29/05/2021 07:05
Toyokichi Itoh, un Japonais octogénaire, vient d’offrir à la ville de Dà Nang 238 œuvres de peintres vietnamiens et de lui prêter 49 autres. Une collection inédite baptisée Houei (Prospérité).
>>Un collectionneur japonais offre près de 300 tableaux à Dà Nang

"Chân dung nguoi phu nu" (Portrait de la femme) de Duong Bích Liên.
Fin mars dernier, la collection Houei de Toyokichi Itoh, un Japonais de 80 ans, a été remise à Dà Nang lors d’une cérémonie organisée dans cette ville du Centre.

Par procuration du Comité populaire municipal, le Musée des beaux-arts de Dà Nang se charge désormais de conserver et valoriser ce don précieux comprenant 238 tableaux signés de peintres renommés vietnamiens.

En outre, il a réceptionné 49 autres peintures (qui font partie aussi de la collection Houei) que le collectionneur japonais prête à long terme à la partie vietnamienne.

Les peintures vietnamiennes collectionnées par Toyokichi Itoh sont variées en termes de genres (paysage, portrait, nature morte…) et de techniques (huile, gouache, peinture sur soie, aquarelle, tempera, xylographie…). Dans l’ensemble, elles ont été créées de 1944 à 1993.

Selon Nguyên Thi Trinh, directrice adjointe du Musée des beaux-arts de Dà Nang, l’accord sur la remise de cette collection a été conclu en 2020 entre le collectionneur japonais et le maire de Dà Nang, Lê Trung Chinh.

Des peintures ensorcelantes

La collection devait être rapatriée début 2021. Mais, à cause de la crise sanitaire covidienne, l’événement avait dû être ajourné. Auparavant, l’ensemble de ces 287 œuvres avait été conservé et exposé dans un musée sud-coréen.

Né à Asakusa, un quartier de Tokyo (Japon), Toyokichi Itoh a passé son enfance à la campagne durant la 2e guerre mondiale. Une période difficile qui reste néanmoins "inoubliable" dans sa mémoire. "En 1986, lors de mon premier voyage touristique au Vietnam, en visitant le Musée des beaux-arts de Hanoï, j’ai été ensorcelé par la beauté des tableaux. En les contemplant, j’avais l’impression de revivre ma vie d’autrefois à la campagne. Ces images levaient en moi des souvenirs inoubliables", confie le Japonais.

"Sân vuon" (Jardin) de Pham Viêt Hông Lam.

Désireux de faire une collection d’œuvres vietnamiennes, Toyokichi Itoh s’est rendu beaucoup de fois au Vietnam. Sa collection de peintures vietnamiennes totalisant 287 tableaux, il l’a nommée Houei. "Houei veut dire prospérité. Un beau nom qui illustre mon souhait ardent d’ouvrir une nouvelle période, celle du développement et de la prospérité", confie avec émotion le collectionneur.

Depuis 2005, il a organisé de multiples expositions de ses œuvres vietnamiennes dans divers musées du Japon et à l’étranger. "Je l’ai fait avec ardeur. À travers ces tableaux précieux  je souhaitais transmettre mon amour pour le Vietnam, présenter sa  beauté, son histoire et sa culture", explique-t-il.

Au crépuscule de sa vie, l’octogénaire a désiré  renvoyer ces œuvres dans leur pays d’origine. "Ma collection, j’en fais don au Vietnam, avec le désir de voir se renforcer l’amitié et les échanges culturels entre nos deux pays", éclaire-t-il.   

Mais pourquoi Dà Nang ? "J’aime  cette ville, aussi bien ses beaux paysages que ses gens sympathiques. Plus d’une fois, je me suis rendu à Dà Nang et Hôi An où j’ai été témoin d’un développement vigoureux année après année. Et j’ai voulu faire quelque chose pour cette région".

"Cho quê" (Marché campagnard) de Duy Vu.

Pour Ha Vy, directeur adjoint du Service de la culture et des sports de Dà Nang, ce don revêt plusieurs significations importantes : il contribue à renforcer les échanges culturels nippo-vietnamiens et aussi à l’enrichissement des beaux-arts du Vietnam.

Cette collection réunit nombre d’œuvres de peintres vietnamiens formés à l’École de beaux-arts de l’Indochine (1925 - 1945) (*), entre autres Nguyên Gia Trí, Trân Van Cân, Tú Duyên, Tô Liên, Duong Bích Liên, Nguyên Tiên Chung, Linh Chi, Trân Ðình Tho, Trân Ðông Luong, Nguyên Sy Ngoc et Duong Huong Minh… 

Le Musée des beaux-arts de Dà Nang compte présenter progressivement au public ces anciennes peintures. "Dans l’immédiat, 22 tableaux seront choisis", révèle sa directrice adjointe Nguyên Thi Trinh. "Nous avons un seul regret, c’est qu’à cause de la pandémie, notre généreux donateur Toyokichi Itoh ne pourra malheureusement pas être présent lors du vernissage"

Texte : Nghia Ðàn/CVN 
Photos : DFTTC - VHDN/CVN
----------------
(*) Depuis 1945, l’École des beaux-arts de l’Indochine est baptisée École des beaux-arts du Vietnam.      





 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Quand les femmes d’ethnies minoritaires participent aux modèles économiques locaux

À la découverte de la mangrove de Dông Rui Grâce aux efforts conjugués des autorités et des populations locales, Dông Rui est aujourd’hui la plus belle et la plus vieille mangrove primitive du Nord du Vietnam. Située dans le district de Tiên Yên, province de Quang Ninh, elle est le meilleur rempart contre l’érosion marine et une extraordinaire source de vie pour les habitants.