03/10/2019 19:17
Vi Trân, une jeune fille d'origine vietnamienne, a créé un club pour aider les sans-abri et les personnes défavorisées de San Jose, en Californie (États-Unis). Ses contributions lui ont même permis de décrocher une bourse d'études de la police locale.
>>Une doctoresse au chevet des malades d’Alzheimer
>>Une Britannique au chevet des enfants handicapés à Quang Nam

Vi Trân au lycée Evergreen Valley de San Jose, en Californie.
Photo : The Mercury News

Vi Trân a vécu de manière indépendante au Vietnam avant de venir aux États-Unis où elle a décidé de consacrer du temps aux plus démunis.

Quand elle avait 6 ans, sa mère a quitté la province de Bên Tre (Sud) pour s’installer aux États-Unis, avec comme but de faire venir sa fille plus tard une fois sa situation stabilisée. Confiée à des tuteurs mais livrée la plupart du temps à elle-même, Vi Trân, à l'âge de 10 ans seulement, travaillait dans une imprimerie pour aider sa mère. "J'étais une enfant indépendante, a partagé Vi Trân dans une interview au journal The Mercury News. J'ai vécu sans mes parents pendant six ans et cela m'a appris à prendre soin de moi".

Quand, à 12 ans, Vi arrive enfin à San Jose où sa mère s'était installée, elle se fixe pour objectif d’aider les personnes dans le besoin. Après deux ans, maîtrisant l'anglais, elle a commencé à donner des cours d'anglais à d'autres étudiants étrangers et à des immigrés.

Une inspiration pour tous

Au lycée Evergreen Valley, elle a fondé le club "Chance to Restart Club" afin d’aider les sans-abri et autres personnes défavorisées. "Je pensais qu’aux États-Unis, il n’y aurait pas de démunis. Mais en fait j’ai découvert avec surprise qu’il y a beaucoup de gens sous le seuil de pauvreté", a-t-elle partagé.

Grâce à ses contributions, elle a remporté en août une bourse annuelle (2e édition) de la Fondation de la police de San Jose. D’un montant de 5.000 dollars par an pendant quatre ans, elle l’aidera à étudier la physique et l’ingénierie au collège Dartmouth dans l’État du New Hampshire.

"Elle inspire tout le monde. Quand elle est arrivée ici, elle ne parlait pas l’anglais, mais elle a appris très vite et est même parvenu à finir parmi les premiers de sa classe", a informé Rob Fisher, président du conseil d’administration de la fondation.

En plus de ses études, Vi travaille à temps partiel et pratique le badminton.

Son plus grand héritage à l'école est le club qu'elle a fondé pour aider les sans-abris. "Chance to Restart Club" recrute des bénévoles pour des soupes populaires, organise des collectes de vêtements et de nourriture...

Vi Trân a confié qu'elle espérait revenir au Vietnam pour déployer des activités similaires.

Van Khoa - Thúy Hà/CVN









 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le tourisme expérientiel, cette autre façon de voyager

Forum du tourisme Saint-Pétersbourg - Vietnam Le Forum du tourisme Saint-Pétersbourg - Vietnam, réunissant 15 agences de voyage vietnamiennes et des partenaires russes, s’est ouvert lundi 21 octobre dans la ville russe.