16/06/2019 10:15
Nichée sur la montagne de Ngok Cung, province de Quang Nam, la "gigantesque bambouseraie" ne s’est faite connaître que ces derniers temps. Un petit miracle bien défendu par les autochtones.
>>Un bonze et son extraordinaire bambouseraie

Un bambou géant qui vient d’être coupé.
Photo: Manh Cuong/CVN

Le village de Long Riêu, du district de Nam Trà My, province de Quang Nam (Centre), est niché sur le sommet d’une montagne de la cordillère de Truong Son. Habité par une vingtaine de familles d’ethnie minoritaire, il se trouve écarté des autres villages et des centres urbains. Néanmoins, "la vie des autochtones n’y est pas difficile du tout. Ce village est fier d’avoir des  greniers  à riz toujours pleins, des jardins de ginseng Ngoc Linh, une forêt de canneliers séculaires, et surtout des bambous gigantesques qu’ils protègent jalousement", révèle Hô Van Duong, chargé des affaires culturelles de Nam Trà My. 

Des bambous de plus de 30 m de haut

Selon M. Duong, ces bambous extraordinaires que les autoch-tones surnomment "bambous du génie Giong" (un génie légendaire ayant utilisé des bambous à la place d’armes pour repousser les agresseurs étrangers) ne poussent que sur le territoire du village de Long Riêu. 

La visite de la bambouseraie débute au petit matin. Du centre de Nam Trà My, on prend la direction de Kon Tum (une province des hauts plateaux du Centre). Puis, après une vingtaine de kilomètres à moto sur un chemin cahoteux, à travers des forêts luxuriantes, on arrive au village. Le périple se poursuit, à pied cette fois, par monts et par vaux. "La forêt de bambous est là!", s’exclame Duong. De hauts massifs de bambou apparaissent en effet le long d’un ruisseau, formant un rempart naturel extraordinaire. Chaque touffe compte 250-300 "troncs" de couleur dorée, aux mensurations extraordinaires: plus de 30 m de haut, 20-25 cm de diamètre, 60-70 cm de périmètre, et 70-80 cm de distance entre deux nœuds. Des chiffres quadruplés voire quintuplés par rapport aux bambous ordinaires.

Des objets confectionnés à partir de bambous.
Photo: Manh Cuong/CVN

Aux pieds des bambous géants apparaissent d’innombrables jeunes pousses d’un rouge vif (au lieu du jaune ordinaire). "Une pousse suffit à faire une soupe pour tous les villageois", plaisante Duong, avec un brin de fierté. 

Les villageois de Long Riêu sont hospitaliers. Hô Van Thach, patriarche, accueille les visiteurs avec un large sourire. Autour d’un verre d’alcool de riz, il vante: "depuis toujours, Long Riêu est vu comme un  grenier à riz du district de Nam Trà My. Jamais la famine ne survient ici. Les familles érigent leurs dépôts de riz sur les pentes des montagnes, sans avoir besoin de les garder".

Parlant de la forêt de bambous gigantesques, le patriarche ne cache pas son orgueil. "C’est un don du Ciel. Les bambous sont vus comme le génie protecteur des villageois. À part Long Riêu, on ne peut trouver cette variété nulle part ailleurs dans la province de Quang Nam". Selon lui, les autochtones ont convenu depuis toujours de garder secret l’existence de cette forêt, de peur que des étrangers ne viennent l’exploiter, voire la détruire.

Ces bambous géants servent à de multiples usages.
Photo: Manh Cuong/CVN

La "zone sacrée" s’ouvrira aux touristes

Bien entendu, cette forêt est considérée comme une "zone sacrée". Personne n’ose y  toucher. Les bambous du génie Giong ne sont utilisés que dans le cadre des affaires communautaires, à l’occasion des fêtes notamment. À l’arrivée du Têt (fête de Nouvel An lunaire) ou autres événements festifs du village, avec la permission du patriarche, des jeunes hommes viennent abattre un seul pied. Il l’amène au village pour en faire des objets et articles au service de la cérémonie cultuelle, par exemple  rigole (destinée au culte du génie du Ruisseau), perche rituelle, articles ornementaux, hottes, paniers à riz, corbeilles de fruits…

"Il s’agit de +besognes sacrées+ auxquelles tout le monde a l’honneur de participer, avec une ferme confiance en le génie protecteur qui apportera paix, prospérité, santé, récoltes abondantes, chance et bonheur", affirme le patriarche. La fête terminée, les articles en bambou sont distribués comme cadeaux à des familles.  

Hô Quang Buu, président du Comité populaire de Nam Trà My, informe que le district encourage les habitants locaux à étendre la superficie de cette espèce végétale très recherchée afin de développer le tourisme vert. "Une fois que la bambouseraie aura été élargie, le district financera la construction d’un bon chemin menant au village. Les visiteurs pourront alors découvrir une nature préservée mais aussi la culture et la gastronomie originales de ces montagnards", prévoit le dirigeant de Nam Trà My.

Un avenir prometteur attend les villageois de Long Riêu. 
 
Nghia Ðàn/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Faites le plein d’oxygène au réservoir de Hoà Binh

De belles opportunités pour la promotion du tourisme à Ninh Binh Dans le cadre de l’Année nationale du tourisme 2020, qui sera organisée dans la province de Ninh Binh (Nord), une centaine d’activités culturelles et sportives intéressantes se dérouleront pendant toute l’année 2020, non seulement dans cette province mais encore de nombreuses autres localités du pays.