20/10/2017 18:09
Sur les décombres d'un pont flotte un drapeau de Porto Rico. À côté, un panneau : "Campement des oubliés". Un mois après le passage de l'ouragan Maria, certains hameaux de cette île des Caraïbes restent inaccessibles par voie terrestre.

>>Machette, ennui et origami : la vie à Porto Rico une semaine après Maria
 

Un groupe de personnes sur ce qu'il reste d'un pont près du hameau Rio Abajo à Porto Rico le 17 octobre. Photo : AFP/VNA/CVN


"On a eu des jours difficiles, désespérants", se souvient Samuel De Jesus, un habitant du petit hameau de Rio Abajo, dans une zone montagneuse du centre-ouest de l'île.

"On ne savait pas quoi faire, on devenait littéralement fous", poursuit cet homme de 35 ans, se remémorant les jours qui ont suivi le passage du terrible ouragan le 20 septembre qui a laminé l'île et fait au moins 48 morts.

Le pont qui permettait aux 27 familles de Rio Abajo de rejoindre le reste de ce territoire américain a été détruit et un système de cordages a été rapidement mis en place pour acheminer des vivres au-dessus d'une eau boueuse, alors que les réserves commençaient à s'épuiser. Samuel De Jesus, qui est diabétique, était parvenu lui à maintenir au frais son insuline "mais je n'avais presque plus d'essence pour le générateur", se souvient-il.

Depuis deux semaines, vivres, eau et médicaments arrivent par les airs grâce à un hélicoptère. Mais les habitants réclament un pont "pour pouvoir sortir (leurs) véhicules et partir en cas d'urgence ou si un glissement de terrain se produit", explique M. De Jesus.

Le gouverneur de Porto Rico Ricardo Rossello s'est rendu à Utuado, tout proche, mercredi dans le cadre de la fourniture de produits de première nécessité à la population.

"Utuado est certainement une des communes les plus touchées de tout Porto Rico. Notre engagement est de lui apporter soutien et assistance tout au long du chemin vers sa réhabilitation", a assuré le gouverneur du territoire américain.

Comme Rio Abajo, bien d'autres hameaux et villages de l'île ont été totalement isolés après le passage de l'ouragan. Un mois plus tard, 81% de la population n'a toujours pas d'électricité, le réseau de télécommunications est loin d'avoir été totalement rétabli et l'économie reste paralysée.

 

Un groupe de personnes marche sur des débris ammassés dans une rivière près du hameau de Rio Abajo, à Porto Rico, le 17 octobre.
Photo : AFP/VNA/CVN


Malgré cette situation, le président américain Donald Trump n'a pas hésité jeudi 19 octobre à attribuer à son administration la note maximale pour sa réponse à l'ouragan. "Je pense que nous avons fait du très bon boulot", a-t-il déclaré lors d'une rencontre dans le Bureau ovale avec le gouverneur Rossello.

Économie paralysée

La production de l'importante industrie pharmaceutique de ce territoire américain de 3,5 millions d'habitants reste cependant paralysée et la plupart des entreprises, petits commerces et restaurants n'ont pas rouvert leurs portes. Quand ils l'ont fait, c'est à un coût élevé en raison de l'utilisation de générateurs fonctionnant au diesel.

Cette situation survient un peu plus d'un an après que Washington a autorisé le territoire à restructurer sa dette abyssale, estimée à 73 milliards de dollars.

Ancienne colonie espagnole, Porto Rico est devenu territoire américain à la fin du XIXe siècle avant d'acquérir un statut spécial d'"État libre associé" dans les années 1950.

Les pertes liées à l'ouragan pourraient s'élever à quelques 20 milliards de dollars, estime dans un entretien à l'AFP l'économiste Joaquin Villamil.

Les fonds apportés à l'île par l'Agence américaine des situations d'urgence (Fema) et les assurances auront un impact positif sur le Produit national brut (PNB) de Porto Rico en 2018 et 2019 mais cet effet ne sera que temporaire, assure l'économiste à la tête du cabinet Estudios Tecnicos.

 

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’agriculture bio, une tendance inéluctable au Vietnam

Temple Bông Lai, site du tourisme spirituel qui vaut le détour Situé au pied de la montagne Dâu Rông (Tête du Dragon) dans la zone 3, bourg de Cao Phong, district homonyme, province Hoà Binh, à environ 10 km au sud de la ville de Hoà Binh, le temple Bông Lai vénère Cô Dôi Thuong Ngàn - un disciple de la Déesse-Mère des Montagnes et des Forêts et les esprits des Quatre Mondes (Tứ Phủ) selon la croyance viêt.