21/11/2021 09:35
Coup de théâtre à Ansan, en République de Corée. La Vietnamienne Nguyên Thi Thu Nhi a vaincu la Japonaise Etsuko Tada pour décrocher le titre WBO dans la catégorie poids paille. Un succès qui ne doit rien à la chance.
>>La boxeuse Nguyên Thi Thu Nhi remporte la première ceinture mondiale pour le Vietnam
>>Une boxeuse vietnamienne au Championnat du monde WBO prévu en République de Corée
>>La première boxeuse vietnamienne remporte la compétition WBO Asie-Pacifique

Thu Nhi hisse fièrement le drapeau vietnamien après avoir remporté sa première ceinture mondiale WBO.
Photo : CTV/CVN

Née en 1996 dans la province d’An Giang (Sud), Nguyên Thi Thu Nhi a grandi dans une famille pauvre, avant de déménager à Hô Chi Minh-Ville avec sa grand-mère. Très jeune, elle a dû vendre des billets de loterie et travailler dans des restaurants afin de soutenir financièrement sa famille.

Sa relation avec la boxe a commencé de manière fortuite lorsque l’adolescente s’est simplement inscrite à un cours d’arts martiaux dans son école pour obtenir des notes supplémentaires en éducation physique.

"J’ai eu de la chance parce que mon professeur m’a appris à la fois les arts martiaux traditionnels et la boxe. Après avoir pratiqué les arts martiaux pendant un certain temps, il a découvert que j’étais douée pour la boxe et m’a entraîné de manière intensive. Cela peut être considéré comme le tournant de ma vie", a-t-elle raconté.

Une ascension fulgurante

Thu Nhi a fait ses débuts officiels sur le ring en 2015 lors d’une compétition semi-professionnelle, la première du genre au Vietnam, organisée par Kim Sang Bum, un manager sud-coréen du club Cocky Buffalo dans le 7e arrondissement de Hô Chi Minh-Ville.

La boxeuse Nguyên Thi Thu Nhi.
Photo : CTV/CVN
La Vietnamienne s’est ensuite révélée au monde de la boxe internationale avec sa victoire sur la Philippine Gretchen Abaniel, triple championne du monde, lors du tournoi Victory 8 disputé en 2018 au Vietnam.

"Immédiatement après cette victoire, Kim m’a invité à rejoindre le club Cocky Buffalo pour recevoir une formation et développer une carrière professionnelle", a expliqué Thu Nhi.

Les investissements importants du club, notamment en invitant Park Yong Kyun, un ancien champion du monde sud-coréen certifié par la World Boxing Association (WBA), à entraîner directement Thu Nhi, ont considérablement amélioré ses compétences au combat.

La persévérance, la ténacité, la passion et le travail acharné de Thu Nhi pendant son séjour au club l’ont pleinement préparée pour les compétitions professionnelles.

Mais personne ne pensait qu’elle allait pouvoir battre les meilleurs aussi rapidement.

Une préparation en Ouzbékistan

Après avoir remporté la ceinture WBO d’Asie-Pacifique dans la catégorie poids pailles (moins de 47,6 kg) en février 2020, Nguyên Thi Thu Nhi n’a pas caché son ambition de faire encore mieux et de concourir pour le titre mondial face à la Japonaise Ayaka Miyao en juin. Cependant, l’événement a été reporté en raison de la pandémie de COVID-19.

Fin 2020, Ayaka Miyao a été battue par sa compatriote Etsuko Tada et a donc perdu sa ceinture mondiale WBO. Thu Nhi était censée affronter Etsuko en avril 2021, mais la crise sanitaire s’est poursuivie et le combat a été une nouvelle fois reporté, cette fois-ci en octobre.

Etsuko Tada, 32 ans, a remporté le championnat du monde à quatre reprises. Au cours de sa carrière, elle a disputé 26 combats en professionnel, pour 20 victoires (sept par KO), trois nuls et trois défaites. Quant à Thu Nhi, à 25 ans, elle n’a disputé que quatre combats professionnels, avec autant de victoire dont un par KO.

Thu Nhi (gauche) est connue pour être un phénomène de la boxe vietnamienne.
Photo : ST/CVN

Pour se préparer au combat contre la championne japonaise WBO Etsuko Tada, Thu Nhi et ses coéquipiers du club Cocky Buffalo à Hô Chi Minh-Ville se sont rendus en Ouzbékistan - un pays très développé en boxe - pour s’entraîner.

Là, ils ont peaufiné leurs techniques sur la montagne Yangiabad - où de nombreux boxeurs de Cuba, d’Angleterre, du Kazakhstan et de Hongrie se sont déjà entraînés.

"Ce stage m’a fortifié physiquement et a amélioré la vitesse et la précision de mes frappes. Lors de mon premier passage, j’avais beaucoup de mal à m’habituer à la nourriture et j’ai perdu 4 kg, avec une forte hypoglycémie. Après ça, je me suis dit que j’avais travaillé dur pour réaliser mes rêves, j’ai alors tout fait pour manger normalement et me sentir plus forte", se souvient Thu Nhi.

Elle était alors fin prête pour son combat. 

Un titre historique

Face à la star japonaise Etsuko Tada, Thu Nhi a commencé le combat lentement et prudemment car sa rivale japonaise avait beaucoup plus d’expérience qu’elle. Puis, elle a progressivement montré ses compétences et sa technique avec des mouvements inspirés et des crochets puissants.

Elle a finalement remporté le combat aux points au bout de dix rounds sur le score de 96 à 94.

"C’est un bonheur indescriptible pour moi de remporter une victoire aussi significative", a déclaré Thu Nhi, très fière de réaliser son rêve de devenir championne du monde.

"La boxe a complètement changé ma vie de manière positive. Mon tempérament est devenu plus calme, et j’ai un bon revenu pour m’occuper de ma famille. De plus, je suis très heureuse d’être connue de beaucoup de gens. Quand je sors, les gens me reconnaissent souvent comme une championne de boxe", a-t-elle confié.

Selon elle, le combat contre Etsuko Tada a été le plus difficile pour elle. "Je dois m’habituer à de telles batailles parce que dans l’avenir je devrai défendre ma ceinture WBO contre de nombreuses autres boxeuses très fortes. Aujourd’hui, j’envisage de passer à une catégorie de poids plus élevée pour continuer à me mettre au défi. Je vais continuer, sans m’arrêter ici. Mon rêve avec la boxe se poursuivra encore longtemps", a-t-elle partagé.
 
Phuong Nga/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bac Hà préserve et développe l'artisanat traditionnel

Le printemps arrive chez les Xa Phang de Diên Biên Nous nous rendons aujourd’hui à Thèn Pa, un hameau rattaché à la commune de Sa Lông, dans la province septentrionale de Diên Biên, pour découvrir la façon dont les Xa Phang célèbrent le Têt.