20/11/2019 07:44
Lê Thi Hoà, enseignante de l’École primaire de Dông Son, district de Chuong My, à Hanoï, organise depuis 2007 des cours gratuits pour les jeunes handicapés. Leur dernier espoir d’apprendre à lire et à écrire.
>>Hoa Sao, le refuge des autistes à Quang Ninh
>>Quand des enseignants luttent contre la déscolarisation

Lê Thi Hoà lors d’un cours gratuit réservé à des jeunes handicapés.
Photo : Thanh Tùng/VNA/CVN

"Depuis des années, tous ses collègues et les parents d’élèves ressentent une admiration, un respect et une confiance envers l’enseignante Lê Thi Hoà". C’est ce qu’a observé Trinh Thu Huong, directrice adjointe de l’École primaire de Dông Son.

Diplômée de l’École pédagogique de Hà Tây en 1992, Lê Thi Hoà a enseigné dans les Ecoles primaires de Truong Yên puis de Dông Son. Avec ses collègues, elle cherche à venir en aide aux élèves en situation difficile. Chaque mois, après avoir reçu leur salaire, ils achètent ensemble des livres et des vêtements en leur faveur.

Par ailleurs, Mme Hoà organise de nombreuses activités afin de pousser les élèves à aller à l’école. Parmi elles, la collecte "Aide tes amis à aller à l’école" qui permet de récupérer livres, cahiers, vêtements…en faveur des élèves démunis au début de chaque année scolaire.

Le cœur sur la main

Ayant grandi dans une famille pauvre, l’enseignante Lê Thi Hoà comprend le  quotidien de ces élèves qui ne peuvent pas aller à l’école. "Mon enfance fut difficile. C’est pourquoi, je veux me rendre utile auprès de ces élèves malchanceux", partage-t-elle.

En 2002, elle organisa un cours gratuit en faveur de 14 élèves handicapés. Sa petite cuisine se transforma en salle de classe chaque week-end. La nouvelle se répandit comme une traînée de poudre et les élèves furent de plus en plus nombreux.

Mme Hoà enseigne à des handicapés à chanter et à danser.
Photo : Thanh Tùng/VNA/CVN

"Face aux efforts des parents qui emmenaient leurs enfants en classe malgré la distance, je commençais à m’inquiéter. En effet, la salle de classe était de plus en plus étroite et les quantités de livres et cahiers devenaient insuffisants", raconte-t-elle.

"Heureusement, à la suite d’une visite à la pagode Huong Lan, district de Chuong My, mon souhait d’ouvrir un cours pour les enfants défavorisés au sein de la pagode a été soutenu par le bonze gérant", ajoute l’enseignante. Au départ, la classe faisait seulement 15 m2. Grâce à la pagode, aujourd’hui elle fait de 100 m2

Des efforts collectifs qui portent leurs fruits D’autres enseignants des écoles de Chuong My ont emboîté le pas et consacrent du temps et des fonds pour maintenir ce cours. Au cours de 12 années d’enseignement aux enfants en
situation de handicap, Mme Hoa n’a suivi aucune trame pour les leçons, car selon elle, chaque élève nécessite différentes méthodologies. Afin de mémoriser un poème ou une chanson, ces élèves doivent prendre jusqu’à trois, voire six mois. Malgré tout, personne ne se décourage.

"Pour pouvoir enseigner à ces élèves, en dehors des heures officielles, je dois étudier sur le net ou même me rendre dans des centres d’enseignement spécifiques pour trouver les outils pédagogiques adéquats", partage-t-elle. 

Actuellement, sa classe compte 63 élèves, âgés de 6 à 26 ans. Ils sont tous très assidus, même ceux domiciliés à 30 km de la salle de classe. À l’issu de ce cours, certains sont capables de s’intégrer et de trouver un emploi stable. En plus de ces enseignements gratuits, Lê Thi Hoà a collecté des fonds pour édifier des maisons du "cœur" en faveur de personnes vivant dans des conditions particulièrement précaires dans la commune de Thanh Binh. Depuis 2015, trois demeures, d’une valeur totale de 360 millions de dôngs, ont été construites. Elle est une passerelle entre les bienfaiteurs et le collège de Dông Son et le lycée Chuong My A.

"Il y a peu de temps, Mme Hoà et d’autres collègues ont offert à ma famille de la nourriture et quelques objets ménagers courants. Grâce à leur aide, j’ai pu continuer à aller à l’école. Je vais faire d’autant plus d’efforts dans la poursuite de mes etudes", exprime Lê Tuân Trang, 11e classe du lycée Chuong My A.

"Il est normal d’enseigner aux élèves la lecture, l’écriture et l’hygiène personnelle. Mais pour les handicapés, les professeurs doivent faire preuve d’énergie et d’une grande bonté", souligne Nguyên Duc Hoà, chef du Bureau de l’éducation et de la formation du district de Chuong My. Pour ses contributions dans l’éducation entre 2009 et 2017, Lê Thi Hoà a reçu de nombreux satisfecit, remis par le Service de l’éducation et de la formation de Hanoï.

Huong Linh/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le Musée de la campagne – un voyage dans la campagne d’autrefois

Agrotourisme en plein essor à Dà Lat Quelque 6,2 millions de touristes ont visité Dà Lat, dans les hauts plateaux du Centre, au cours des 11 derniers mois dont 500.000 en novembre.