22/07/2017 09:24
Hô Chi Minh-Ville et Cân Tho sont les grands centres économiques du pays. La construction d’une ligne ferroviaire à grande vitesse (LGV) reliant les deux villes est nécessaire pour le développement économique de toutes les localités du Sud, selon les économistes.
>>Hanoï : investissement dans deux nouvelles lignes ferroviaires intra-muros
>>Lancement du projet de ligne ferroviaire Hô Chi Minh-Ville - Cần Thơ

La ligne ferroviaire à grande vitesse Hô Chi Minh-Ville - Cân Tho de 173 km de long comprendrait 14 stations.
Photo : Thanhnien/CVN

Après une récente séance de travail avec les dirigeants des provinces méridionales de Long An, Tiên Giang, Dông Thap, Vinh Long, de la ville de Cân Tho, le président du Comité populaire de Hô Chi Minh-Ville, Nguyên Thành Phong, a chargé le Service municipal des communications et des transports, en coopération avec les parties concernés, de perfectionner le projet de LGV Hô Chi Minh-Ville - Cân Tho. Un projet qui peut contribuer au développement socio-économique de toute cette région.

Selon une décision du ministère des Communications et des Transports datée du 27 août 2013, cette ligne de plus de 173 km de long comprendrait 14 stations. Cependant, sa longueur devra être réduite à plus de 135 km, selon la proposion de l'Institut des sciences et des technologies Phuong Nam et la Compagnie de consultation sur les transports du Sud. Cette ligne, d’un montant d'investissement prévisionnel de 5 milliards de dollars, permettra aux trains de circuler à 200 km/h, soit 45 minutes de Hô Chi Minh-Ville à Cân Tho.

Le train de marchandises partira de la gare d’An Binh de la province de Binh Duong. Le train de passagers, de la gare de Tân Kiên, à Hô Chi Minh-Ville. Le terminus sera la gare de Cái Rang, dans la ville de Cân Tho. Selon les prévisions, cette ligne serait mise en service fin 2024.

Hô Chi Minh-Ville et Cân Tho sont deux centres économiques importants du pays. «Pour qu’ils le demeurent, il est important de renforcer la circulation des marchandises. La construction de cette ligne s’avère nécessaire dans le contexte où les transports routiers et fluviaux sont surchargés», a insisté l’économiste Bùi Trinh. De plus, selon l'Agence japonaise de coopération internationale (JICA), en 2030, le nombre de passagers des deux villes augmentera de près de 5 fois par rapport à 2008, le transfert de fret, de 3 fois.

«Ce projet apportera au pays de grands intérêts économiques. Nous pourrons économiser du temps et des frais de transport. Mais le coût de construction étant élevé, nous devrons bien étudier la forme d’investissement», a déclaré Nguyên Xuân Thành, professeur à l’Université Fulbright Vietnam.

En 2013, le groupe EDES et l'Institut des sciences et des technologies Phuong Nam ont signé un mémorandum de coopération sur ce projet ferroviaire. Il sera réalisé sous forme de contrat BOT (Bâtir-Opérer-Transférer).

Hai Vu/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Un plan quadriennal pour élargir le public francophone

Tourisme fluvial : la Colombie veut acquérir des expériences de Can Tho La Colombie souhaite coopérer avec la ville de Cân Tho dans le développement du tourisme fluvial dont le modèle de marché flottant de Cai Rang. C’est ce qu’a exprimé Claudia Liliana Zambrano Naranjo, chargé d’affaires de la Colombie au Vietnam, mercredi 22 novembre dans la ville.