03/08/2019 08:25
Le village de Bat Tràng se situe à une quinzaine de kilomètres au sud-est du centre de Hanoï. Jusqu’à une époque assez récente, ses habitants vivaient essentiellement de la céramique. Mais ils viennent d’ajouter une nouvelle corde à leur arc: le tourisme.
>>Quand tourisme rime avec artisanat
>>Bat Tràng, la poterie ancestrale se modernise
>>Le four Lo Bâu résiste à l’épreuve du temps

La poterie est un art difficile à maîtriser.  

"Pour confectionner un produit en céramique, il nous faut le tour de potier, la balle d’argile qui a été préparée à l’avance et une bassine d’eau. Une fois que la balle est collée sur la girelle, c’est-à-dire sur le plateau du tour, on peut démarrer le tour à la vitesse maximale. Il faut toujours s’humidifier les mains avec grand soin de manière à ce que l’argile ne colle pas sur la peau et que la terre ne se décentre pas. Après avoir centré la balle d’argile, on va la percer en son centre puis élargir ce trou avec un pouce, puis deux. Il s’agit ensuite d’ébaucher les parois, puis de les affiner pour monter le cylindre qui sera transformé en bol".

Ces instructions détaillées, on peut les entendre dans la trentaine d’ateliers qui, depuis dix ans, accueillent les touristes ayant envie de s’initier à la poterie. "Aujourd’hui, c’est à Bâu Cô, le plus grand et le plus ancien four du village, que je me trouve et je ne suis pas le seul", confie Quy, un visiteur.

Une balle d’argile, une bassine d’eau, un tour et un tabouret bleu en plastique pour chacun et voilà, le tour est joué. Au toucher, la balle d’argile de la taille d’un poing est bien molle, liante et un brin humide. Alors, on met la main à la pâte sans plus attendre!

Faire sa céramique: 
amusant mais pas si facile


"Tik tak… Tik tak… Ben… Facile à dire, mais à faire, c’est une autre histoire. Au bout d’une demi-heure, j’ai les mains endolories. Quant à mon bol, il a l’air de tout…, sauf d’un bol. Pour un peu, j’en aurais presque ras-le-bol. Mais manifestement, je ne suis pas le seul à manquer de bol. Oui, je sais, je sais", continue Quy.

"Non, ne regarde pas le mien! J’ai honte. Il n’est pas bien formé, ma terre est mal centrée… C’est complètement raté", s’écrie Gia Huy, un élève.

"Il est très difficile de confectionner un bol. On risque de faire un truc bizarre", confie Miên Anh, une autre élève.

Les enfants viennent ici pour des activités extrascolaires.
Et pourtant, il faut croire qu’en poterie comme à l’école, il y a des cancres et de bons élèves… Thùy Linh, par exemple, a tout l’air d’avoir un profil de première de la classe. "J’étais déjà venue ici avec mes parents, alors forcément… Le secret? La terre. Une bonne terre, c’est la réussite assurée, sinon…", dit-elle. 

"Aujourd’hui, nous amenons les élèves ici pour les faire découvrir l’art de la poterie", explique Thuy, 27 ans, institutrice de l’École maternelle Kid Star. "Après avoir visité l’ancien four, les enfants sont répartis en deux groupes selon leur âge. Les petits de 3 à 4 ans colorient de petits objets comme des figurines ou des gobelets alors que ceux de 5 à 6 ans apprennent à confectionner des assiettes, des vases".

Du côté des parents d’élèves, c’est l’aspect de "découverte culturelle" qui ressort le plus. "Pour tous ces enfants qui passent souvent leur temps libre à jouer aux jeux vidéo, c’est plutôt une bonne chose, je pense!", confie Thu Hà, qui est la mère de Gia Huy. Avant de poursuivre : "Mon fils est encore maladroit car il n’a aucune expérience. Mais la prochaine fois, je suis sûre qu’il fera ça à la perfection. Je vais inviter les voisins à venir ici la semaine prochaine".

Adulte ou enfant, maladroit ou habile, qui que nous soyons, ici à Bat Tràng, c’est avec enthousiasme que nous mettons la main… à la pâte. Ces cours ludiques ont en plus le mérite de perpétuer l’une des plus belles traditions artisanales du Vietnam.
 
Texte et photos: Duc Quy/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le tourisme expérientiel, cette autre façon de voyager

Ngàn Chuông : les grandes merveilles du petit Sa Pa Du fait de sa beauté immaculée, la chute d’eau de Ngàn Chuông fait partie des destinations les plus courues de la province septentrionale de Quang Ninh.