tri Nguyên, Winds of Home, a été sélectionné au Grammy Awards 2021, dans la catégorie Best World Music Album. Bien sûr, Tri Nguyên exulte, et pourtant se sent un peu seul. "Comme d’habitude, je suis le seul nom vietnamien de la liste. Mais cette fois-ci, j’ai pu rajouter le nom de mon collègue, Son Mach, donc pour la première fois, il y aura deux musiciens vietnamiens", conclut Tri Nguyên. Et on croise les doigts pour une victoire du groupe en 2021. 
Texte : Hervé Fayet/CVN
Photos : Tri Nguyên/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
25 ans de coopération entre le Vietnam et Wallonie-Bruxelles : Amitié, Solidarité et progrès

Ka Lu, musée à ciel ouvert de la culture des Vân Kiêu Situé à 8 km à l’ouest du district de Dakrông, dans la province de Quang Tri, au Centre, le complexe de tourisme communautaire de Ka Lu attire les visiteurs avides de découvrir la culture traditionnelle et authentique de la minorité ethnique Vân Kiêu.