09/03/2019 22:35
Le débat autour de la puissance des géants technologiques américains est monté en température vendredi 8 mars avec la proposition choc d'Elizabeth Warren, l'une des candidates démocrates à la présidentielle de 2020 les plus en vue, qui veut les "démanteler".
>>États-Unis: scrutin très serré dans l'Ohio, mauvais signe pour Trump

Les géants de la "tech" ont "trop de pouvoir" selon Elizabeth Warren.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Les grosses entreprises technologiques ont trop de pouvoir aujourd'hui", a estimé la sénatrice du Massachusetts, féroce critique du président Donald Trump, qui s'est lancée en décembre dans la course à la primaire démocrate en vue de le remplacer à la Maison Blanche.

"Trop de pouvoir sur notre économie, notre société et notre démocratie", poursuit Elizabeth Warren dans un billet de blog, rappelant que leur modèle économique repose sur l'exploitation des données personnelles des utilisateurs. Cette pourfendeuse de Wall Street, classée très à gauche, propose donc de "démanteler ces monopoles".

Mais cette offensive illustre plus largement le débat qui fait rage aux États-Unis autour de la nécessité, ou pas, de les réguler.

Traditionnellement situés dans un axe idéologique plutôt proche des démocrates, les colosses du numérique se retrouvent désormais régulièrement dans les tirs croisés des deux cotés de l'échiquier politique, tant s'en prendre aux grands de la "tech" est devenu porteur politiquement.

"Bazooka" 

Sans surprise, les propositions de Mme Warren ont été mal accueillies par le secteur, qui souligne que c'est précisément leur taille et leur modèle économique qui permet à ces firmes de proposer des services gratuits.

"Cette proposition injustifiée et extrême, qui se concentre sur un secteur très admiré et très performant, n'est pas en accord avec des valeurs progressistes, dont la plupart sont largement partagées dans le secteur technologique", a réagi Ed Black, président de Computer & Communications Industry Association (CCIA), principal lobby du secteur, dans un communiqué.

Dans le détail, Elizabeth Warren voudrait que les plus grosses entreprises soient assimilées à des "plateformes de service public" (comme le gaz ou l'électricité).

Bien plus encadrées, elles ne pourraient plus, par exemple, détenir et gérer des plateformes de vente tout en y étant vendeur eux-mêmes, comme le fait Amazon, avec sa plateforme "Marketplace" (d'autres entreprises peuvent commercialiser leurs produits mais Amazon y est aussi présent en tant que vendeur). De même pour Google.

Ces plateformes se verraient aussi interdire de partager ou de transférer des données à des tierces parties.

La candidate propose également de nommer des régulateurs qui seraient chargés d'annuler des fusions, qu'elle estime "illégales et anticoncurrentielles". Parmi elles, les rachats des groupes Whole Foods et Zappos par Amazon, de WhatsApp et Instagram par Facebook, et du service de géolocalisation Waze par Google.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le ravioli du village de Kênh, une saveur naturelle

Le delta du Mékong laboure le sillon de l’agrotourisme Depuis quelques années, de nouvelles formes de tourisme qui mettent un accent particulier sur le vécu authentique de la nature et de la culture s’implantent à leur rythme dans le delta du Mékong, grenier de riz du Vietnam. Les offres se sont multipliées autour du thème de l’agriculture mais cette dynamique est loin d’atteindre sa maturité.