29/07/2018 17:43
Encourager les habitants à ramasser, trier les ordures et faciliter le travail des collecteurs de déchets via une application mobile. Telles sont les cibles du projet de start-up déployé par la société mGreen à Hanoï.

>>Tour de vis sur l’importation des containers des déchets au Vietnam
>>Environ 535 milliards de dôngs consacrés à la gestion de déchets
>>Promotion de la croissance verte dans le développement urbain

Il est nécessaire de trier les déchets sur place afin de correctement ramasser et réutiliser les déchets recyclés. Photo: BCT/CVN


Dans les pays avancés comme le Japon et la Suède, 60% à 90% des ordures sont recyclées. Au Vietnam, la quantité quotidienne de déchets jetée est colossale et la majorité n’est même pas triée. On compte par exemple, chaque jour, environ 6.200 tonnes de déchets à Hanoï et 8.300 tonnes à Hô Chi Minh-Ville. Ces détritus sont enterrés ou brûlés affectant ainsi l’environnement de manière drastique.

Pour résoudre la question des déchets, il faudrait tout d’abord les trier au préalable dans les foyers. Plus précisément, il faudrait les séparer en deux catégories à savoir déchets recyclables et non recyclables. Les ordures recyclables comprennent le plastique, le verre, le papier et le métal. Dans cette circonstance, la société mGreen en coordination avec l’Union de la jeunesse communiste Hô Chi Minh a lancé à Hanoï un projet de start-up appliquant les technologies de l’information au service de la sélection des déchets dans les foyers, baptisé "Parcours vert pour l’environnement".

Sensibiliser à la protection environnementale 

Les habitants vivant dans les localités concernées par ce projet apprennent tout ce qu’il y a à savoir sur le tri sélectif. Ils se voient également offerts gratuitement des poubelles spécialisées, capables de contenir séparément les deux types de déchets (recyclables et non recyclables). Une application mobile est également proposée afin de prévenir les collecteurs de déchets, employés par mGreen, lorsque les poubelles sont remplies. Ladite application, comptabilise ainsi une échelle de "points" de chaque foyer en se basant sur leur quantité de déchets recyclés. Ces points seront par la suite échangeables contre de nombreuses primes et de cadeaux intéressants.

Le projet de la société mGreen est mis en œuvre dans neuf sites à Hanoï: le Diamond Flower (rue Lê Van Luong, arrondissement de Thanh Xuân), le Hacinco building (rue Hoàng Dao Thuy, arrondissement de Thanh Xuân) ainsi que dans les sept tours de la cité urbaine de Duong Nôi (arrondissement de Hà Dông), dans lesquels le pourcentage de foyers participant s’élève à 40% avec près de 450 kg de déchets recyclés collectés chaque mois. L’objectif du programme pour la période 2018 à 2019 sera de déployer le projet dans 800 autres sites d’habitations collectifs de la capitale, regroupant ainsi environ 150.000 foyers. Dans les trois années à venir, l’idée est d’étendre ce modèle à toutes les habitations, maisons et appartements de Hanoï ainsi que dans les autres grandes villes du pays.  

"Il s’agit d’une activité communautaire significative. Le programme contribue à encourager les habitants à participer plus activement aux activités concernant la protection de l’environnement", partage Trân Thi Thoa, fondatrice de mGreen.

Ngô Thi Thao, habitante de l’arrondissement de Hà Dông, a fait savoir qu’elle s’intéressait beaucoup au tri des déchets. "Ce projet est très utile et nécessaire, c’est la raison pour laquelle je m’y suis inscrite", a-t-elle estimé.

"Il faut un petit temps d’adaptation pour bien s’habituer à l’application mobile proposée par mGreen et l’utiliser à bon escient. Je trouve vraiment efficace et favorable le fait que les employés de mGreen fasse le déplacement jusque chez moi pour collecter les déchets", a confié Nguyên Thi Thai, habitante âgée domiciliée dans la rue Lê Van Luong.

Quê Anh/CVN


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Think Playgrounds et l’initiative des espaces de jeu en ville

Lâm Dông crée une percée dans son agritourisme Ces dernières années, l’agrotourisme a pris son envol dans la province de Lâm Dông, au Tây Nguyên (hauts plateaux du Centre). Un type de tourisme lié étroitement à l’agriculture high-tech.