22/05/2022 17:00
La présence juive en Grèce remonte au IVe siècle avant JC, révèle une exposition de stèles à Athènes, attestant pour la première fois de la "multiculturalité" du monde grec à l'Antiquité.

>>Des archéologues dévoilent de nouvelles portions de la muraille de Jérusalem
>>Israël dévoile des trouvailles antiques sur un port méditerranéen
 

Une visiteuse admire une stèle de l'exposition "Chemins de pierres-histoires de pierres, les inscriptions juives en Grèce", le 17 mai au musée juif de Grèce, à Athènes.
Photo : AFP/VNA/CVN


Souvent oubliée de l'histoire officielle grecque, la communauté juive de Grèce revient sur le devant de la scène à Athènes, simultanément au musée juif de Grèce et au musée épigraphique d'Athènes.

"Pour la première fois, nous exposons des inscriptions qui révèlent la présence juive dans le monde grec depuis le IVème siècle avant JC", explique Anastasia Loudarou, curatrice de l'exposition "Chemins de pierres-histoires de pierres, les inscriptions juives en Grèce".

Depuis les années 2000, Anastasia Loudarou et le musée juif de Grèce tentaient de "prouver que la société grecque a toujours été multiculturelle" et que l'histoire grecque n'est pas seulement dominée par la religion orthodoxe.

"Partie intégrante"

"La communauté juive est partie intégrante de l'identité grecque, ce qui a été trop souvent nié à travers les siècles", a déclaré le grand rabbin de Grèce Gabriel Negrin.

Quelque 5.000 Juifs vivent aujourd'hui en Grèce, où la population est à plus de 90% chrétienne orthodoxe.
 

Une stèle de l'exposition "Chemins de pierres-histoires de pierres, les inscriptions juives en Grèce", le 17 mai au musée juif de Grèce, à Athènes.
Photo : AFP/VNA/CVN


Jusqu'en février 2023, les visiteurs étrangers et grecs peuvent découvrir pour la première fois des stèles documentant la vie des Juifs du IVème siècle avant JC jusqu'à l'époque byzantine.

"Cette exposition est vitale", à l'heure où les quelques survivants grecs de l'Holocauste ne sont plus nombreux pour témoigner, a souligné Gabriel Negrin, en marge du vernissage de l'exposition.

Environ 60.000 Juifs grecs ont péri dans les camps de la mort nazis, 83% de leur communauté d'avant-guerre, selon les estimations.

"Cette histoire doit être transmise aux nouvelles générations et doit permettre de combattre l'ignorance et les préjugés d'où surgissent souvent l'antisémitisme et la haine de l'autre", a encore estimé le grand rabbin.

En Grèce, les comportements antisémites qui subsistent sont liés à la puissante Eglise orthodoxe qui n'a pas officiellement pardonné les Juifs pour la mort de Jésus-Christ.

Quelque 36% des Grecs ont des "sentiments négatifs" envers les Juifs et près de 60% d'entre eux croient aux théories conspirationnistes d'un "réseau secret juif qui influence les affaires économiques et politiques", selon un sondage de la Ligue d'action et de protection publié en 2021.

"Les inscriptions ne mentent pas"

Au musée juif d'Athènes, les objets antiques accolés aux œuvres d'art contemporaines permettent "un dialogue sur la question de la diversité", souligne la directrice du musée Zanet Battinou.

Ainsi, une inscription datant de 300 à 250 avant J-C évoque la libération d'un esclave juif tandis que l'œuvre de l'artiste Viktor Koen présente sa grand-mère, ancienne esclave noire aux États-Unis.

Attenant au musée archéologique d'Athènes, la galerie épigraphique dévoile une trentaine d'objets qui nous emmènent à Délos, petite île des Cyclades, sanctuaire dédié à Apollon, où ont été retrouvés les vestiges d'une synagogue, mais aussi à Chalkida sur l'île d'Eubée où un cimetière juif a été mis au jour, ou encore dans la cité byzantine de Mystras dans le Péloponnèse, où des stèles funéraires juives ont été découvertes.

"Les inscriptions sont des preuves qui ne peuvent pas mentir", note Eleni Zavou, archéologue au musée épigraphique. Elles "attestent de la multiculturalité du monde grec, de l'importance des communautés juives aux niveaux politique, artistique, religieux, économique".

En décembre, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis et le président russe Vladimir Poutine s'étaient mis d'accord sur le retour des archives de la communauté juive grecque, dont les nazis s'étaient emparés et que Moscou avait récupérées après la prise de Berlin par l'Armée rouge en mai 1945.

Leur retour en Grèce constitue "un événement d'une grande importance historique qui clôt un chapitre tragique du judaïsme grec et en ouvre un autre, plus brillant, pour la communauté scientifique qui va pouvoir désormais reconstituer la longue histoire de la présence juive en Grèce", avait alors déclaré la ministre grecque de la Culture Lina Mendoni.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
GREAT, un programme australien en faveur des femmes minoritaires

Des montgolfières pour animer le Festival de Huê Le "Festival de montgolfières - Ancienne citadelle de Huê vue du ciel" attire depuis quatre ans nombre de touristes et locaux. Cette année à l’occasion de la Semaine du Festival de Huê 2022, elle durera jusqu’au 30 juin.