17/12/2020 16:04
Le Parlement doit définitivement adopter jeudi 17 décembre le projet de budget 2021 et ses vertigineuses dépenses d'urgence et de relance face à la crise sanitaire, avec des inquiétudes des différents bords politiques sur l'aggravation de la précarité et le remboursement de la "dette COVID".
>>Castex annonce les premières vaccinations à fin décembre
>>Le Conseil de sécurité se penche sur les travaux du Mécanisme international

L'hémicyle de l'Assemblée nationale à Paris, le 6 octobre.
Photo :  AFP/VNA/CVN

L'Assemblée nationale va s'emparer une dernière fois de ce projet de loi de finances pour un ultime vote.

La crise sanitaire a parasité à plusieurs reprises l'examen de ce texte, poussant le gouvernement à réajuster à la baisse ses prévisions macroéconomiques pour 2021 et à prolonger les aides d'urgence pour les secteurs sinistrés comme la restauration ou l'événementiel.

Dans la dernière ligne droite, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a annoncé la mobilisation de 20 milliards d'euros d'aides en 2021, dédiés notamment au chômage partiel et au fonds de solidarité pour les entreprises encore fermées ou au ralenti en début d'année.

Après une récession attendue à 11% du PIB en 2020, le gouvernement table sur un rebond économique de 6% du PIB en 2021, un déficit de 8,5% et une dette qui s'envole à 122,4% du PIB, dans un contexte de grande incertitude.

"Nous sommes à un moment charnière" et "délicat" entre "la fin des mesures d'urgence" et "la mise sur les rails du plan de relance", souligne le rapporteur général Laurent Saint-Martin (LREM).

La majorité a voulu faire du plan de relance l'axe central de ce budget, insistant sur l'enveloppe globale de 100 milliards d'euros jusqu'en 2022.

Pour 2021, la mission "plan de relance" compte 22 milliards d'euros de crédits, dont trois milliards pour la rénovation énergétique des bâtiments ou 4 milliards fléchés vers les "jeunes" et leur entrée dans la vie professionnelle.

L'enjeu sera de déployer les crédits efficacement. "Il n'y a pas une minute à perdre", insiste Bruno Le Maire.

La droite, qui va voter contre le budget, a apporté son soutien à la mission "relance" même si elle trouve le plan insuffisamment ciblé et certaines dépenses "sans lien avec la crise".

La gauche juge en revanche cette relance très en deçà des besoins, et insuffisamment tournée vers la "demande". Précaires et jeunes sont les "grands oubliés", selon la cheffe du groupe PS Valérie Rabault, qui réclame le rétablissement de l'impôt de solidarité sur la fortune ou une "contribution des plus aisés".

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Hông Mi, l'alcool qui fait la fierté de Bac Hà

COVID-19 : la stratégie de Hanoï pour relancer le tourisme en 2021 Comment sauver le tourisme suite à la crise sanitaire ? Hanoï et ses acteurs touristiques ont déjà préparé un plan de relance pour 2021. Le cap est clairement fixé : le marché intérieur !