18/10/2017 12:03
Une entreprise norvégienne, Saga Energy, a signé mardi 17 octobre un contrat portant sur un investissement de 2,5 milliards d'euros en Iran pour la fourniture et l'installation de panneaux solaires destinés à produire 2GW d'électricité dans ce pays.
>>Les voitures électriques en vedette en Norvège
>>Rouler "propre" grâce aux égouts en Norvège

Saga Energy a signé un contrat portant sur un investissement de 2,5 milliards d'euros en Iran.
Photo : AFP/VNA/CVN

"La Norvège est pleinement engagée en faveur" de l'accord sur le nucléaire iranien de 2015 ayant permis l'ouverture de l'Iran aux investissements étrangers, a déclaré à l'AFP l'ambassadeur de Norvège, Lars Nordrum, en marge de la signature de l'accord, à sa résidence à Téhéran.

La signature du contrat a eu lieu quatre jours seulement après que le président américain Donald Trump eut annoncé son refus de certifier l'accord sur le nucléaire iranien.

Toutes les autres grandes puissances (Russie, Chine, France, Allemagne, Royaume-Uni) signataires de l'accord nucléaire avec l'Iran avaient dès vendredi  13 octobre unanimement pris sa défense.

Le contrat, signé entre Saga Energy et le groupe privé iranien Amin Energy Developpers, "est la preuve que nous prenons très au sérieux l'ouverture (de l'Iran), et nous verrons bientôt d'autres investissements" dans ce pays, a assuré M. Nordrum.

Selon ses promoteurs, le projet est soutenu par un consortium d'investisseurs européens, publics et privés, et par une garantie de l'État iranien.

Les 2,5 milliards d'euros nécessaires à sa réalisation doivent être investis sur cinq ans, et les panneaux solaires installés en plusieurs endroits du centre désertique de l'Iran.

"Nous espérons construire une usine en Iran pour produire les panneaux solaires de façon à créer aussi des emplois" locaux, a déclaré Gaute Steinkopf, directeur du développement de Saga Energy.

Nombre de compagnies européennes et asiatiques montrent un grand intérêt pour le marché iranien, encore largement vierge après des années d'isolement de l'Iran, pays de plus de 80 millions d'habitants avec une classe moyenne relativement importante.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Ressusciter les estampes populaires de Kim Hoàng

Les vestiges de la citadelle de Thanh Chiêm à Quang Nam La citadelle de Thanh Chiêm est située à Diên Phuong, dans la province centrale de Quang Nam. Vestige historique national, elle était, sous la dynastie des Nguyên (1802-1945), considérée comme la capitale satellite de Huê et le centre politique, militaire, économique et culturel du Sud. Aujourd’hui, l’édifice est en ruine mais les autorités ont décidé de faire de Thanh Chiêm une nouvelle destination touristique.