23/05/2021 08:15
Le Dr. Lê Duc Dung, 39 ans, a été récompensé par le Prix de la science fondamentale pour son étude axée sur les macrophages résidant dans les tissus intestinaux de l’hôte protégeant contre la maladie intestinale aiguë du greffon contre l’hôte.
>>Une Viêt kiêu au sein d’un programme d’aide aux réfugiés en Allemagne
>>Jocelyn Yow, la plus jeune maire de couleur de la Californie

Le Dr. Lê Duc Dung.
Photo : CTV/CVN

Le chercheur post-doctoral au laboratoire d’Andreas Beilhack au Département de médecine II de l’Hôpital universitaire de Würzburg en Allemagne, Lê Duc Dung, s’est vu décerner le Prix de la science fondamentale lors de la 47e réunion annuelle de la Société européenne de greffe de sang et de moelle osseuse (European society for blood and marrow transplantation - EBMT) tenu en mars dernier.

Cette société se consacre à la promotion des connaissances associées à la transplantation de cellules souches hématopoïétiques de tous les sources et types de donneurs, dont la recherche fondamentale et clinique, l’éducation, la normalisation, le contrôle de la qualité et l’accréditation des procédures de transplantation.

Chercheur en biologie sérieusement formé

Le Dr. Lê Duc Dung a été honoré pour son étude sur les macrophages résidant dans les tissus intestinaux de l’hôte protégeant contre la maladie intestinale aiguë du greffon contre l’hôte. Ce travail de recherche a été élu sur la base des résumés des médecins les mieux notés, comme décidé par le conseil d’association et le comité scientifique de l’EBMT.

Lê Duc Dung a déménagé en Allemagne pour suivre ses études de premier cycle et son doctorat. Il se spécialise à la fois en immunologie et en immunothérapie. Il a terminé sa thèse de doctorat en immunologie au Centre médical universitaire de la Sarre au département de pneumologie expérimentale et d’allergologie. Là, il a étudié les interactions neuro-immunes dans les maladies allergiques des voies respiratoires chez des modèles murins et humains.

En 2010, il est diplômé en biologie à l’Université de Hanovre, en Allemagne. Au cours de sa thèse au laboratoire d’immunologie moléculaire du département d’immunologie clinique et de rhumatologie de la faculté de médecine de Hanovre, il a étudié la caractérisation moléculaire de la spécificité de Gαi2 pour la migration des macrophages.

L’Hôpital universitaire de Würzburg en Allemagne.
Photo : CTV/CVN

"Le Dr. Dung est une personne acharnée, passionnée par la science. Lui et son équipe utilisent le modèle préclinique pour trouver de nouvelles mesures de traitement du rejet après une greffe de cellules souches, ainsi que du cancer et des maladies infectieuses", estime le Dr. Chu Van Trung, chef du groupe de chercheurs au Centre Max Delbrück de médecine moléculaire d’Allemagne.

Selon lui, les travaux de recherche de M. Dung ont une grande valeur en médecine, en particulier pour la transplantation de moelle osseuse pour le traitement des maladies hématologiques et génétiques ainsi que des maladies liées aux cellules sanguines.

D’après le Dr. Dung, son équipe se concentre sur les interactions dynamiques des cellules immunitaires après une greffe allogénique de cellules hématopoïétiques. Elle utilise des modèles précliniques pour identifier de nouvelles cibles thérapeutiques pour la maladie du greffon contre l’hôte (Graft versus Host Disease - GvHD), une complication grave de l’allogreffe de cellules souches à partir d’un donneur non apparenté, ainsi que pour le cancer et les maladies infectieuses chez les patients subissant une greffe de cellules hématopoïétiques allogéniques.

Dans son étude, l’équipe du Dr. Dung étudie le rôle des macrophages intestinaux hôtes radio-résistants dans la GvHD aiguë. Ce projet est intégré dans un consortium de recherche entre trois universités en Allemagne - Würzburg, Regensburg et Erlangen.

"Dung est un chercheur en biologie sérieusement formé dans un prestigieux centre de recherche en Allemagne. Son équipe a découvert le rôle des macrophages dans le système digestif. Ils jouent un rôle important dans le contrôle des lymphocytes T, permettant de relever le taux de réussite pour la transplantation de moelle osseuse", souligne Nguyên Duc Thai, co-fondateur du forum TransMed-VN.

Une passerelle Vietnam - Allemagne

Le Dr. Dung informe que son équipe est en train de réaliser la 2e étape de l’étude. Lors de la première, elle est parvenue à définir le rôle des macrophages résidant dans les tissus intestinaux de l’hôte. La deuxième étape consistera à étudier quels facteurs influencent l’activité de ces cellules et comment stimuler leur croissance.   

"Bien entendu, toute recherche nécessite un processus. La première étape est celle fondamentale. Le chemin de la recherche et de l’application est long", partage-t-il.

La recherche biomédicale est une branche de celle expérimentale très coûteuse et à long terme.  Pour avoir de bons travaux d’étude, il faut souvent un solide réseau de coopération multidisciplinaire pour former des pôles de recherche. Il faut également de bons experts et chefs d’équipe.

Le Vietnam est confronté à des difficultés dans tous les facteurs énoncés ci-dessus. Le Dr. Dung souhaite donc devenir un pont dans la coopération scientifique et médicale entre universités, instituts de recherche ou hôpitaux du Vietnam et des partenaires étrangers dont des écoles et instituts allemands.

"Je sais que de nombreuses unités vietnamiennes souhaitent coopérer avec l’Allemagne. Je suis très heureux et toujours prêt à établir un pont d’amitié entre nos deux pays", conclut-il.
 
Phuong Nga/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Quand les femmes d’ethnies minoritaires participent aux modèles économiques locaux

Îles et fêtes des villages de pêche La moitié du territoire vietnamien est bordée par la mer, le pays possède ainsi de nombreuses belles îles. L’idéal pour se retirer loin de l’animation effrénée des grandes villes.